Vous êtes ici

Activités de recherche

Filière Palmier dattier  
Amélioration de la productivité et de la compétitivité du palmier dattier

La  palmeraie marocaine, constituée principalement de plantations tradition- nelles le  long des  oueds et  autour de points d’eau éparpillés sur le flanc sud du Haut  Atlas,  connaît  actuellement une nouvelle dynamique. En  effet,  l'État  a supporté  des   investissements pour  la création de  nouvelles plantations à l’extérieur des oasis afin d’atteindre  ses objectifs d’intensification  et de moderni- sation de la filière. L’INRA, principal acteur de la recherche  agronomique, est appelé à soutenir ce dynamisme dans le cadre de la nouvelle   stratégie   Génération   Green 20-30 à travers une contribution effective à  la  reconstitution de  la  palmeraie en fournissant un matériel génétique perfor- mant et  en nombre suffisant, l’optimisation des principales techniques culturales  pour améliorer  la productivité, la durabilité et la résilience de la phœnici- culture et la valorisation  de la filière en conférant une valeur ajoutée à  ces produits..   

Quelques chiffres clés :
6.9 millions de pieds représentant 6% du patrimoine phoenicicole mondial
140 mille T/ an de production (2019)
+50% du revenu annuel des oasiens 30 à 40 mille souches bourgeonantes produite annuellement par l’INRA depuis 2015 pour subvenir aux besoins nationaux en production des vitroplants
2,5 millions de palmiers issus de semis ‘khalts’ offrant une diversité génétique et une source inépuisable pour la sélection   

Objectifs :
1. Contribuer à la reconstitution de la palmeraie par la sélection, la multiplication et la conservation des ressources génétiques phoenicicoles  
2. Améliorer la productivité et la durabilité du palmier dattier à travers l’économie de l'eau, la gestion de la fertilité des sols et l’optimisation des techniques de production  
3. Améliorer la productivité et la durabilité du palmier dattier à travers la gestion phytosanitaire intégrée de la palmeraie marocaine  
4. Valoriser le savoir-faire phoenicicole traditionnel et contribuer à la mise en place d’une industrie dattière à grande valeur ajoutée   
 
Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DRAs, DDFP, ORMVAT, ORMVAO, DPAs sud, ONSSA, ONCA, ANDZOA

Professionnels : FIMADATTES, GIEs

Industriel ou promoteur de technologie : Domaines Agricoles, Issemghy Biotechnology, Palmagro, In Vitro Palm Biotechnology, Oasis Biotechnologie, Maghreb Palm, Marrakech Date palm Project  
 
Partenaires scientifiques et académiques : SNFRA, Univ. Massachussetts, Univ. Texas Tech, FST Errachidia, UM6P, Univ. Oujda, FST Marrakech, FS El Jadida, FST Safi, FS Marrakech, Univ. Marrakech

Filière Arboriculture Pommier, Prunier, Amandier, Figuier, Grenadier, Caroubier, Avocatier, Vigne  
Amélioration de la durabilité et la compétitivité de la production fruitière et viticole  

Les filières arboricoles traitées dans ce mégaprojet concernent une gamme diversifiée d'espèces. Bien que les contraintes subies sont distinctes, le diagnostic de ces filières établi des besoins similaires en connaissances et en technologies pour accompagner leur essor dans le cadre de la stratégie Génération Green 2020- 2030.   

Quelques chiffres clés :
2 millions T/an de production dont 700 mille T de pommier et 230 mille T de vigne (2019)
420 mille ha dont 44% est cultivés par l’amandier  

Objectifs :
1. Collecter, conserver et étudier le comportement des génotypes des espèces fruitières en vue de caractériser et sélectionner les plus performants  
2. Améliorer les techniques culturales pour une dynamisation et gestion durable des systèmes de production arboricoles  
3. Améliorer la gestion phytosanitaire et la durabilité des systèmes de production arboricoles et viticoles  
4. Développer la qualité et les processus de transformation des productions fruitières   
 
Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DRAs, ONSSA, ONCA, ORMVAs, DPAs Professionnels : FEDAM, FIMABIO, AMPP, GIEs

Industriels ou promoteurs de technologie : Domaines Agricoles, Domaine Bio Béni Mellal, Moroccan almonds international  
 
Partenaires scientifiques et académiques : ENAM, IAV HII, Univ., Centre de Recherche sur la Biodiversité, UCL-Belgique, Univ. Lyon 1, Univ. Champagne Ardenne

Filière Maraîchage
Amélioration de la productivité et de la compétitivité de la filière maraîchère  

La filière maraîchère est l’une des filières les plus dynamiques du secteur agricole marocain. En plus de la satisfaction des besoins du consommateur marocain, elle présente un fort potentiel à l’export et ne cesse de consolider son positionnement que ce soit dans les marchés traditionnels qu’émergeants. Afin de conforter cette position, il est primordial de continuer à moderniser et innover pour faire face à l'augmentation des coûts de production et à un environnement qui s’avère hostile à la durabilité de la filière.   

Quelques chiffres clés :
280 mille ha de superficie dont 15% occupée par des primeurs
7 millions T de production dont 8% destinée à l’export 550 mille T d’exportation des tomates principalement sur le marché européen (EACCE, 2020) 54 mille T est la production de maraîchage bio sur une superficie qui avoisine les 1 800 ha 35% des pesticides appliqués au Maroc, (1,46 kg/ha) concernent les cultures maraîchères (ONSSA, 2015)  

Objectifs :
1. Développer la connaissance des ressources génétiques horticoles et améliorer les techniques de production durables des cultures maraîchères  
2. Développer des moyens de lutte alternative aux ravageurs des cultures maraîchères  
3. Améliorer la productivité des cultures maraîchères biologiques sous serre et en plein champ   
 
Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DRA, ONCA, ONSSA, DSS Professionnels : FIFEL, APEFEL, FIMABIO  
 
Partenaires scientifiques et académiques : IAV HII CHA, Univ. Agadir, Univ. Rabat, Univ. Meknès, Univ. Oujda, Univ. Settat.

Filière Fruits Rouges
Contribution au développement de la filière des petits fruits rouges  

La filière des fruits rouges se révèle hautement rentable dès lors que les conditions favorables sont réunies. Des cultures qui affichent une croissance à la fois rapide et soutenue avec des productions destinées essentiellement à l’export. Le périmètre du Loukkos, qui est considérée comme principal bassin de production, compte une vingtaine d’unités de conditionnement et de surgélation installées pour la majorité par des investisseurs délocalisés. Ce périmètre dispose en effet de plusieurs atouts qui expliquent cette dynamique. D’abord, la ressource hydrique qui ne fait pas défaut. Ensuite, la proximité des marchés européens qui a favorisé l’installation de producteurs et exportateurs européens. Le tout, stimulé par les incitations à l’investissement contenues dans les stratégies de développement agricole. Avec les incitations visant en particulier la diversification de la filière, les cultures des myrtilles et des framboises ont été introduites entre 2005 et 2008 dans le périmètre du Loukkos. Depuis, elles sont en extension remarquable. La filière des petits fruits rouges vient de se doter récemment de sa Fédération interprofessionnelle. Celle-ci regroupe deux collèges d’opérateurs composés des associations professionnelles existantes.   

Quelques chiffres clés :
9 650 ha de superficie de fruits rouges (Interproberries 2020)
202 mille T de production dont 70% de fruits de fraisier (Interproberries 2020)
6 milliards MAD de chiffre d’affaire 4/5ème de la production nationale est concentrée dans le périmètre Loukkos  

Objectifs :
1. Développer de nouvelles variétés de fraisier pour la production locale  
2. Améliorer l’état nutritionnel et optimiser l’utilisation des pesticides sur la fraise et les petits fruits rouges par une protection intégrée et écologique  
3. Valoriser et améliorer la qualité des petits fruits rouges par l’utilisation des technologies appropriées   
 
Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DRA Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Ch. A, ONCA, ONSSA.

Professionnels : Interproberries

Industriels ou promoteurs de technologie : ATLAS BERRY, DERAFRODT, FELGAR  
 
Partenaires scientifiques et académiques : IAV HII, ENAM, ENFI, Univ. Tétouan, Univ. Tanger (FST), Univ. Marrakech.

Filière Arganier
Amélioration de la productivité, de la rentabilité et de la durabilité du système arganiculture-arganeraie face au changement climatique  

En plus de son rôle socio-économique important, le développement de l’arganier fait partie des engagements du Royaume en matière de mesures d’adaptation au changement climatique. Cette importance s’est illustrée en 2021, par la proclamation de l'Assemblée générale des Nations Unies du 10 mai comme Journée internationale de l'arganier. La pérennité de l’écosystème de l’arganier est menacée en raison de la surexploitation domestique, de l’extrême aridité et surtout du faible taux de régénération naturelle. Afin d’inverser cette tendance de dégradation que subit cet arbre forestier, la sélection et la multiplication d’individus ayant des caractères recherchés sont désormais une priorité nationale. Des écotypes ou clones performants doivent être sélectionnés soit par exploitation de la diversité génétique existante ou par amélioration génétique.   

Quelques chiffres clés :
2,5 millions ha est l’aire qu’occupe l’arganeraie au Maroc, dont 830 mille ha de réserve de la biosphère octroyée par l’UNESCO
3,4 mille ha d’arganiculture
5.6 T de production d’huile d’argan dont 1.35 T destinée à l’exportation  

Objectifs :
1. Sélectionner les ressources génétiques d’arganier les plus performantes  
2. Développer des techniques de multiplication et de production intensive des plants d’arganier  
3. Élaborer un train technique optimal pour une arganiculture productive  
4. Mettre en évidence la variabilité et la typicité de l’huile d’Argan et protection technologique du savoir-faire local d’extraction de l’huile d’Argan   

 
Partenaires:
Directions ministérielles et établissements publics de développement : ANDZOA, ADA, ONCA, ONSSA, DRA Souss Massa, DRA Marrakech Safi, DRA Guelmim Oued Noun,

Professionnels : FIFARGANE  
Partenaires scientifiques et académiques : IAV HII, ENAM, UM6P

Filière Cactus  
Amélioration de la productivité et de la valorisation du cactus  

Le cactus a connu d’importants programmes de plantation et d’extension. Dès l’année 2016, la plantation des 160.000 ha prévus dans le cadre du Plan Maroc Vert a été atteinte. Cependant depuis l'introduction de la cochenille au Maroc, les infestations engendrées dans plusieurs régions ont décimé d’importantes superficies. En réponse à cette situation, un programme de recherche a été mis en place dans le cadre du plan d’urgence du Ministère de l’agriculture de lutte contre ce ravageur. Des résultats importants ont été obtenus, dont l’identification de huit variétés résistantes à la cochenille et qui offrent pour le moment un grand espoir pour accompagner la relance de la filière. Cependant, d'autres recherches s'avèrent nécessaires pour approfondir davantage le volet recherche sur les voies alternatives de lutte écologiques contre la cochenille, mais aussi de capitaliser et de renforcer le volet d’amélioration génétique. Bien que la propagation végétative traditionnelle par cladodes soit la plus courantes et la plus utilisée, le problème d’infestation par la cochenille impose l’utilisation des techniques de culture in vitro pour la multiplication massive et rapides des variétés résistantes. En effet, des techniques telles que l’organogenèse et l’embryogenèse somatique présentent un grand intérêt pour les différents programmes de multiplication et d'amélioration génétique.  

Objectifs :
1. Créer des écotypes de cactus résistants à la cochenille  
2. Améliorer les techniques de production du cactus  
3. Valoriser le cactus et ses sous-produits dans les zones fragiles pour la consommation humaine et la cosmétique  

Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DRA Souss Massa, DRA Marrakech Safi, DRA Tanger Tétouan Al Hoceima, ONCA

Partenaires scientifiques et académiques : IAV HII, Univ. Marrakech

Filière Plantes aromatiques et médicinales

Valorisation des plantes aromatiques et médicinales à haut potentiel économique et environnemental  

L’exploitation des plantes aromatiques et médicinales est une tradition de longue date au Maroc, pays qui compte actuellement parmi les principaux producteurs des herbes sèches et des huiles essentielles. De par sa situation géographique, le Maroc constitue un cadre naturel original offrant une gamme complète de bioclimats méditerranéens favorisant une flore riche et variée avec un endémisme très marqué. Sur le plan économique, les plantes aromatiques et médicinales constituent actuellement un levier important de l’agriculture solidaire dans certaines régions au Maroc et donc une source de revenus non négligeables. Le safran, l’armoise, l’arbousier, le thym et les câpres qui feront l’objets de recherches, jouissent d’une grande importance pour leur utilisation culinaire et cosmétique, en plus de leur exploitation en ornement, en parfumerie ou en pharmacologie.  

Quelques chiffres clés :
140 mille T de production annuelles des plantes aromatiques et médicinales (ANPAM 2021)
98% de la production nationale en plantes aromatiques et médicinales provient de la cueillette de plantes spontanées.
1865 ha est la superficie plantée en safran (2019)
24,5 mille ha est la superficie du câprier au Maroc dont 43% de câpriculture  

Objectifs :
1. Inventorier, évaluer, cartographier et conserver la biodiversité du thym, de l’armoise et du câprier  
2. Sélectionner des clones performants de safran et développer des techniques de multiplication végétative.  
3. Développer des techniques pour la production durable des stigmates et des cormes de safran  
4. Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et leurs dérivés  

Partenaires
Directions ministérielles et établissements publics de développement : DDFP, DRA Draa Tafilalet, HCEFLCD, ONCA

Professionnels : FIMASAFRAN, FICOPAM, Coop. agricole Alkhadra de Sebt Gzoula, Asso. provinciales des producteurs de câpre à Tanger Tetouan Al Hoceima et Marrakech Safi Industriel ou promoteur de technologie : Dar Azzaafarane à Taliouine, MAROCÂPRES, Conserves Oualili
Partenaires scientifique et académique : Académie Hassan II des sciences et techniques, ENFI, ANPAM, Univ. Rabat, Univ. Tanger et Univ. Fès

Filière Viandes rouges
Amélioration de la productivité et la compétitivité des élevages ovins, caprins et bovins pour des systèmes résilients et durables  

L’élevage est un pilier de l’agriculture marocaine au vu de son importance socio-économique et sa contribution à la sécurité alimentaire. La stratégie Génération Green 2020-2030 vise de consolider la filière des viandes rouges par l’amélioration de la productivité des troupeaux dans un environnement de plus en plus contraignant, et par conséquent l’amélioration de la qualité de vie des éleveurs à travers l’amélioration de leurs revenus. En effet, les défis qui pèsent sur cette filière en termes d’effectifs, de rendement de la carcasse, de dépendance aux alias climatiques et de faible valorisation interpellent la recherche agricole pour l’implémentation de programmes soutenant l’amélioration durable des ressources génétiques, accélérant l’adoption de systèmes d’élevage résilients et développant des initiatives novatrices de valorisation des produits de la filière.  

Quelques chiffres clés :
31 millions de têtes comme moyenne des 3 dernières années dont plus de 19 millions de têtes d’ovins
600 mille T de production totale des viandes rouges (2019)
16 kg/tête de poids moyen des carcasses ovines (2019)
74% des exploitations agricoles sont concernées par l’élevage  

Objectifs :
1. Approfondir les connaissances sur les ressources génétiques locales dans le contexte de changements globaux  
2. Améliorer les performances de l’élevage des ruminants par la diversification de l’offre fourragère et la maîtrise des techniques durables de production de fourrage qui préservent les ressources naturelles  
3. Valoriser la typicité des produits laitiers et carnés d’origine caprine, ovine et bovine des races marocaines  

Partenaires:
Directions ministérielles et établissements publics de développement : ONCA, DDFP, DPA, Ch.A, DRA Casa-Settat, DRA Beni Mellal Khénifra, DRA Drâa Tafilalet et DRA Tanger Tétouan Al Hoceima Professionnels : FIVIAR, ANOC, Al Khaier, Mabrourka

Industriel ou promoteur de technologie : Domaines Agricoles, Domaine Bio Béni Mellal, Moroccan almonds international
Partenaires scientifiques et académiques : ENAM, IAV HII, Univ. Beni Mellal, Univ. Rabat, Univ. Namur (BEL), Univ. Liège (BEL), HEPH (BEL), UCSC (ITA), CNR-IBBA (ITA), CMCC (ITA), INRAE (FRA)

العنوان
المركز الجهوي للبحث الزراعي بوجدة
وحدة البحث التدبير المستدام للموارد الرعوية
10،شارع محمد السادس، القدس، 60000 المغرب
ص.ب 428 ط.ر وجدة المغرب
Tél. : +212 536 500210 / +212 536 500230
Fax: +212 536 500211

المنسق
أنديش كريم

البريد الالكتروني: karim.andich@inra.ma / andichkarim@gmail.com

العنوان
المركز الجهوي للبحث الزراعي بتادلة
 ÙˆØ­Ø¯Ø© البحث نظم الإنتاج بتقنية الري
الطريق الرئيسية 24 بني ملال ـ مراكش
كلم 18 القروي بني ملال
تقاطع مع الطريق الثانوية المتجهة نحو أفورار
ص.ب 567 الإقليمي لبني ملال المغرب
Tél. : +212 523440006 et +212 523440083
Fax : +212 523440006 et +212 523440083

المنسق
فارغ

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER