أنت هنا

Activités de recherche

Pour les acquis scientifiques

• nombre de participation aux manifestations scientifiques nationales et internationales ; 
• degré de prise en charge externe pour la participation aux manifestations scientifiques nationales et internationales ;
• nombre de manifestations organisées ou co-organisées;
• les innovations technologiques, les outils développés et les avancées scientifiques réalisés ; 
• nombre de publications au niveau nationale et international de différentes catégories (articles publiés dans les revues à comité de lecture, publications dans les actes nombre de conférences, chapitres et ouvrages rédigés, rapports de recherche diffusés, communications scientifiques ; 
• nombre de sollicitations adressées à l’unité par les post-doctorants, chercheurs visiteurs;
• nombre d’invitations adressées à l’UR par la communauté scientifique pour participer et animer des débats thématiques (discipline, filière, ressources naturelles) ;
• capacité d’encadrement (nombre mémoire, thèses, stages en cadrés) ; 

Pour les acquis en matière de valorisation des résultats de recherche

• nombre de technologies générées et finalisées et des brevets ;
• réalisations en matière de transfert de connaissance ou de technologie: matériel didactique (fiches techniques, diffusion électronique, supports scripto-audio-visuels) ; 
• activités de consultation, d'expertise, de formation ou d’assistance technique au profit des organisations professionnelles et des structures de développement ;
• nombre d’invitations adressées à l’UR par les structures de développement et les organisations professionnelles pour participer et animer des débats sur les filières et les systèmes de production ; 
• nombre de sollicitation par les politiciens / parlementaires et décideurs ;
• niveau et qualité d’interaction avec le SRD et vice versa ; 

Pour la pertinence du PRMT 2005-08

Pertinence sociale et économique 

• la cohérence entre les projets de recherche et les orientations de recherche retenues dans le PRMT;
• la concordance des projets de recherche avec les besoins de la zone d'action du centre en termes de développement agricole (agro-écosystème, secteur, filière, outils) actuel ; 
• l'importance des projets de recherche par rapport aux besoins nationaux en terme de développement agricole (agro-écosystème, filière, discipline, outils) actuels ;

Pertinence scientifique 

• la cohérence du carde logique des projets de recherche (justification, état de l’art, objectifs, activités, résultas attendus, méthodologie, échéancier, budget) ;
• l’adéquation entre les profils disciplinaires impliqués et les objectifs du projet et des activités de recherche ; 
• le degré mise en œuvre de l’interdisciplinarité autour des projets et activités de recherche; 
• la contribution du projet à l’avancée des connaissances disciplinaires ou interdisciplinaires ;
• la raison d’être du projet suite aux développements scientifiques récents

Pour l’auto-évaluation, les CRRA ont été à appelés à :

1. s’exprimer sur le degré de réalisation des PRMT relevant du CRRA des différents projets en utilisant les appréciations suivantes (totalement réalisé, partiellement réalisé, non réalisé) en expliquant sommairement les raisons qui expliquent le gap ; 
2. se prononcer sur la suite à donner pour les activités / projets non et partiellement réalisés ;
3. dresser un bilan synthétique sur les réalisations des différents UR et SRD en prenant en considération plusieurs éléments;
4. se prononcer sur la pertinence socio-économique et scientifiques des orientations arrêtées en 2005 par rapport aux enjeux actuels et prévisibles de l’agriculture au niveau régional, national et mondial et aux développements scientifiques et techniques récents;
5. expliciter les ajustements éventuels des orientations actuels dans leur triple dimension (agro-écosystème, filière, disciplinaire) et ce pour la période 2009-2012 ; 
6. avancer de manière générale les projets de recherche structurant les nouvelles orientations; 
7. exprimer les besoins en profils disciplinaires (chercheurs, techniciens et gestionnaires) pour accompagner le réajustement prévu, en clarifiant s’il s’agit d’un redéploiement, recrutement ou formation. A ce titre, une attention particulière doit être accordée à la complémentarité et à la mise en réseau inter-CRRA sur des thématiques d’intérêt commun ; 
8. identifier pour chaque nouveautés s’il y’aura des investissements à consentir en matière d’équipement et d’infrastructure ;
9. identifier pour chaque nouvelle orientation / projet les partenariats scientifiques et de développement potentiels / possibles à engager au niveau régional, national et international pour la mener à bien le travail. 
10. les points forts et les faiblesses de la méthodologie adoptée pour confectionner le PRMT 2005-08 et proposer les améliorations concrètes ;
11. la pertinence du canevas d’élaboration de projet de recherche et les possibilités de son amélioration;
12. les contributions concrètes attendues du CSG et CRCO dans le processus de la préparation et la mise en oeuvre et les orientations futures du PRMT 2009-2012; 
13. le dosage entre les activités de recherche-développement.

I. Information à remettre suite à l’appel à projets

Identification du projet

CRRA

Unité de Recherche

Département Scientifique

Produit / Ecosystème / Outil

 

 

 

 

 

1. Intitulé du projet

 

2. Orientation concernée

 

3. Années de début et de  fin du projet 

2a.

2b.

4. Responsable 

5. UR, CRRA associés 

6. Chercheurs associés

7. Groupe cibles / Domaine de recommandation

8. Résumé du projet 

9. Justification du projet

10. Etat de l’art sur la recherche envisagée

11. Objectifs du projet : globaux et spécifiques

12. Résultats attendus et indicateurs par résultats

13. Partenaires (scientifiques et de développement) et nature de leur contribution

II. Information à remettre après validation à la Division Scientifique

14. Activités par résultat et chronogramme de réalisation

Année

Responsable

2008-2009

2009-2010

2010-2011

2011-2012

Activité

1

2

3

4

1

2

3

4

1

2

3

4

1

2

3

4

Activité1.1       

                                 

Activité 1.2

 

                               


15. Chercheurs et techniciens (INRA et hors INRA) impliqués dans le projet 

Nom et prénom

Grade

Discipline

Principale

Unité d’affectation  ou institution associée

Activités

Temps consacré

(Homme* Mois)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


16. Budget

Rubrique

2009

2010

2011

2012

Total

Prestation de service

Fournitures diverses

Fourniture de bureau

Entretien et réparation matériel

Aliment de bétail

Indemnité de déplacement

Produits vétérinaires

Produits chimiques

Main d'œuvre

Sacherie Emballage

Engrais fumier

Fonctionnement Parc auto

Salaire un chercheurs

Formation

Documentation

1.1. Analyse prospective et documentaire

Une telle analyse a été faite pour apprécier les besoins en recherche à l’échelle nationale et régionale et faciliter la mise en adéquation des objectifs opérationnels en tenant compte des enjeux et des défis actuels et futurs dans le cadre de la vision stratégique développée pour l’agriculture du pays.

Cette réflexion avait donc pour objectifs de mieux cadrer les projets de recherche futurs, d’ouvrir un débat aussi bien sur les activités de recherche que l’organisation du travail au niveau des CRRA, et de valoriser le fruit des concertations avec l’ensemble des acteurs et partenaires, notamment au niveau des CRCO.

Les documents ayant servi à cette réflexion se rapportaient principalement au Plan Maroc Vert, aux ateliers d’élaboration de plans régionaux de développement agricole, aux réunions des CRCO notamment celles organisées durant la campagne 2007-2008 et aux résultats de l’évaluation du PRMT 2005-2008. 

Les enjeux qui en découlent se rapportent principalement au Plan Maroc Vert et ses implications sur la recherche agronomique. 

1.2. Positionnement de l’INRA par rapport au Plan Maroc Vert
Le réajustement du PRMT 2008-2012 (campagnes 2008-2009 à 2011-2012) coïncide avec l’avènement de la nouvelle stratégie de développement agricole affichée par le Plan Maroc Vert annoncé, lors des premières assises de l’agriculture, le 22 avril 2008. L’INRA est ainsi interpellé à s’inscrire dans cette vision et réajuster ses programmes de recherche en fonction des orientations qui y sont données. 

Considérant l’agriculture comme moteur de croissance économique et sociale, le Plan Maroc Vert se fixe des orientations du développement du secteur à travers :
• une stratégie qui s’articule autour d’une approche globale touchant l’ensemble des acteurs selon leurs objectifs propres. Deux piliers essentiels sont ainsi proposés permettant de toucher un maximum d’exploitants, tant les acteurs modernes (Pilier I), que la petite agriculture (Pilier II).
- L’objectif du Pilier I est de développer une agriculture performante, adaptée aux règles du marché, grâce à une nouvelle vague d’investissements privés, organisés autour de nouveaux modèles d’agrégation équitables.
- L’objectif du Pilier II est de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant significativement le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques (par exemple en bour défavorable, montagnes et oasis). Ce Pilier doté de cet objectif spécifique adoptera donc des moyens spécifiques, adaptés au type d’acteurs ciblés
• un socle qui doit permettre la réussite des deux piliers essentiels. Il s’agit d’un bloc de réformes du cadre sectoriel (foncier, politique de l’eau, fiscalité, etc.) et d’une composante de réforme institutionnelle du Ministère de l’Agriculture lui-même.

Partant du fait qu’aucune filière de production n’est exclue, le Plan Maroc Vert met l’accent sur le ciblage et la différenciation des actions pour plus de productivité, d’économie, d’efficience, de préservation des ressources naturelles et de lutte contre la pauvreté. Dans ce sens, la régionalisation des plans de travail est prise comme une priorité pour plus de proximité pour l’encadrement des divers bassins de production.

Dans ce contexte, la recherche agronomique, en l’occurrence l’INRA, se doit ainsi de contribuer à la levée des divers défis relatifs :

• aux équilibres économiques et aux balances commerciales et alimentaires ;
• à la stabilisation des populations et la lutte contre la pauvreté ;
• à l’aménagement du territoire et la croissance régionale des zones défavorables avec des contraintes comme le bour défavorable, les oasis et les montagnes ;
• aux exigences du développement durable surtout en termes de préservation des ressources naturelles (notamment eau et sol) et aux impacts des changements climatiques ; 
• à l’offre alimentaire tant en quantité qu’en qualité et à bon marché pour subvenir aux besoins d’une population de plus de 30 millions de consommateurs dont les habitudes sont en pleine mutation.

Il y a lieu de souligner les multiples facettes organisationnelles et méthodologiques adoptées par l’INRA et qui lui permettraient de se positionner aisément et converger avec les objectifs du Plan Maroc Vert. En effet, son organisation régionalisée, son approche participative de programmation, ses orientations stratégiques de recherche, son ouverture sur son environnement, son adoption d’espaces régionaux de concertation (CRCO) et sa disponibilité à développer des partenariats diversifiés et multiples sont autant d’atouts qui lui confèrent des niches convergentes avec les orientations de la nouvelle politique agricole du pays. Dans ce contexte, l’INRA serait constamment appelé à assurer des rôles complémentaires d’anticipation et d’accompagnement et fournir des savoirs et des technologies nécessaires pour la mise en œuvre des choix opérés au niveau des deux piliers I et II. 

1.3. Principales implications du Plan Maroc Vert sur les programmes de recherche
Le Plan Maroc Vert offrant le cadrage global de développement agricole du pays pour les prochaines années, l’élaboration du nouveau PRMT 2008-2012 doit donc s’y intégrer en toute harmonie. 

Cette élaboration passe inéluctablement par une étude des implications du Plan Maroc Vert sur l’ensemble de gestion de la recherche depuis la programmation, passant par l’organisation, la mobilisation des moyens, le suivi-évaluation jusqu’à la communication des résultats. 

1.3.1. Programmation et organisation de la recherche
La convergence entre les orientations du Plan Maroc Vert et le champ d’activités et d’expertises de l’INRA, se matérialise aussi bien au niveau thématique qu’au niveau organisationnel. Elle vient renforcer essentiellement la programmation régionalisée de la recherche qui prend en charge les difficultés et les potentialités qui caractérisent le secteur agricole au niveau de chaque agro-système. 

Sur le plan des thématiques de recherche

En notant la concordance des thématiques de recherche traitées, l’INRA aura donc à consolider sa position en la matière, notamment en ce qui concerne : 
• la mise à niveau des diverses filières concernant l’un ou l’autre des deux piliers et l’augmentation de leur compétitivité (amélioration de la productivité, durabilité et valorisation) ainsi que la diffusion des technologies appropriées. 
• la caractérisation agro-écologique du milieu et de ses aptitudes agricoles ainsi que la connaissance des ressources naturelles, leur préservation et leur gestion durable (sol, eau, biodiversité) ;
• les études sur les systèmes de production et le milieu socio-économique et institutionnel ainsi que celles portant sur les politiques agricoles et l’analyse de leur impact sur les filières, les systèmes de production, les exploitations et les ressources naturelles ;
• la couverture des différents écosystèmes (aride et semi aride, oasis, irrigué, montagne, parcours, zones sahariennes et pré-sahariennes) ainsi que les systèmes de production (grande, petite et moyenne agriculture).

Sur les plans organisationnel et managérial

Sur ces plans, les démarches et approches développées par l’INRA vont se voir renforcées, et ce, notamment en termes : 
• d’implantation régionalisée et une meilleure adaptation des structures pour une recherche de proximité;
• de programmation et d’évaluation participative des recherches à moyen terme avec une forte orientation vers le développement agricole, tel est le cas de l’évaluation du PRMT 2005-2008 et l’élaboration du PRMT 2008-2012 ;
• d’une meilleure intégration avec l’ensemble des acteurs concernés par le développement agricole du pays (organismes chargés de développement, organisations professionnelles, enseignement supérieur et techniques et établissements de recherche) ;
• de finalisation des approches et des procédures pour répondre parfaitement aux exigences de l’instauration d’un contrat programme se basant sur des objectifs clairement définis et permettant une mobilisation conséquente des ressources nécessaires. 

1.3.2. Communication des résultats 
Le Plan Maroc Vert constitue un cadre approprié et potentiel pour le transfert des acquis de recherche de l’INRA. Les besoins en technologies et recherches affichés par les différents projets identifiés à travers les Plans Régionaux de Développement Agricole offrent une opportunité pour la valorisation et l’adaptation des résultats disponibles à l’INRA. 

Ces deux dernières années, l’INRA a dû procéder à l’exhibition de ses acquis technologiques, notamment au niveau régional en collaboration avec les Centres Régionaux d’Investissement pour attirer d’éventuels acquéreurs. Le Plan Maroc Vert offre déjà cet espace de présentation des résultats et de leur affinement éventuel avec des professionnels. 

L’initiative prise pour présenter une offre globale de ses acquis pour accompagner le Plan Maroc Vert a été saluée par les responsables du Département de l’agriculture qui ont apprécié la pertinence et la qualité de cette offre. Aussi, est-il demandé à l’INRA, d’organiser une journée porte ouverte aux organisations professionnelles pour l’exposition des différentes technologies et résultats. 

Le transfert des acquis de l’INRA pourra être réalisé dans un cadre structuré et contractuel aussi bien avec le secteur privé (Pilier I) que public (Pilier II). Plus de perspectives, seront alors ouvertes pour la valorisation des résultats de recherche.

1.4. Principales étapes d’élaboration du PRMT
Quatre principales étapes successives et itératives ont constitué la démarche de préparation du PRMT 2008-2012 :

• La première qui a été lancée en janvier 2008 et qui a consisté en l’auto-évaluation du précédent PRMT et la collecte des propositions relatives aux futures orientations de recherche des partenaires, notamment les membres des CRCO, à travers les réunions qu’ils ont tenues avec la direction de l’INRA durant le premier semestre de l’année.
• La deuxième caractérisée par les échanges, notamment entre les CRRA et la direction centrale, pour la formulation, la mise en cohérence et la validation des nouvelles orientations de recherche. Ces concertations ont été tenues, sur la base des documents fournis par les CRRA, durant les mois de juin et juillet avec la participation des responsables régionaux et les départements scientifiques.
• La troisième est matérialisée par la participation des CRRA à l’exercice de déclinaison du Plan Maroc Vert en plans régionaux de développement agricole lancée en fin juillet par le Département de l’agriculture. Cet exercice a permis aux différents CRRA de mieux appréhender le Plan Maroc Vert et d’affiner conséquemment les orientations de recherche et de communication des résultats.
• La quatrième portait sur la déclinaison des orientations retenues en projets de recherche et de les formuler selon un canevas standard (annexe 8) permettant d’avoir une homogénéité de présentation pour en faciliter le suivi et l’évaluation.

2.1. Orientations et objectifs généraux Les programmes de recherche et de recherche-développement prévus par l'INRA, pour la période 2008-2012, s’inscrivent dans l’optique d’anticipation et d’accompagnement de la stratégie adoptée par le Département de l’Agriculture. Ils visent la mise au point et la diffusion des résultats scientifiques et technologiques devant contribuer généralement au développement de l’agriculture dans ses multiples fonctions, et particulièrement à l'amélioration de la productivité des filières considérées comme prioritaires. 
Les domaines d’activités concerneront principalement :
 la gestion durable des ressources naturelles, notamment l’eau, le sol et la biodiversité aussi bien animale que végétale ;
 l'amélioration de la productivité agricole et la recherche d'une meilleure diversification des productions agricoles ;
- en matière de production végétale, sur les céréales, les légumineuses alimentaires, les plantes fourragères, les agrumes, l’olivier, le palmier dattier, les arbres fruitiers, les plantes médicinales et aromatiques, la betterave sucrière et les cultures maraîchères dont notamment la pomme de terre;
- en matière de productions animales sur les ovins et les caprins. Ces activités se feront, le cas échéant, en relation avec une gestion durable des ressources naturelles au niveau des zones de parcours. 
 l'amélioration de la qualité des produits de l’agriculture et la valorisation des produits à faible valeur marchande ainsi que ceux de terroir ;
 la promotion et la diffusion des résultats de recherche avec la participation des divers partenaires, utilisateurs et clients au niveau de chacune des zones d'action des Centres régionaux de l’INRA. Dans ce sens, des actions contractuelles pourront être conduites pour répondre à des demandes spécifiques.

2.2. Positionnement des CRRALes CRRA sont positionnés en tant que pôles régionaux d’excellence dotés d’une forte capacité de recherche scientifique et conduisant des programmes ambitieux sur des thèmes pertinents du point de vue scientifique, économique et social. Au sein de ces pôles régionaux, les objectifs devront viser une recherche finalisée qui soit au cœur des enjeux de développement au niveau régional et national. En revanche, ces pôles devront avoir un équilibre entre des activités de recherche stratégique et celles de transfert de technologies. Les CRRA, dans leurs domaines de compétence, sont ainsi appelés à mener des études de prospective et de vision stratégique, et ce, en concertation et en complémentarité avec tous acteurs concernés au niveau régional et national.
Dans la définition de ces pôles d’excellence, il est pris en considération, distinctivement pour chacun des dix CRRA, la vocation agricole et éco-systémique des zones qu’il couvre, les compétences et savoir faire qu’il possède et les alliances et partenariats scientifiques et techniques qu’il peut tisser dans sa région. 
En parallèle, des plateformes axées sur des thématiques précises (outil, disciplinaire ou systémique) communes à plusieurs CRRA sont prises en compte à travers la création de réseaux intégrant les différentes capacités de recherche existantes avec une équipe focale, dans un CRRA leader en la matière, pour en assurer l’animation et la coordination. 
En complément et partant de l’idée que les CRRA peuvent jouer un rôle de réceptacle et un espace fédérateur, une bourse de projets de recherche est à constituer pour une mise en œuvre lorsque les conditions et les disponibilités en ressources humaines et financières le permettraient, comme le cadre de partenariats avec des entités publiques ou privées. 
2.3. Déclinaison en orientations et projets de recherche par CRRAPartant de cette vision stratégique de mise en place de pôles régionaux d’excellence, chaque CRRA compte apporter sa contribution au développement agricole régional en prenant en considération l’intersection entre son expertise et ses compétences distinctives, la vocation agro écologique de sa zone d’action, le niveau d’organisation et de développement des filières de production, les besoins exprimés en recherche, le potentiel de recherche existant par ailleurs et les possibilités de montage de partenariats et de projets de collaboration ciblée.
Ainsi les orientations de recherche prises au niveau de chacun des CRRA seront présentées assorties de l’argumentaire qui a conduit à de tels choix. Pour chaque CRRA, une fiche de présentation résumée est donnée rappelant les principales filières de la région, l’écosystème (s) dont il opère, ses domaines de compétence et ses orientations pour le PRMT 2008-2012 ainsi que la déclinaison de ces orientations de recherche en projets de recherche.

Le CRRA d’Agadir représente l’INRA dans le Sud-Ouest du Maroc, sur une zone qui s’étale sur la région Souss Massa et la région Guelmim-Smara, surtout la province de Guelmim. Cette zone se caractérise par une diversité importante sur le plan géographique, agro écologique et institutionnel. 

Pour le CRRA Agadir, ce contexte offre d’une part des atouts à travers un secteur agricole intensif, organisé, très dynamique et pesant dans la balance commerciale du pays. Ce secteur évolue en parallèle avec un autre traditionnel surtout dans la montagne et les zones pré désertiques qui exploite et valorise des ressources naturelles (arganier, cactus, plantes aromatiques et médicinales, etc.) et plusieurs produits de terroirs. 

D’autre part, ce même contexte présente des défis caractérisés par : (i) une demande technologique très pointue concernant des problématiques clés (eau, produits de terroirs, qualité, certification, protection des ressources naturelles, etc.), (ii) des organisations non gouvernementales et professionnelles très exigeantes et (iii) un système régional de recherche très compétitif. 

Les priorités de développement dans le secteur agricole et rural dans la région Souss Massa Draa définies lors de l’élaboration du Plan d’action Agrotech (Plan d’action Agrotech, 2007) sont comme suit :

• Gestion rationnelle et valorisation des ressources hydriques ;
• Développement et valorisation des produits de terroir (cactus, arganier, palmier, safran, rose de kalaa megouna et le miel) ;
• Développement de la filière maraîchère et agrumicole par l’augmentation de la productivité à l’hectare ;
• Création d’entreprises innovantes.

Compte tenu de ce qui précède et conformément aux recommandations des membres du CRCO, le CRRA d’Agadir a élaboré des propositions de recherche pour la période 2008-2012. Ces propositions s’intègrent parfaitement dans les objectifs de la région du Souss Massa Draa à travers l’Agrotech et les propositions du Plan régional du Plan Maroc Vert pour la même région.

Dans le cadre de ce contexte, le CRRA Agadir exercera ses activités selon deux principales orientations de recherche et une de recherche développement, à savoir : 

Orientation 1 : Amélioration de la productivité et valorisation de l’eau d’irrigation des cultures maraîchères 

Dans l’objectif de préserver et protéger les ressources en eau des effets néfastes de la pollution, d’améliorer la gestion et l’efficience de l’utilisation de l’eau, d’améliorer la fertilité des sols et de rechercher des alternatives au bromure de méthyle, cette orientation est déclinée en trois projets : 

• Projet 1 : Amélioration de l’efficience de l’utilisation de l’eau d’irrigation ;
• Projet 2 : Développement de l’Agriculture biologiques et amélioration de la fertilité des sols ;
• Projet 3 : Valorisation des substrats locaux en cultures hors sol comme alternatives au bromure de méthyle.

Orientation 2 : Développement et valorisation des produits de terroir

Cette orientation porte sur l’élargissement du portefeuille d’activités aux domaines des ressources naturelles, au développement et à la valorisation des cultures alternatives et des produits de terroirs. En effet, le développement de ces cultures visant la promotion d’une agriculture alternative à forte valeur ajoutée et valorisant la spécificité et l’origine des produits de terroirs, constitue une option stratégique pour les régions défavorisées. Les résultats attendus vont contribuer à la création d’emplois et l’amélioration des revenus des défavorisés ainsi que la réhabilitation des savoir-faire locaux en cours de déperdition. Les principales filières à développer en priorité suivant le plan stratégique de la région du Souss Massa Draa sont le cactus et l’arganier. 

Dans le cadre de cette orientation, les projets de recherche retenus sont :

• Projet 1 : Création des variétés de cactus spécifiques pour la production des fruits, raquettes et fleurs et mise au point des techniques de production;
• Projet 2 : Domestication et amélioration de la productivité de l’arganier.

Orientation 3 de recherche-développement : Valorisation des acquis de la recherche par l’assistance technique, le renforcement des capacités et le transfert de technologies pour les principales filières de la région.

• Projet 1 : Amélioration et intensification de la productivité du caroubier, olivier et amandier conduits en irrigué ;
• Projet 2 : Amélioration de la productivité et de la valorisation du safran de Taliouine ;
• Projet 3 : Amélioration de la productivité et de la valorisation de la rose de Dadès ;
• Projet 4 : Effets des amendements organiques sur l’état physique chimique et biologique des sols de l’oasis de Tata ;
• Projet 5 : Amélioration de la transplantation de l’arganier.

Le CRRA d’Errachidia a été mis en place pour couvrir les agro systèmes oasiens et leur environnement. Compte des contraintes posées à l’amélioration de la production agricole interpellant des efforts de recherches et des priorités exprimées notamment dans le cadre du CRCO, ce centre concentre ses activités sur trois volets ayant pour objectif principal la contribution à l’amélioration des revenus des populations : le palmier dattier, les races ovines et caprines locales et les steppes présahariennes. L’utilisation efficiente de l’eau est prise comme une constante dans ces écosystèmes où cette ressource est la plus rare. 

Les résultats obtenus, jusqu’à présent, sur le palmier dattier, notamment en matière de lutte contre le bayoud, sont très encourageants et sont à la base des actions de reconstitution des palmeraies anciennes et la création de nouveaux vergers. Les prospections au niveau des palmeraies et les recherches en matière d’amélioration génétique, de relation hôte-parasite et de développement de lutte biologique sont à poursuivre pour une valorisation participative de la diversité génétique des palmeraies. Ces travaux vont permettre d’identifier et de créer de nouveaux clones performants et de procéder à leur multiplication à grande échelle au niveau des laboratoires de culture in vitro.

Il est également à rappeler que les races prolifiques ovine et caprine (Dman et Chèvre du Draa) constituent des atouts en matière de production animale et qui peuvent être valorisées dans le cadre du Plan Maroc Vert au niveau des deux piliers. Bien que les acquis soient relativement avancés pour le cas du Dman, des recherches sont encore sollicitées pour contribuer à la sélection et à la multiplication de la race dans le cadre d’un programme de sélection. Les acquis peuvent déjà contribuer, dans le cadre de programme de recherche développement, à l’amélioration de la production de viandes rouges. Il en est de même pour la Chèvre du Draa qui présente un grand intérêt pour la région et qui mérite une attention particulière en termes de sélection, d’étude de reproduction, de conduite et de valorisation de ses produits laitiers. Les thématiques de recherche vont viser aussi bien sa sauvegarde que son développement. 

Par ailleurs, la végétation des steppes présahariennes (autochtone, endémique et très vulnérable) joue un rôle crucial dans la stabilisation et la protection du sol et la séquestration de carbone. Elle reste aussi la principale source de revenu pour la population, l’une des plus pauvres du pays, et d'alimentation pour le bétail et la faune. Cependant, on constate au niveau de ces steppes une perte de la biodiversité biologique, un déclin de la productivité, une réduction de la résilience aux sécheresses récurrentes, une baisse de la capacité de la végétation autochtone. Une telle situation ne reste pas ses effets sur les communautés locales en réduisant ainsi leurs revenus déjà faibles et en induisant leur migration vers les centres urbains.

De même, il y a lieu de souligner la faiblesse de la productivité des palmeraies et l’insuffisance de valorisation de ses produits dues à plusieurs causes dont principalement les techniques de production et de valorisation qui y sont pratiquées. Face à ces contraintes, plusieurs recherches ont été déjà réalisées (au niveau national et international) en matière de technologies appropriées pour ces écosystèmes fragiles et plusieurs recommandations ont été formulées dans ce sens sous forme de fiches techniques, d’ouvrages scientifiques et d’organisation de manifestation spécialisées. En plus des efforts de diffusion des résultats qu’il faut poursuivre, il y a lieu de renforcer les activités de recherche et de recherche développement pour capitaliser les acquis scientifiques sous forme de paquets technologiques intégrés permettant une meilleure valorisation de l’eau et du patrimoine génétique local.

Tenant compte des recommandations qui lui ont été faites, des débats menés lors de l’élaboration des plans régionaux Maroc Vert ainsi que des ressources humaines qu’il peut mobiliser, le CRRA d’Errachidia s’est fixé deux orientations prioritaires de recherche:

Orientation 1 : Développement de la filière phoenicicole

Cette orientation concerne quatre aspects du palmier dattier: la conservation des ressources génétiques, la protection des variétés sensibles contre le Bayoud, la mise au point d’un itinéraire technique adéquat et la rationalisation de l'utilisation des eaux d'irrigation.

Les projets de recherche déclinant cette orientation se présentent comme suit :

• Projet 1 : Identification, conservation et caractérisation des clones femelles et palmiers males performants du palmier dattier ;
• Projet 2 : Développement de moyen de lutte contre le Bayoud du palmier dattier ;
• Projet 3 : Rationalisation de l'utilisation des eaux d'irrigation dans les oasis.

Orientation 2 : Amélioration et gestion durable des systèmes d’élevages oasiens et des parcours semi désertiques.

Cette orientation de recherche couvre l’amélioration pastorale des parcours semi désertiques et le développement de l’élevage ovin D’man et caprin Draa au niveau des oasis.

Les projets de recherche déclinant cette orientation sont :

• Projet 1 : Réhabilitation des parcours par l’introduction des arbustes fourragers adaptés; 
• Projet 2 : Amélioration durable de la production de l’élevage ovin et caprin dans les oasis.

Orientation 3 de recherche-Développement : Valorisation des acquis de la recherche par l’assistance technique, le renforcement des capacités et le transfert de technologies pour les principales filières de la région 

• Projet 1 : Renforcement des capacités techniques des phoeniciculteurs à travers le transfert des technologies acquises ;
• Projet 2 : Mise au point d’un itinéraire technique adéquat pour l’amélioration durable de la productivité du palmier dattier ;
• Projet 3 : Renforcement des capacités techniques des éleveurs à travers le transfert des technologies acquises en matière d’élevage ovin et caprin.

La région du Gharb-Chrarda-Beni Hssen dispose d’un potentiel agricole important, où se pratiquent les principales cultures : céréales, agrumes, olivier, maraîchages, oléagineux, canne à sucre, betterave à sucre, riz, légumineuses alimentaires, arboriculture fruitière, élevage. Mais dans la majorité des cas, et malgré les avancés en matière d’irrigation, la richesse de cette région demeure encore handicapée par le type du statut foncier de la terre, la structure de la propriété et les techniques traditionnelles de production. D’où, la nécessité d’œuvrer à mettre en place une vision de recherches capable à la fois d’accompagner la nouvelle stratégie pour l’agriculture marocaine « Plan Maroc Vert », et dans ce cadre, répondre aux aspirations des agriculteurs et aux contraintes du développement d’une agriculture compétitive et durable au niveau de cette région.

Considérant une situation favorisante en ressource hydrique et une importante richesse en terre fertile et aménageable, la région du Gharb contribue largement à la réalisation des objectifs: 
• de la politique agricole nationale d’irrigation, car il est y prévu d’atteindre 25% du programme visé, soit une superficie irriguée de 250.000 hectares ;
• du Plan Maroc Vert à travers l’accompagnement et la mise en place des deux piliers de cette la nouvelle stratégie. 

Pour que le CRRA de Kénitra s’inscrive dans cette nouvelle stratégie et participe activement à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des principales filières de sa zone d’action, il a organisé plusieurs rencontres de programmation de recherche avec la participation des partenaires de la région. Ces rencontres ont permis d’arrêter, d’une manière concertée, les aspects de recherche et de recherche-développement à prendre en compte dans le cadrage du programme de recherche du CRRA à moyen terme 2008- 2012. 

Il est à noter que les orientations prises dans le cadre du Plan Maroc Vert pour la région du Gharb-Chrarda-Beni Hssen, privilégient les filières agricoles suivantes : 

• Arboriculture (agrumes et olivier) ;
• Cultures sucrières (betterave et canne à sucre) ;
• Céréales (intensification du blé tendre en zone bour, production de semences en zone irriguée, riz) ;
• Lait (production et valorisation) ;
• Fruits et légumes (fraises et baies rouges, artichaut, tomate industrielle).

Après une analyse de la demande régionale exprimée en matière d’activités de recherche et des potentialités du centre en compétences et ressources, deux principales orientations de recherche et une de recherche développement, chacune avec des projets structurants, ont été retenues pour le CRRA de Kénitra.

Orientation 1 : Amélioration de la productivité et de la compétitivité de la filière agrumicole à travers deux projets de recherche:

• Projet 1 : Sélection et création de variétés et porte-greffes performants d’agrumes;
• Projet 2 : Développement de stratégies de gestion durable des vergers d’agrumes. 

Orientation 2 : Intensification et diversification des systèmes de production dans la région avec six projets :

• Projet 1 : Lutte intégrée contre les nématodes à galles associées à la tomate dans le Gharb ;
• Projet 2 : Développement de stratégies de désherbage contre les adventices des cultures de la région du Gharb de la région du Gharb ;
• Projet 3 : Analyse de la compétitivité des principales filières de la région;
• Projet 4 : Evaluation économique des technologies mises au point par l’INRA pour les principales filières de la région ;
• Projet 5 : Contribution à l'amélioration et au développement de la culture d’artichaut dans la région du Gharb ;
• Projet 6 : Promotion et développement des espèces à petits fruits rouges dans les zones du Gharb ;

Orientation 3 de Recherche-développement : Valorisation des acquis de la recherche par l’assistance technique, le renforcement des capacités et le transfert de technologies pour les principales filières de la région.

• Projet 1 : Valorisation des acquis de la recherche sur les agrumes ; 
• Projet 2 : Transfert des acquis relatives aux cultures maraîchères, céréales, légumineuses alimentaires) ;
• Projet 3 : Développement de la communication et de la documentation.

 

La zone d’action du CRRA de Marrakech se caractérise par l’étendue des espaces à conditions écologiques diversifiés et difficiles (zones montagneuses et zones arides) limitant la production agricole et induisant la pauvreté de la population locale. Ses caractéristiques monographiques montrent l’importance de la culture de l’olivier (27% du patrimoine national). 

En vue d'une intégration harmonieuse dans le "Plan Maroc Vert", en l'occurrence une meilleure adaptation du programme de recherche aux besoins de la région et afin d’assurer la plus grande adoption par les partenaires et utilisateurs des technologies produites, le CRRA de Marrakech a maintenu son ouverture sur son environnement scientifique, technique, économique et social. Suite à une série de concertations, dans le cadre du CRCO et de l’élaboration du plan régional du Plan Maroc Vert, le CRRA a retenu, pour son programme de recherche à moyen terme 2008-2012, trois principales orientations dont la poursuite de ses contributions à la reconstitution de la palmeraie et valorisation des produits agricoles. Ce choix a été maintenu pour compléter les actions abordées au niveau du CRRA d’Errachidia et tenir compte des actions prévues pour la reconstitution et le développement de la palmeraie de Marrakech. 

Ainsi, les quatre orientations retenues portent sur les filières oléicole et pheonicicole ainsi que sur les systèmes de production dans des conditions écologiques difficiles : 

Orientation 1 : Contributions au développement de la filière oléicole

L’amélioration de la production oléicole ne peut être réalisée que par un travail de sélection clonale visant l’exploitation de la diversité génétique existante au sein de notre verger, et par l’amélioration génétique qui consiste en la création d’une variabilité génétique qui permettra la réalisation de progrès dans les performances et les potentialités de notre patrimoine oléicole. Aussi, tient-on compte des donnes suivantes :
- les changements climatiques qui font de la sécheresse une contrainte structurelle et intégrer la sélection de génotypes résistants à la sécheresse ;
- le développement du mode de culture super intensif et sélectionner des génotypes de faibles vigueurs ; 
- le développement de nouvelles techniques moléculaires pour la caractérisation des génotypes, et dans ce sens, les adopter pour une meilleure caractérisation des ressources génétiques ; 
- le CRRA de Marrakech héberge les collections mondiales et nationales de l’olivier, ressources à valoriser pour le développement de notre oléiculture. 

Cette orientation fait l’objet d’un projet de recherche comportant trois principales composantes complémentaires, à savoir :

• Projet 1 : Amélioration de la productivité et valorisation de l’olivier couvrant les aspects relatifs à :
- l’amélioration génétique ; 
- l’amélioration de la qualité ;
- la protection intégrée contre les maladies et ravageurs.

Orientation 2 : Contribution à la reconstitution de la palmeraie et valorisation des produits du dattier 

La reconstitution de la palmeraie doit passer par la sélection de génotypes résistants à la maladie du Bayoud, d’une bonne qualité des dattes et de pouvoir les multiplier d’une façon intensive. Pour ce faire, il est prévu de renforcer les recherches à travers les quatre projets suivants:

• Projet 1 : Amélioration génétique du palmier dattier par la sélection et la création de cultivars performants ;
• Projet 2 : Amélioration des techniques de culture de tissus chez le palmier dattier ;
• Projet 3 : Lutte contre le Bayoud du palmier dattier ;
• Projet 4 : Valorisation technologique des dattes.

Orientation 3 : Développement des systèmes de production dans des conditions écologiques difficiles 

Le développement des systèmes de production au niveau des zones à conditions écologiques difficiles interpellent le CRRA de Marrakech à entreprendre des recherches sur : 
- L’amélioration des cultures fourragères à travers l’exploitation des populations locales adaptées aux conditions pédoclimatiques de ces régions ;
- La valorisation des produits du cactus : figue de barbarie, plante résistante à la sécheresse ;
- La valorisation technologique des huiles d’argan ;
- La protection intégrée des principales espèces fruitières ;
- L’assistance technique pour l’élaboration d’un référentiel technico-économique spécifique pour les zones de montagnes ;
- Les études économiques se rapportant à ces systèmes et filières de production.

Pour ce faire, il est prévu de conduire les quatre projets de recherche suivants :

• Projet 1 : Valorisation des produits de terroir (cactus, huile d’arganier). 
• Projet 2 : Amélioration des cultures fourragères dans le Haouz.
• Projet 3 : Analyse de la compétitivité des principales cultures de la région, formation des revenus et voies d'amélioration. 
• Projet 4 : Evaluation économique des technologies mises au point par l’INRA pour les principales filières de la région (olivier, palmier dattier, fourrages, Arboriculture fruitière).

Orientation 3 recherche-développement : Valorisation des acquis de la recherche par l’assistance technique, le renforcement des capacités et le transfert de technologies pour les principales filières de la région.

• Projet 1 : Elaboration d’un référentiel technico-économique et contribution au transfert des nouvelles technologies pour les zones de montagne.
• Projet 2 : Valorisation des acquis de la recherche pour les principales filières de la région : Olivier, fourrages, arboriculture fruitière, céréales et autres. 

الصفحات

اطلع على اخر اخبارالمعهد في نشرتنا