Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Les questions reliées à l'aléa climatique et la gestion de l'eau d'irrigation continuent à revêtir une importance majeure compte tenu de leurs impacts sur le milieu rural, en général, et l'allocation des ressources en eau, en particulier. L'agriculture marocaine reste donc dépendante de la forte variabilité des précipitations et de la fréquence élevée des sécheresses qui est devenu une contrainte structurelle pour notre pays. Le présent travail élabore un prototype d'un modèle intégré de bassin versant (river basin model). La démarche proposée utilise les techniques d'optimisation et fait appel à la programmation mathématique positive pour la calibration d'un modèle empirique. Elle est basée sur un réseau de noeuds qui représente soit des entités physique ou bien des flux d'eau entre ces différentes entités. Ce modèle permettra l'optimisation de l'allocation de l'eau au niveau du bassin de Sous-Massa entre les différents secteurs usagers de la ressource eau et le calcul du prix économique de l'eau à l'échelle du bassin. Les résultats de cette étude montrent que la politique de la gestion de la demande doit être nuancée par bassin pour tenir compte des spécificités régionales. Le prix économique de l'eau au niveau du Bassin est supérieur au prix financier, ce qui veut dire que la politique de tarification de l'eau appliquée reste insuffisante pour une rationalisation de l'utilisation et une préservation de la ressource à long terme notamment en situation de sècheresse.

2013
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2013), no 127 , p. 91-111

Le riz (Oryza sativa L.) est la céréale la plus cultivée dans le monde après le blé. Il occupe actuellement une superficie d’environ 460 Million d’hectares. Il était essentiellement cultivé dans les tropiques et à l’équateur o— il bénéficie de l’eau et de la chaleur. Actuellement, il est cultivé même sous climat méditerranéen pourvu qu’il soit irrigué durant la période estivale. Au Maroc, la superficie résérvée au riz est de 12 000 ha localisée dans la région du Gharb. Le cycle de développement de cette culture se déroule entre mai et octobre. Plusieurs contraintes entravent l’expansion de cette culture, la plus importante étant la contrainte climatique essentiellement l’eau. Vu que cette culture est totalement irriguée, elle consomme énormément d’eau. Sa consommation au champ est estimée à 17 400 m3/ha. Elle correspond à la compensation des besoins d’évapotranspiration, d’évaporation du plan d’eau, du drainage et des infiltrations des eaux dans le sol. Les besoins en eau du riz peuvent être approchés soit par des méthodes indirectes qui englobent les méthodes empiriques, soit par des méthodes directes basées sur l’équation du bilan hydrique expérimentalement avec ou sans avoir recours à la lysimétrie. Le choix de chacune de ces méthodes est lié à l’objectif de l’utilisateur ainsi qu’à la disponibilité des données relatives à la région d’étude. Des études menées dans la région méditerranéenne dans le but de réduire la consommation en eau du riz soit par une gestion de la submersion ou par l’utilisation d’autres techniques d’irrigation autre que la submersion, ont abouti à des résultats variables et concluants. Notre objectif est de faire une mise au point sur les acquis dans ce domaine.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 94 , p. 65-86

L’auteur fait un constat de la situation de l’agriculture dans la vallee du draa et propose un programme de mise en valeur en fonction des resultats obtenus par la recherche agronomique au sahara. Il decrit la societe draoui et note les evolutions en cours.

1978
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1974), no 53 , p. 1-88
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER