Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Cent cinquante huit (158) releves floristiques ont ete realises sur les sols tirs en Chaouia (region semi-aride du Maroc occidental) entre 1980 et 1987 dans les cultures non irriguees et non desherbees chimiquement d’orge, de ble tendre, du maïs, de lentille, de feve et de pois chiche. Cette etude a permis d’inventorier 305 especes de mauvaises herbes appartenant a 46 familles botaniques dont 88 des especes sont des dicotyledones. Les annuelles ont represente 78 du nombre total des especes. Les 10 especes dicotyledones les plus frequentes sont: le liseron des champs (Convolvulus arvensis L., 80), le mouron bleu (Anagallis foemina Miller, 79) le liseron fausse guimauve (Convolvulus althaeoides L., 79), la vaccaire (Vacaria hispanica (Miller) Rauschert, 75), la chicoree frisee (Cichorium endivia L., 73), la chenillette muriquee (Scorpiurus muricatus L., 67), le muflier des champs (Misopates orontium (L.) Rafin, 67), la silene enflee (Silene vulgaris (Moench) Garcke, 65), la moutarde des champs (Sinapis arvensis L., 62) et la buglosse d’Italie (Anchusa azurea Miller, 61). Les quatre Poaceae les plus frequentes sont: le chiendent pied de poule (Cynodon dactylon (L.) pers.), 32, l’ivraie raide (Lolium rigidum caudin, 26), l’alpiste a epi court (Phalaris brachystachys link, 24) et l’avoine sterile (Avena sterilis l., 20).

1994
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1994), no 86 , p. 115-130

L’analyse fourragere, realisee pendant les annees 1986-1987, a concerne 26 especes adventices arrachees manuellement dans des champs de ble tendre (triticum aestivum l.) ou de ble dur (Triticum durum def.) en chaouia (reégion semi-aride occidental). Neuf especes ont ete statistiquement plus digestibles au stade vegetatif que la luzerne (medicago sativa l.) (69,46). Les taux de proteines brutes de 10 adventices au stade vegetatif et seulement une adventice au stade floraison se sont averes significativement plus eleves que celui de la luzerne (18,82). Onze adventices au stade vegetatif ont eu des taux en calcium plus eleves que celui de la luzerne; le pavot cornicule (glaucium corniculatum (l.)), la moutarde des champs (sinapis arvensis l.), la chenillette muriquee (scorpiurus muricatus l.) et la buglosse d’Italie (anchusa italica miller) au stade vegetatif ont respectivement accumule environ 4,3,3 et 3 fois le taux de calcium de la luzerne (1,14). Les concentrations de la luzerne en phosphore (0,28) sont apparues inferieures ou egales a celles de 20 adventices ramassees au stade vegetatif et de 7 adventices recoltees au stade floraison. Cinq especes au stade vegetatif et 10 adventices au stade floraison ont manifeste des rapports ca/p statistiquement superieurs a celui de la luzerne (4,06). Il est apparu que la digestibilite in vitro ainsi que les concentrations en proteines brutes, calcium, phosphore et potassium diminuent generalement au fur et a mesure de l’avancement du stade de croissance des plantes. La plupart des adventices au stade vegetatif contituent un bon fourrage pour les ruminants.

1993
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1993), no 83 , p. 58-75

La capacite de cinq varietes de chacune des especes d'orge (hordeum vulgare l.), de ble tendre (Triticum aestivum l.), ble dur (Triticum durum desf.) et triticale (X. triticosecale Wittmark) vis-a-vis des mauvaises herbes a ete etudiee au domaine experimental de sidi el aidi (climat semi-aride) en 1987-88 et 1988-89. Cette etude a ete basee sur les taux de reduction de la densite et de la biomasse de mauvaises herbes dus a la presence de la culture en comparaison avec des parcelles non cultivees. La pluviometrie a ete de 471 et 336 mm respectivement en 1987-88 et 1988-89. Le peuplemment moyen de la culture a ete de 236 plantes/m2 en 1987-88 et de 173 plantes/m2 en 1988-89. La densite moyenne des mauvaises herbes a ete de 77 plantes/m2 en 1987-88 et de 579 plantes/m2 en 1988-89. L'orge, le ble dur, le ble tendre et le triticale ont cause des taux de reduction de la densite des mauvaises herbes respectivement de 92, 44, 58 et 27 en 1987-88 et 30, 25 , 31 et 31 en 1988-89. Le taux de reduction de la biomasse des mauvaise herbes du a la presence de la culture a ete de 94, 91, 72 et 69 respectivement pour l'orge, le ble tendre, le triticale et le ble dur en 1987-88. Les resultats de cette etude ont demontre que toutes les varietes ont la capacite de reduire la densite et la biomasse des mauvaises herbes. Les varietes d'orge Ă´rabat 071Ă´,Ă´acsad 60Ă´, Ă´asniĂ´ et Ă´tamelaltĂ´ ont fortement reduit la densite et la biomasse des mauvaises herbes en 1987-88. Le peuplement de la culture, la densite des mauvaises herbes et les conditions climatiques ont ete les facteurs les plus importants dans la competitivite des varietes Ă  l'egard des mauvaises herbes.

1993
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1993), no 83 , p. 77-93

Les donnees obtenues dans les essais sur le desherbage ont ete utilisees pour estimer les pertes moyennes dues aux mauvaises herbes dans les cereales. Celles-ci ont ete evaluees en moyenne a 30. Une supposition que 50 des terres dans les zones semi-arides du maroc occidental emblavees en cereales sont desherbees d’une facon adequate fait ressortir que ces pertes s’elevent a 673 millions de dirhams par campagne. Les pertes en rendement dues aux mauvaises herbes sont trop elevees et un important profil peut etre obtenu par l’utilisation adequate de la technologie disponible.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 53-62

Les fluctuations et les faibles quantites de precipitations pendant le cycle du ble sont les facteurs les plus limitants de la production en milieu semi-aride marocain. Dans ces conditions, le deficit hydrique est generalement accentue en presence des adventices. Dans cette etude, l’evapotranspiratin (et) et l’efficience d’utilisation de l’eau (eue) par le ble tendre (triticum aestivum l.) Cv. ’Nesma 149’ et les adventices ont ete mesurees. Ces essais ont ete conduits en sec au domaine experimental de sidi el aidi pendant deux campagnes agricoles consecutives dont les pluviometries etaient de 203 mm en 1986/87 et 469 mm en 1987/88. Les traitements retenus sont: 1) ble desherbe, 2) ble non desherbe, 3) jachere non travaillee fertilisee, 4) jachere non travaillee et non fertilisee, et 5) jachere chimique. Au cours de chaque campagne agricole, l’humidite du sol a ete mesuree a l’aide de la sonde a neutron, du stade debut tallage jusqu’a maturite du ble. Le desherbage du ble a reduit l’et et augmente l’eue (rendement grain + paille/et et rendement grain/et ) en comparaison avec le ble non desherbe. Les valeurs d’et les plus elevees ont ete obtenues dans les deux jacheres suivies du ble non desherbe, ce qui demontre que les adventices ont absorbe plus d’eau que le ble. La fertilisation azotee de jachere n’a pas affecte la densite, la biomasse, l’et et l’eue de la vegetation. La productivite moyenne des deux jacheres a ete 2,3 et 8,7 tonnes/ha de matiere seche respectivement en 1986/87 et 1987/88. Le desherbage du ble est necessaire pour ameliorer les rendements en milieu semi-aride non irrigue.

1968
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 78 , p. 29-43

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER