Vous ĂŞtes ici

Etude traitant de la sélection des lignées adaptées et stables de blé rendre (Triticum aestivum) Quatre paramètres de stabilité ont été utilisés (bi, S Pi et Wi) pour estimer la stabilité et l’adaptation des lignées. Vingt quatre lignées avancées de blé ont été testées durant les campagnes agricoles 1992 -93 et 1993-94 dans six locations avec différentes conditions édapho-climatiques. Durant la campagne agricole 1992-93, une sécheresse sévère a eu lieu dans les domaines de Douyet, Jemâa Shaim et Sidi El Aidi. Après quoi, chaque combinaison du site x année est considérée comme un environnement et les données sont analysées sur un total de 9 environnements. L’analyse de la variance a montré un effet hautement significatif pour l’environnement (E), le génotype (G) et l’interaction (G L ’interaction est de type qualitative à cause du changement de classement des lignées d’un environnement à un autre. Tous les coefficients de régression (bi) et la déviation par rapport à la ligne de régression (S sont différents de zéro. Trois lignées (# 1, 4 et 18) ont montré un coefficient de régression significativement différent de l’unité, ceci suggère que ces dernières lignées répondent plus à des environnements favorables qu’à des environnements défavorables, Ces lignées ont été classées comme non stables. Considérant conjointement l’écovalence (Wi), le coefficient de régression (bi) et l’indice de supériorité (Pi), les lignées qui peuvent être retenues sont de 2, 6, 7, 10, 13, et 22, Ces lignées ont montré une large adaptation et elles sont stables. L’analyse en cluster a montré que le groupement tend à combiner le croisement I nom et le rendement potentiel. Il est aussi important de noter que les variétés Achtar et Jouda, utilisées comme témoins, se classent comme stables avec une large adaptation.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 116, p. 90-104

Peu d'information est disponible sur les niveaux de production des caprins locaux du nord du Maroc, cependant, ['utilisation de la chèvre locale, adaptée aux conditions de la région et réputée pour son potentiel laitier, est une option qui devrait être envisagée comme voie complémentaire à l'introduction de la génétique exotique pour le développement de la filière laitière dans la région. Dans ce contexte, le présent travail a pour objectif d'évaluer les performances de reproduction, de croissance des jeunes et de production laitière de la chèvre locale du nord du Maroc en conduite intensive. Les données ont été collectées durant les années 2005 et 2006 au domaine expérimental de Boukhalef rattaché au Centre Régional de la Recherche Agronomique de Tanger relavant de l'Institut National de la Recherche Agronomique. L'analyse des données a montré que les taux de fertilité et de prolificité moyens sont respectivement de 72 % et 149 %. Les poids de portée à la naissance et au sevrage sont respectivement de 3,5 kg et 14.1 kg. Le poids moyen des chevreaux à la naissance, 30 jours et 70 jours sont respectivement de 2,4, 6,3 et 10,1 kg. La vitesse de croissance moyenne est estimée à 123 g/j de 10 à 30 jours et de 97 g/j de 30 à70 jours. La production laitière par chèvre et par an est estimée à 202 kg pour une durée de lactation de 179 jours. La production laitière des chèvres multipares est plus élevée que celle des primipares (P0,05), cependant cette production n'est pas affectée par la taille de la portée (P0,05). Les teneurs moyennes en matière sèche, matière grasse, protéine et lactose du lait sont respectivement de 13,3, 3,5, 3,7 et 3,3 %. Ces valeurs augmentent avec l'avancement de la lactation. L'application des normes d'hygiène au moment de la traite permet de produire un lait de qualité hygiénique élevée puisque 95 % des échantillons du lait analysés présentent une charge bactérienne inférieure aux normes des différentes flores analysées. La présente étude a permis de conclure que compte tenu de ses potentialités de production et d'adaptation à l'environnement où elle évolue, la chèvre locale du nord du Maroc présente des atouts pour le développement de la production laitière caprine.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 118-119 , p. 139-153

Le colza (Brassica napus L.) est une espèce oléagineuse appartenant à la famille des Brassica ceae. C’est un amphidiploïde à 2n = 38 chromosomes, provenant de l’hybridation naturelle entre le chou et la navette. C’est une plante partiellement allogame dont le taux de fécondation croisée peut atteindre 30 pour cent en absence de gènes d’auto incompatibilité. En tant que culture, le colza possède des potentialités intéressantes et une adaptation étendue à diverses zones à travers le monde due notamment à l’existence de deux types distincts, un type d’hiver et un autre de printemps. L’amélioration d’un certain nombre de caractères économiquement importants passe par l’existence d’une certaine variabilité génétique chez cette espèce. Néanmoins, le sélectionneur doit chercher, dans des cas particuliers, cette variabilité chez des espèces apparentées. Les objectifs et critères de sélection concernent, en général, le rendement en grain, la teneur en huile et en protéines, la qualité de l’huile, la résistance aux maladies, la résistance aux herbicides, etc. Cependant, ces objectifs peuvent être plus spécifiques à un pays ou à une région donnée. Les méthodes de sélection suivies sont différentes conduisant ainsi à la mise au point de types variétaux distincts, à savoir des lignées pures, des variétés populations, des synthétiques, des hybrides, etc. Par ailleurs, le colza est une plante modèle pour l’application du domaine de la biotechnologie, surtout ce qui se rapporte à la culture des anthères ou microspores et à la fusion de protoplastes. Au Maroc, le colza est appelé à jouer, à côté du tournesol un rôle important dans la sécurisation en matière d’huiles alimentaires. Aussi, le principal objectif du programme d’amélioration du colza consiste-t-il à diversifier et à développer un matériel génétique productif et adapté. Les critères de sélection portent, essentiellement, sur le rendement en grain et la teneur en huile. La stratégie jugée efficace pour l’amélioration des populations de colza, à long terme, réside dans l’adoption d’une sélection récurrente dans le but d’accumuler, d’une part, un pool génique favorable et de permettre, d’autre part, de préserver la variabilité intra population qui serait à l’origine d’un progrès génétique continu. A court terme, un schéma de sélection afin de développer des variétés synthétiques a été proposé. Ce type variétal serait adapté aux conditions marocaines comme il permettra, sans doute, d’exploiter une partie de l’hétérosis, phénomène considérable chez le colza.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 114 , p. 123-149

La présente étude vise l’induction de la variation somaclonale via la callogenèse pour la sélection in vitro de lignée cellulaires tolérants à la salinité de cinq porte- d’agrumes (Poncirus trifoliata, Citrus aurantium, Citrus volkamériana, mandarinier Cléopâtre et le lime rangpur). Les cals ont été induits à partir d’embryons excisés et cultivés sur le milieu de Murashige et Tucker (1969) contenant l mgL-1 de 2,4-D et 0,5 mgL-1 de BAP. Deux méthodes d’induction de la résistance à la salinité on! été réalisées, la première se base sur la culture d’embryons oulet des cals sous stress appliqué de façon directe (0 gL-1, 3 gL-1, 6 gL-1, 8 gL-1, 9 gL-1et 10 gI-1 de NaCl): La deuxième méthode se base sur la culture des cals sous stress appliqué graduellement. Les résultats ont prouvé que la mandarine Cléopâtre présente la meilleure aptitude à la callogenèse en présence de sel et pour les différentes concentrations avec une moyenne de 73 pour cent. Il y a une amélioration de la résistance à la salinité par le test de stress graduel pour le P. trifoliata et le C. aurantium et même pour les porte-greffes considérés résistants à la salinité le mandarinier Cléopâtre et la lime rangpur. En effet, les cals sélectionnés en condition de stress salin graduel, montrent un développement normal jusqu ’à 9 gL-1 de NaCl pour le C. aurantium et le P. tnfoliata et jusqu’à 10 gL-1 pour le mandarinier Cléopâtre et le lime rangpur. Une nécrose totale des cals a été observée à la dose de 1l gL-1 de NaCl. Les cals de C. volkamériana ont exprimé une tolérance à 9 gL-1 de NaCl et une tolérance relative à 10 gL-1 de NaCI. C. vo présente ainsi une tolérance intermédiaire aux sels par rapport aux autres porte-greffes.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 116, p. 121-123

La multiplication des génotypes de palmier dattier, rares ou sélectionnés, se heurte au problème de l’indisponibilité de rejets nécessaires à leur micro propagation végétative. Pour palier à ce problème, l’utilisation de tissus prélevés à partir d’inflorescences, au moment de leur émergence, a permis la réussite de la multiplication de certains génotypes sélectionnés et présumés résistants à la maladie du Bayoud. Pour une meilleure adaptation de cette nouvelle technique à une large gamme de génotypes, deux séries de combinaisons hormonales ont été testées en phase d’initiation de bourgeons. La première série contenant 0.5 mgl-1 d’acide naphtoxyacetique (ANOA), 0.5 mgl-l, acide naphtalenacétique (ANA) et (0,0.1, 0.5 et 1) mgl-1 du 2-Isopentyl adénosine (IPA) a induit le développement de carpelles et la formation de racines. La seconde, contenant: 0.5 mgf1 ANA, 1 mgl-1BAP et (0, 0.5, 1 et 2) mgf1 IPA a permis d’initier les bourgeons végétatif chez deux génotypes sélectionnés INRA-B26 et INRA-B2? respectivement sur les milieux contenant 1 et 2 mg!1 d’ IPA. L’étude de la multiplication de ces bourgeons a été réalisée avec le milieu de base renfermant (mgf1): les régulateurs de croissance ANA (0.5), IP A (1) et BAP (1) ou dilué au 1/2.5; 1/5 et 1/10. La multiplication a été satisfaisante sur le milieu dilué au 1/2.5. Des centaines de plantules ont été régénérées et acclimatées. Les premiers vitroplants produits ont été transférés au sol aux domaines expérimentaux de l’INRA à Marrakech et à Zagora. Certains vitro-plants du génotype INRA-B26 ont commencé à produire des dattes.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 113 , p. 47-60

Dans cette étude, nous avons démontré que l’agent causal de la fusariose vasculaire du palmier dattier (Fusarium oxysporum fsp albedinis) sécrète dans le milieu extra-cellulaire une quantité importante de protéines. Par electrophorése (PAGE-SDS), nous avons identifié 8 bandes protéiques dans les filtrats concentrés de culture de champignon. Les masses moléculaires de ces protéines varient de 65 à 13 Kda. Le même profil électrophorétique est obtenu pour 3 isolats pathogènes du Fusarium oxysporum fsp aLbedinis d’origine différente. Par contre, un profil différent est obtenu pour un isolat saprophyte de Fusarium oxysporum. Les dosages enzymatiques ont révélé dans ces filtrats de culture une importante activité pectinolytique et cellulolytique mais une faible activité protéolytique. L’influence du pH, de quelques inhibiteurs et de la chaleur sur ces activités enzymatiques a été également étudiée.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 109-110 , p. 47- 62

Les dégâts causés annuellement par la cécidomyie (Mayetiola destructOl; (Say)) sont importants sur blé dur plus particulièrement en zones du semi aride et en cas de semis tardifs en zones du bour favorable. Le transfert des gènes de résistance (H22, H23, H24, et H26) dérivant de l’espèce donatrice du génome D au blé, Aegilops tauschii, a fait l’objet de ce travail. Ces gènes ont été transférés du blé tendre au blé dur par le biais de croisements directs entre ces deux espèces. Il s’agit d’une tentative du transfert des gènes de résistance du génome D du blé tendre aux génomes A ou B du blé dur. Les lignées Langdon disomiques de substitution 5D(5B) on été utilisées lors des croisements en retour (backcross) pour promouvoir l’induction de l’appariement entre les chromosomes du génome D et les chromosomes des génomes A ou B. Les croisements ont été réalisés de telle manière qu’un chromosome du génome A et un chromosome du génome D soit libre pour qu’ils puissent se recombiner et par conséquent réussir le transfert. Lors du transfert des gènes de résistance à la cécidomyie du génome D au génome A, les graines FI sont échaudées et ont eu un taux de germination très faible. Le problème de chlorose des feuilles a été atténué par la culture de ces plantes FI dans des conditions plus fraŒches. L’évaluation des descendances des plantes FI (BC1 FI) pour leur résistance à la cécidomyie a montré que des transferts ont été réussis. Sur un total de 2053 plantes BCI FI en ségrégation testées 1132 plantes résistantes ont été sélectionnées. Ce résultat doit être confirmé d’avantage par d’autres techniques de cytogénétique ou de marquage moléculaire (surtout les microsatellites ou SSRs).

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 111, p. 41-54

Cette synthèse porte sur l’étude du métabolisme carboné lors du processus de l’embryogenèse somatique chez l’épinette. Durant la phase de maturation, la présence du saccharose et son hydrolyse dans le milieu sont indispensables pour une production élevée d’embryons somatiques. Le largage d’une invertase active, ayant un poids moléculaire de 53 kDa, contribue à l’hydrolyse du saccharose dans le milieu de maturation. Cette hydrolyse mène à une accumulation de glucose et de fructose et par conséquent à une augmentation de pression osmotique. Toutefois, la simulation de cette augmentation au niveau du milieu de maturation ne peut imiter les effets obtenus sur un milieu o— le saccharose est hydrolysé. L’examen de la qualité des embryons montre que la teneur en sucres des embryons est indépendante de la source exogène de carbone. A l’inverse, les teneurs en protéines dans les embryons sont intimement liées aux conditions de maturation. La période de maturation se compose premièrement d’une phase de croissance durant laquelle l’activité des invertases et les concentrations en glucose et fructose endogènes sont élevées et, deuxièmement, d’une phase caractérisée par la déposition de réserves sous forme de protéines et d’amidon. La diminution de la concentration du saccharose dans le milieu de maturation ou son remplacement par du glucose et du fructose conduit à un débalancement du métabolisme carboné qui mène à une diminution des produits de réserves et par conséquent à une altération du développement des embryons. Durant la phase de maturation, le tissu embryogène peut aussi utiliser directement le saccharose du milieu de culture et au moins une partie du saccharose assimilé est hydrolysée par l’invertase pariétale.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 113 , p. 61-76

Cette étude a pour but d'évaluer la structure génétique des populations locales de blé dur pour contribuer au développement de l'approche de conservation in Situ au Maroc. Trente quatre populations locales de blé dur de la région d'Errachidia ont été analysées. Trois variétés de blé dur (Cham 1, Marzak, Omrabia) et une variété de blé tendre (Saada) ont été utilisées comme référence dans cette étude. Cent trente trois microsatellites ont élé étudiés, 25 microsatellites se sont révélés polymorphes (18,7 pour cent ). Douze microsatellites amorces ont été utilisées dans l'évaluation de la diversité génétique de toutes les populations. Les analyses montrent une faible diversité entre les différentes populations. La dissimilarité ainsi que le dendrogramme obtenus regroupent toutes les populations en un seul groupe ou métapopulation et les variétés utilisées comme référence en un autre groupe. La faible diversité observée et le réarrangement de toutes les populations en un groupe ou métapopulation peut être le résultat d'une adaptation spécifique à la région (sélection naturelle), d'une sélection par les agriculteurs de la région ou d'un faible échange des semences avec les agriculteurs des autres régions.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 109-110 , p. 63-80

Le blé dur occupe la troisième place dans la production céréalière marocaine. Environ 85 pour cent de la production annuelle du blé dur est utilisée en panification. Vit l’importance de cette céréale en panification, les programmes d’améliorations génétiques doivent prendre en compte la qualité boulangère comme Critère de sélection. A cet effet il est nécessaire de disposer d’ull test direct de laboratoire (test de panification) et de tests indirects (test de mouture et des tests physico-chimiques et rhéologiques) pour le jugement de la qualité des variétés mises au point par ces programmes de sélection. L’objectif de cette première étude est d’élaborer un test direct de laboratoire pour l’appréciation de la qualité boulangère du blé dur. Ce test doit tenir compte des pratiques marocaines en matière de panification du blé dur. Pour préparer la farine expérimentale nécessaire à la réalisation de ce test direct, il est aussi nécessaire de mettre au point un diagramme de mouture faisant appel aux broyeurs du laboratoire.Pour fixer les modalités de réalisation de ce test de mouture, sept diagrammes de mouture faisant intervenir des broyages, des déséagrégeages, des convertissages et des sassages dans les moulins de laboratoire de marque Chopin ont été testés pour obtenir une farine dont la granulomètrie est la plus proche possible de la farine nationale de blé dur communément utilisée en panification du blé dur au Maroc. Ainsi, un diagramme constitué d’un broyage, un déséagrégeage, deux convertissages et un sassage a été retenu. Pour le test de panification, des enquêtes ont été préalablement menées au niveau des ménages et des boulangeries pour connaŒtre les ingrédients utilisés ainsi que leur pourcentage et les modalités et les conditions de réalisation des différentes étapes de la panification du blé dur. A partir des résultats de ces enquêtes et des essais menés au laboratoire les différents paramètres comme le taux d’hydratation de la farine, le temps de pétrissage, la température et l’humidité relative au cours de la fermentation et la température et le temps de cuisson ont été fixés pour le test direct de panification du laboratoire

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 111, p. 55-68

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER