Vous êtes ici

1. Approche d’élaboration du PRMT 2008-2012

1.1. Analyse prospective et documentaire

Une telle analyse a été faite pour apprécier les besoins en recherche à l’échelle nationale et régionale et faciliter la mise en adéquation des objectifs opérationnels en tenant compte des enjeux et des défis actuels et futurs dans le cadre de la vision stratégique développée pour l’agriculture du pays.

Cette réflexion avait donc pour objectifs de mieux cadrer les projets de recherche futurs, d’ouvrir un débat aussi bien sur les activités de recherche que l’organisation du travail au niveau des CRRA, et de valoriser le fruit des concertations avec l’ensemble des acteurs et partenaires, notamment au niveau des CRCO.

Les documents ayant servi à cette réflexion se rapportaient principalement au Plan Maroc Vert, aux ateliers d’élaboration de plans régionaux de développement agricole, aux réunions des CRCO notamment celles organisées durant la campagne 2007-2008 et aux résultats de l’évaluation du PRMT 2005-2008. 

Les enjeux qui en découlent se rapportent principalement au Plan Maroc Vert et ses implications sur la recherche agronomique. 

1.2. Positionnement de l’INRA par rapport au Plan Maroc Vert
Le réajustement du PRMT 2008-2012 (campagnes 2008-2009 à 2011-2012) coïncide avec l’avènement de la nouvelle stratégie de développement agricole affichée par le Plan Maroc Vert annoncé, lors des premières assises de l’agriculture, le 22 avril 2008. L’INRA est ainsi interpellé à s’inscrire dans cette vision et réajuster ses programmes de recherche en fonction des orientations qui y sont données. 

Considérant l’agriculture comme moteur de croissance économique et sociale, le Plan Maroc Vert se fixe des orientations du développement du secteur à travers :
• une stratégie qui s’articule autour d’une approche globale touchant l’ensemble des acteurs selon leurs objectifs propres. Deux piliers essentiels sont ainsi proposés permettant de toucher un maximum d’exploitants, tant les acteurs modernes (Pilier I), que la petite agriculture (Pilier II).
- L’objectif du Pilier I est de développer une agriculture performante, adaptée aux règles du marché, grâce à une nouvelle vague d’investissements privés, organisés autour de nouveaux modèles d’agrégation équitables.
- L’objectif du Pilier II est de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant significativement le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques (par exemple en bour défavorable, montagnes et oasis). Ce Pilier doté de cet objectif spécifique adoptera donc des moyens spécifiques, adaptés au type d’acteurs ciblés
• un socle qui doit permettre la réussite des deux piliers essentiels. Il s’agit d’un bloc de réformes du cadre sectoriel (foncier, politique de l’eau, fiscalité, etc.) et d’une composante de réforme institutionnelle du Ministère de l’Agriculture lui-même.

Partant du fait qu’aucune filière de production n’est exclue, le Plan Maroc Vert met l’accent sur le ciblage et la différenciation des actions pour plus de productivité, d’économie, d’efficience, de préservation des ressources naturelles et de lutte contre la pauvreté. Dans ce sens, la régionalisation des plans de travail est prise comme une priorité pour plus de proximité pour l’encadrement des divers bassins de production.

Dans ce contexte, la recherche agronomique, en l’occurrence l’INRA, se doit ainsi de contribuer à la levée des divers défis relatifs :

• aux équilibres économiques et aux balances commerciales et alimentaires ;
• à la stabilisation des populations et la lutte contre la pauvreté ;
• à l’aménagement du territoire et la croissance régionale des zones défavorables avec des contraintes comme le bour défavorable, les oasis et les montagnes ;
• aux exigences du développement durable surtout en termes de préservation des ressources naturelles (notamment eau et sol) et aux impacts des changements climatiques ; 
• à l’offre alimentaire tant en quantité qu’en qualité et à bon marché pour subvenir aux besoins d’une population de plus de 30 millions de consommateurs dont les habitudes sont en pleine mutation.

Il y a lieu de souligner les multiples facettes organisationnelles et méthodologiques adoptées par l’INRA et qui lui permettraient de se positionner aisément et converger avec les objectifs du Plan Maroc Vert. En effet, son organisation régionalisée, son approche participative de programmation, ses orientations stratégiques de recherche, son ouverture sur son environnement, son adoption d’espaces régionaux de concertation (CRCO) et sa disponibilité à développer des partenariats diversifiés et multiples sont autant d’atouts qui lui confèrent des niches convergentes avec les orientations de la nouvelle politique agricole du pays. Dans ce contexte, l’INRA serait constamment appelé à assurer des rôles complémentaires d’anticipation et d’accompagnement et fournir des savoirs et des technologies nécessaires pour la mise en œuvre des choix opérés au niveau des deux piliers I et II. 

1.3. Principales implications du Plan Maroc Vert sur les programmes de recherche
Le Plan Maroc Vert offrant le cadrage global de développement agricole du pays pour les prochaines années, l’élaboration du nouveau PRMT 2008-2012 doit donc s’y intégrer en toute harmonie. 

Cette élaboration passe inéluctablement par une étude des implications du Plan Maroc Vert sur l’ensemble de gestion de la recherche depuis la programmation, passant par l’organisation, la mobilisation des moyens, le suivi-évaluation jusqu’à la communication des résultats. 

1.3.1. Programmation et organisation de la recherche
La convergence entre les orientations du Plan Maroc Vert et le champ d’activités et d’expertises de l’INRA, se matérialise aussi bien au niveau thématique qu’au niveau organisationnel. Elle vient renforcer essentiellement la programmation régionalisée de la recherche qui prend en charge les difficultés et les potentialités qui caractérisent le secteur agricole au niveau de chaque agro-système. 

Sur le plan des thématiques de recherche

En notant la concordance des thématiques de recherche traitées, l’INRA aura donc à consolider sa position en la matière, notamment en ce qui concerne : 
• la mise à niveau des diverses filières concernant l’un ou l’autre des deux piliers et l’augmentation de leur compétitivité (amélioration de la productivité, durabilité et valorisation) ainsi que la diffusion des technologies appropriées. 
• la caractérisation agro-écologique du milieu et de ses aptitudes agricoles ainsi que la connaissance des ressources naturelles, leur préservation et leur gestion durable (sol, eau, biodiversité) ;
• les études sur les systèmes de production et le milieu socio-économique et institutionnel ainsi que celles portant sur les politiques agricoles et l’analyse de leur impact sur les filières, les systèmes de production, les exploitations et les ressources naturelles ;
• la couverture des différents écosystèmes (aride et semi aride, oasis, irrigué, montagne, parcours, zones sahariennes et pré-sahariennes) ainsi que les systèmes de production (grande, petite et moyenne agriculture).

Sur les plans organisationnel et managérial

Sur ces plans, les démarches et approches développées par l’INRA vont se voir renforcées, et ce, notamment en termes : 
• d’implantation régionalisée et une meilleure adaptation des structures pour une recherche de proximité;
• de programmation et d’évaluation participative des recherches à moyen terme avec une forte orientation vers le développement agricole, tel est le cas de l’évaluation du PRMT 2005-2008 et l’élaboration du PRMT 2008-2012 ;
• d’une meilleure intégration avec l’ensemble des acteurs concernés par le développement agricole du pays (organismes chargés de développement, organisations professionnelles, enseignement supérieur et techniques et établissements de recherche) ;
• de finalisation des approches et des procédures pour répondre parfaitement aux exigences de l’instauration d’un contrat programme se basant sur des objectifs clairement définis et permettant une mobilisation conséquente des ressources nécessaires. 

1.3.2. Communication des résultats 
Le Plan Maroc Vert constitue un cadre approprié et potentiel pour le transfert des acquis de recherche de l’INRA. Les besoins en technologies et recherches affichés par les différents projets identifiés à travers les Plans Régionaux de Développement Agricole offrent une opportunité pour la valorisation et l’adaptation des résultats disponibles à l’INRA. 

Ces deux dernières années, l’INRA a dû procéder à l’exhibition de ses acquis technologiques, notamment au niveau régional en collaboration avec les Centres Régionaux d’Investissement pour attirer d’éventuels acquéreurs. Le Plan Maroc Vert offre déjà cet espace de présentation des résultats et de leur affinement éventuel avec des professionnels. 

L’initiative prise pour présenter une offre globale de ses acquis pour accompagner le Plan Maroc Vert a été saluée par les responsables du Département de l’agriculture qui ont apprécié la pertinence et la qualité de cette offre. Aussi, est-il demandé à l’INRA, d’organiser une journée porte ouverte aux organisations professionnelles pour l’exposition des différentes technologies et résultats. 

Le transfert des acquis de l’INRA pourra être réalisé dans un cadre structuré et contractuel aussi bien avec le secteur privé (Pilier I) que public (Pilier II). Plus de perspectives, seront alors ouvertes pour la valorisation des résultats de recherche.

1.4. Principales étapes d’élaboration du PRMT
Quatre principales étapes successives et itératives ont constitué la démarche de préparation du PRMT 2008-2012 :

• La première qui a été lancée en janvier 2008 et qui a consisté en l’auto-évaluation du précédent PRMT et la collecte des propositions relatives aux futures orientations de recherche des partenaires, notamment les membres des CRCO, à travers les réunions qu’ils ont tenues avec la direction de l’INRA durant le premier semestre de l’année.
• La deuxième caractérisée par les échanges, notamment entre les CRRA et la direction centrale, pour la formulation, la mise en cohérence et la validation des nouvelles orientations de recherche. Ces concertations ont été tenues, sur la base des documents fournis par les CRRA, durant les mois de juin et juillet avec la participation des responsables régionaux et les départements scientifiques.
• La troisième est matérialisée par la participation des CRRA à l’exercice de déclinaison du Plan Maroc Vert en plans régionaux de développement agricole lancée en fin juillet par le Département de l’agriculture. Cet exercice a permis aux différents CRRA de mieux appréhender le Plan Maroc Vert et d’affiner conséquemment les orientations de recherche et de communication des résultats.
• La quatrième portait sur la déclinaison des orientations retenues en projets de recherche et de les formuler selon un canevas standard (annexe 8) permettant d’avoir une homogénéité de présentation pour en faciliter le suivi et l’évaluation.

Undefined
Lundi, 21 novembre, 2016
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER