Vous ĂŞtes ici

02/04/2018 | INRA : Préservation des PAM par la domestication

La domestication des plantes aromatiques et médicinales, la meilleure option pour alléger la pression qu’elles subissent (expert).

Lavande, romarin, camomille, menthe, thym, salva, stevia ou encore verveine, les plantes aromatiques et médicinales (PAM), utilisées depuis des millénaires pour leurs nombreuses vertus, deviennent de plus en plus sollicitées sur les marchés national et international, subissant ainsi une grande pression.

Les PAM, qui contribuent Ă  la stabilitĂ© des Ă©cosystèmes en fournissant des habitats pour plusieurs espèces d’animaux et d’insectes, pâtissent d’une exploitation parfois massive et irrationnelle, surtout avec le retour du label « Bio Â» et « Naturel Â».

A cet égard, le directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), Chaouki Al Faiz, estime que la culture (domestication) des PAM est la meilleure option pour alléger la grande pression qu’exercent les collecteurs sur le stock naturel de ces plantes.

« Un grand nombre d’espèces aromatiques et mĂ©dicinales est endĂ©mique. Il est donc primordial d’œuvrer Ă  leur sauvegarde et leur valorisation d’une façon durable Â», a insistĂ© M. Al Faiz dans une dĂ©claration Ă  la MAP, avertissant que la destruction de leur habitat est une menace directe Ă  leur survie.

C’est une voie durable pour alimenter le marché local et international en produits de qualité avec une traçabilité, que n’offrent guère les espèces sauvages, dont la composition chimique est hétérogène et souvent méconnus des vendeurs.

Pour lui, l’engouement que connaissent ces plantes et qui est expliquĂ© par le potentiel Ă©norme qu’ils renferment pour alimenter, en molĂ©cules naturelles, les secteurs de la cosmĂ©tique, du neutraceutique et des mĂ©dicaments, s’est traduit par « une surexploitation qui pourrait porter prĂ©judice Ă  la viabilitĂ© des espèces Â».

Au Maroc qui abrite plus de 600 espèces de PAM, selon le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, l’exploitation de ces plantes constitue une source de vie pour les populations locales.

En général, ce sont les femmes qui sont détentrices du savoir-faire ancestral des techniques thérapeutiques, de la prospection, de la récolte et du conditionnement des PAM dont le développement et la valorisation fait déjà l’objet d’une stratégie nationale.

Source : agrimaroc.ma (Edition Electronique du 29/03/2018)

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER