Vous êtes ici

09/01/2023 | Ces labos où «Lhandia» renaît de ses cendres

DANS L’UNE DES PLATEFORMES DE MULTIPLICATION DE L’INRA, LA PLANTATION DE NOUVELLES VARIÉTÉS DE CACTUS RÉSISTANTES À LA COCHENILLE EST EN COURS. IMMERSION.

Lieu : Zemamra, dans la localité de Doukkala, à environ 2h30 de Casablanca. À travers la route nationale, depuis El Jadida, se trouve le premier site de multiplication du cactus. C’est là où tout a commencé. Sur une superficie d’environ 4 hectares s’étalent des centaines de plantations de différents types de cactus, presque déjà matures, de formes variées, avec ou sans épines. Certaines ont même déjà donné les premiers fruits. De quoi redonner espoir aux consommateurs certes, mais surtout aux agriculteurs qui font de cette culture leur gagne-pain quotidien.

Ce fruit bio traditionnel nous a manqué ces trois dernières années, en raison de la propagation de la cochenille qui a détruit toute la superficie du cactus sur son passage. L’insecte parasite a pris ses premiers quartiers en 2014 à Saniat Berguig, commune de la province de Sidi Bennour, où le cactus servait notamment de haie le long des routes, de clôture pour les maisons et de séparation entre les parcelles. Ce redoutable ravageur s’est ainsi propagé petit à petit, se frayant un chemin de région en région, emporté surtout par le vent. Il était tellement tenace que les insecticides utilisés n’ont jamais pu remporter la bataille contre lui. Les agriculteurs n’avaient que leurs yeux pour pleurer. Devant cet état d’urgence, le ministère de l’Agriculture a chargé l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) de trouver une solution. C’est ainsi que fut lancé le programme national de plantation et de reconstitution du cactus détruit par la cochenille. Et c’est justement l’objet de cette première plateforme créée au printemps 2017 à Zemamra, appelée chez les professionnels «parc à bois de départ de matériel végétal de cactus».

Source : lavieeco.com (Edition Electronique du 08/01/2023)

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER