Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Deux essais de desherbage de la betterave a sucre (Beta Vulgaris L.) ont ete realises du 1991 au 1992 dans la region du Gharb (Maroc). La flore adventice etait dominee par les dicotyledones (88) et les therophytes (83). Les especes les plus dominantes etaient Ranunculus sardous Crantz, Poa annua L., Hirshfeldia incana (L.) Lagrese, Phalaris brachystachys, Medicago polymorpha L., Lathyrus ochrus L. et Vicia sativa L.. Le peuplement eleve a engendre les rendements en racines et en sucre extractible les plus eleves. Deux binages le long du cycle s’averaient suffisants et efficaces pour controler les mauvaises herbes. La succession phenmediphane en deux applications, plus Fluazifop-butyl plus Clopyralide et la succession Phenmediphane plus Fluazifop-butyl ont permis de realiser les meilleurs rendements aussi bien en racines qu’en sucre extractible comparativement aux autres traitements chimiques.

1995
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1995), no 88 , p. 21-34

Deux essais de désherbage chimique du triticale ôjuanilloô (x. triticosecale Wittmack) ont été installés au domaine expérimental de sidi el aidi (climat semi-aride) en 1987-88 et 1990-91 dix traitements herbicides ont été appliqués au stade 3-5 feuilles de la culture: 1) ioxynile (360 h/ha) + mécoprop (1080 g/ha). 2) bentazone (1040 g/ha) + 2,4-dichlorprop (1360 g/ha), 3) 2,4-dichlorprop (2480 g/ha), 4) dineterbe (600 g/ha) + mécoprop (1000 g/ha), 5) bromoxynil (280 g/ha) + mcpa (280 g/ha), 6) bentazone (960 g/ha), 7) isoproturon (1200 g/ha) + ioxynil (248 g/ha) + mécoprop (584 g/ha), 8) tribénuron méthyl (11,25 g/ha), 9) mécoprop (195 g/ha) + 2,4-dichlorprop (465 g/ha) + mcpa (240 g/ha), et 10) clopyralid (61,25 g/ha) + mcpa (612,5 g/ha). Neuf herbicides ont été appliqués au stade fin tallage: 1) 2,4-d ester lourd de butyl glycol (480 g/ha), 2) 2,4-d sel diméthylamine (480 g/ha), 3) clopyralide (61,25 g/ha) + mcpa (612,5 g/ha), 4) 2,4-d (330 g/ha), 5) 2,4-mcpa (600 g/ha), 6) 2,4-d (240 g/ha) + 2,4-mcpa (240 g/ha), 7) mecoprop (600 g/ha) + 2,4-d (150 g/ha), 8) 2,4-dichloprop (875 g/ha) + 2,4-mcpa (250 g/ha) + mécoprop (375 g/ha), et 9) mécoprop (260 g/ha) + 2,4-dichlorprop (620 g/ha) + mcpa (320 g/ha). Parmi les herbicides à utilisation précoce, les mélanges dinoterbe (600 g/ha) + mécoprop (1000 g/ha) et isoproturon (1200 g/ha) + ioxynil (248 g/ha) + mécoprop (584 g/ha) ont causé des chloroses sur les feuilles traitées, mais les plantes endommagées ont produit de nouvelles feuilles et repris leur croissance jusqu’à la maturité. Tous les herbicides ont réduit la densité et la biomasse des mauvaises herbes dicotylédones, en comparaison avec le témoin non desherbé. Les rendements en grain obtenus dans les parcelles traitées, sauf dans celles traitées au dinoterbe (600 g/ha) + mécoprop (1000 g/ha), ont été supérieurs à ceux récoltés dans le témoin. La plupart des traitements ont donné des rendements en paille supérieurs à ceux du témoin.

1994
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1994), no 85 , p. 33-47

Soixante jours après leur application au stade initiation florale-floraison de solanum elaeagnifolium cav., l'imazapyr à la dose de 1200 g m.a./ha, le picloram à 240g, le glyphosate à 2500g, le 2,4d à 144g, le 2,4d + mcpa à 1320g+ 1364g, le fénoprop à 2500g et le glufosinate d'ammonium à 1800g, ont tous permis un bon controle de l'espece avec une suprématie de l'imazapyr dont l'efficacité ossille entre 96 et 99. Toutefois, le bromacile à la dose de 8000g m.a /ha n'est pas aussi efficace. A l'exception des phytohormones et le glufosinate d'ammonium. Les autres herbicides ont montré une rémanence trés importante avec des niveaux de controle superieurs à 80, 460 jours après traitement , avec en tête le bromacile (95). L'association du glyphosate, à la dose de 1150g m.a./ha, avec l'un des adjuvants: amine grasse de suif éthoxylée (5(v/v) ou sulfate d'ammonium (5 (p/v)), a permis un bon controle de l'espece au même titre que le gluphosate appliqué seul à la dose de 2310g. Les possibilités d'utilisation de ces herbicides dans le desherbage sélectif des cultures infestées par l'espece ont été discutées.

1993
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1993), no 83 , p. 139-152

Résultats des essais entrepris de 1980/81 à 1987/88 sur l’amélioration pastorale et des cultures fourragères à l’unité régionale d’élevage bovin-zouada près de larache. L’aptitude culturale a été elaborée moyennant un relevé pédologique et des essais d’adaptation. Sur sols sableux, des mélanges de tréfle souterrain ont fourni des prairies productives et persistantes ; sur sols alluviaux des mélanges de festuca arundinacea ôgrombaliaô , trifolium fragiferum ôpalestineô et trifolium subterraneum ôtrikkalaô ont été introduits. L’assolement triticale -lupin- vesce/avoine est le meilleur choix sur sols sableux, et le maïs et sorgho fourragèrs pour les sols alluviaux. L’utilisation de semences inoculées et enrobées, le semis direct, la technique d’amélioration pastorale sans semis par fertilisation et controle de mauvaises herbes dicotyledones, l’interêt de semis avec plante-abri ainsi que l’influence de la densité de semis de tréfle souterrain ont été mis en évidence. Des recommandations de fertilisation ca, n, p, k ont été données pour les principales cultures fourragères et pastorales. L’entretien des prairies à légumineuses par l’emploi de basagran et m et mcpa et des prairies graminéennes par des herbicidees antidicotylédons a été mis au point.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 79 , p. 75-124

Des essais pluriannuels ont été installés dans quatre régions du maroc (tanger, zouada, had soualem, oulmes ) à pluviometries trés différentes, de 350 à 800 mm, en vue d’etudier la végétation spontanée des jachéres riches en graminées annuelles et l’effet de la fertilisation azotée associée à un desherbage chimique. Dans les stations o— les precipitations enregistrées entre novembre et avril dépassent 400 mm, la fertilisation et le contrôle des mauvaises herbes ont conduit à des peuplements à dominance de lolium, fournissant 4-10 t ms/ha de fourrages de valeur. Un effet relatif de l’azote de 20-40 kg ms/ha n a permis, en employant 80-120kg n/ha, de doubler , voire quadrupler les rendements en ms par rapport à la jachère non fertilisée. Sur des sites à hiver doux et pluvieux et des sols à capacité de rétention élévée, l’epandage d’une dose de 270 kg n/ha a augmenté le rendement. L’exploitation par 1 à 2 coupes pour l’ensilage ou le fanage fournit les rendements les plus elevés. Sur des sites à climat plus sec (had soualem), lolium est dominé par des graminées de moindre valeur; telles que bromus spp. et vulpia spp. à partir de la deuxième année. Les meilleurs précédents pour l’amélioration des jachéres, sont les cultures céréalières à grains, dans lesquelles lolium rigidum atteint la maturité des semences. Pour exploiter la fertilisation azotée de façon optimale, la jachère doit compter au moins 500 plantules de lolium/m2. Si une culture céréalière va suivre, la formation de semences de graminées doit être supprimée par fanage ou paturage approprié durant l’exploitation de la jachère parce que les graminées concurrenceront les céréales.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 79 , p. 125-144

Les donnees obtenues dans les essais sur le desherbage ont ete utilisees pour estimer les pertes moyennes dues aux mauvaises herbes dans les cereales. Celles-ci ont ete evaluees en moyenne a 30. Une supposition que 50 des terres dans les zones semi-arides du maroc occidental emblavees en cereales sont desherbees d’une facon adequate fait ressortir que ces pertes s’elevent a 673 millions de dirhams par campagne. Les pertes en rendement dues aux mauvaises herbes sont trop elevees et un important profil peut etre obtenu par l’utilisation adequate de la technologie disponible.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 53-62

Parmi les folles-avoines observees au maroc, l’avoine sterile, avena sterilis f.Sp. Macrocarpa, est economiquement la plus importante. Les auteurs indiquent la repartition geographique de cette graminee adventice, mention faite des facteurs favorisant son developpement (notamment humidite suffisante). Sa biologie et son pouvoir competitif avec la culture sont egalement rappeles. Ensuite, les auteurs passent en revue certaines methodes de lutte culturale sans oublier le desherbage manuel et mecanique. Mais ils jugent que ces procedes doivent etre completes par des traitements herbicides et ce, a partir d’une certaine densite d’infestation. Ils donnent enfin les resultats de quatre annees d’essais de lutte chimique contre l’avoine sterile. Parmi les produits testes, le benzoyl-prop-ethyl peut etre retenu. Son application est possible meme au stade avance de l’infestation. Dans les conditions d’experimentation, le produit utilise a une dose de 1,21 de matiere active par hectare et applique soit a volume normal (200 a 300 l) et sous pression suffisante soit a bas volume (50 l), a donne d’excellents resultats. L’augmentation des rendements est accusee en annee seche et lorsque l’infestation atteint un certain niveau.

1979
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1978), no 55 , p. 75-104

L’auteur fait la description de deux principales maladies parasitaires de la canne a sucre susceptibles de menacer l’avenir de la culture et insiste sur les mesures elementaires a prendre des a present alors que les surfaces sont encore reduites en vue d’en limiter la propagation. Il s’agit du lef scald occasionne par xanthomonas albilineans et de la mosaique, une maladie a virus. Il envisage ensuite une maladie non parasitaire qui a pour origine des troubles physiologiques dus aux coups du froid. Il attire enfin l’attention sur sesamia monogrioides lef dont il passe en revue les differents moyens de lutte et fait mention des premiers resultats qu’il a obtenus en matiere de traitements chimiques. Ce travail se termine par quelques observations de monsieur ouchaou, au sujet des mauvaises herbes de la canne a sucre et des moyens de les combattre.

1972
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1972), no 42 , p. 35-46

Les fluctuations et les faibles quantites de precipitations pendant le cycle du ble sont les facteurs les plus limitants de la production en milieu semi-aride marocain. Dans ces conditions, le deficit hydrique est generalement accentue en presence des adventices. Dans cette etude, l’evapotranspiratin (et) et l’efficience d’utilisation de l’eau (eue) par le ble tendre (triticum aestivum l.) Cv. ’Nesma 149’ et les adventices ont ete mesurees. Ces essais ont ete conduits en sec au domaine experimental de sidi el aidi pendant deux campagnes agricoles consecutives dont les pluviometries etaient de 203 mm en 1986/87 et 469 mm en 1987/88. Les traitements retenus sont: 1) ble desherbe, 2) ble non desherbe, 3) jachere non travaillee fertilisee, 4) jachere non travaillee et non fertilisee, et 5) jachere chimique. Au cours de chaque campagne agricole, l’humidite du sol a ete mesuree a l’aide de la sonde a neutron, du stade debut tallage jusqu’a maturite du ble. Le desherbage du ble a reduit l’et et augmente l’eue (rendement grain + paille/et et rendement grain/et ) en comparaison avec le ble non desherbe. Les valeurs d’et les plus elevees ont ete obtenues dans les deux jacheres suivies du ble non desherbe, ce qui demontre que les adventices ont absorbe plus d’eau que le ble. La fertilisation azotee de jachere n’a pas affecte la densite, la biomasse, l’et et l’eue de la vegetation. La productivite moyenne des deux jacheres a ete 2,3 et 8,7 tonnes/ha de matiere seche respectivement en 1986/87 et 1987/88. Le desherbage du ble est necessaire pour ameliorer les rendements en milieu semi-aride non irrigue.

1968
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 78 , p. 29-43

Des essais de desherbage chimique dans les parcelles de la betterave sucriere ont ete realises pendant plusieurs annees dans les stations experimentales du gharb et du tadla. Ce sont surtout les produits venzar, pyramin, tca et avadex, appliques en pre-emergence qui ont ete efficaces contre de nombreuses especes de mauvaises herbes. En se basant sur des analyses botaniques, on a essaye de detrminer le spectre d’efficacite de chacun de ces produits afins de faciliter leur choix d’apres la composition de la vegetation adventice.

1970
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1969), no 32 , p. 125-149

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER