Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 1 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Cette йtude bibliographique apporte des informations gйnйrales et passe en revue les diffйrentes mйthodes de production d’apothйcies et les йtapes de ce processus chez les trois espиces de Sclerotinia les plus йtudiйes : S. sclerotiorum, S. trifoliorum et S. minor. L’induction des sclйrotes se produit dans une large gamme de tempйratures allant de 0 а 30 ?C. La tempйrature influe surtout sur la grosseur des sclйrotes au moment de leur formation. L’humiditй est le facteur le plus dйterminant. La carpogenиse est favorisйe par des humiditйs moyennes et s’arrкte lorsque le taux d’humiditй est de 100. La lumiиre n’est pas nйcessaire а l’induction mais a un rфle important dans la diffйrenciation des disques apothйciaux. La photopйriode adйquate est d’au moins 8 heures de lumiиre par 24 heures. Le milieu de production de sclйrotes influe йgalement sur la formation carpogйnique et ceci indйpendamment de l’espиce йtudiйe et du protocole expйrimental adoptй. L’utilisation d’un substrat а base de sable est le meilleur support pour induire les sclйrotes. L’вge de l’isolat, l’aйration, la taille des sclйrotes et la flore microbienne ont une influence directe sur la germination des sclйrotes.

1995
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1995), no 90 , p. 31-50

Ce travail a été entrepris pour améliorer le rendement en méthane obtenu par la fermentation méthanique des déchets de bovins. L’optimisation du temps de rétention hydraulique et de la concentration en matière organique du substrat a été déterminée à 37 ?C et 55 ?C. L’étude du processus de fermentation des déchets de bovins et du potentiel de production en méthane montrent que la fermentation méthanique de ces déchets peut être conduite à de courts temps de rétention hydraulique sans détruire la stabilité du processus fermentaire : 8 jours à 37 ?C et 5 jours à 55 ?C pour une concentration en matière sèche de 42,9 g/l. Les rendements en biogaz sont améliorés; ils sont respectivement de 0,46 m3/(m3.j) et 0,68 m3/(m3.j) pour une proportion en méthane de 56 et 51 aux températures de 37 ?C et de 55 ?C. Les concentrations en matière sèche qui donnent les meilleurs rendements varient entre 7 et 9 . Les modèles de Monod (1942) et de Chen et Hashimoto (1978), appliqués à l’étude cinétique du processus décrivent de manière satisfaisante, à la fois la cinétique de disparition du substrat et la production de méthane.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 92 , p. 15-31

L’expression de certains gènes de résistance à la mouche de Hesse, Mayetiola destructor (Say), est affectée par les températures élevées. Au Maroc, les températures pendant le début et la fin du cycle de développement du blé peuvent dépasser 24 ?C. L’objectif de cette étude était de déterminer l’effet des températures élevées sur l’expression des gènes de résistance efficaces contre la mouche de Hesse au Maroc. Cette étude a été réalisée dans des chambres de croissance réglées à des températures constantes de 18, 24 et 28 ? 2 ?C et une photopériode de 12 : 12 heures (J : N). Les résultats montrent que les gènes H11, H23 et les lignées L254 et PI321644 ont été les plus stables sous les 3 régimes de températures. L’expression des gènes H13, H14, H15 et de la lignée L222 n’a été affectée qu’à 28 ?C; le niveau de résistance a diminué d’environ 25 . L’expression de la résistance des gènes H7, H8 et des lignées BT 880401, BT 90I112, BT 92P205 et BT92P1-20 était faible même à 18 ?C. A l’exception de la variété Seneca (H7, H8) qui a gardé 5 de résistance, les autres lignées étaient 100 sensibles à 24 et à 28 ?C. Le type de croissance a affecté la sensibilité des gènes H5 et H22; l’expression de ces 2 gènes a été plus stable dans les variétés de printemps que dans les variétés d’hiver. On recommande que toute nouvelle source de résistance soit triée sous différents régimes de température afin de faire un déploiement régional approprié des variétés résistantes.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 92 , p. 33-42

La température est un des principaux facteurs environnementaux affectant non seulement la croissance et le développement des plantes et limitant la productivité potentielle des cultures, mais aussi a une grande influence sur la qualité de la progeniture des plantes, la semence. L’influence des températures sur la croissance végétative et reproductive des plantes a été largement étudiée. Cependant, peu est connu sur l’effet des températures au cours du développement et de la maturité des grains, sur la germination et la vigueur des semences. Les études antérieures ont pu montrer que les températures de croissance maternelle jouent un rôle important dans la détermination de la qualité de semence produite. Cet article résume les différentes études et analyse l’effet des températures au cours de la production de semence sur les différentes composantes de la qualité de semences (physique, physiologique et biochimique), ainsi que les mécanismes possibles qui peuvent induire ces changements au niveau de la germination et de la vigueur de semence.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 93 , p. 93-106

Trente et une souches d’Agrobacterium sp., dont 13 du biovar 1 et 22 du biovar 2, ont été testées in vitro pour leur sensibilité à la bacteriocine produite par la souche non pathogène du biovar 2, l’Agrobacterium radiobacter var. radiobacter, souche 84 de Kerr: Le test de sensibilité est réalisé à 3 températures: 20?C, 26?C et 30?C, et 3 temps: 24 heures, 48 heures et 72 heures d’incubation de la souche K84. Les souches du biovar 1 (90 pour cent) se sont montrées plus sensibles que celles du biovar 2 (45 pour cent) à la K84. Le plus grand nombre de souches sensibles est obtenu à 26?C après 48 heures ou 72 heures d’incubation de la souches 84 de Kerr. Les conclusions sur 24 heures ne sont pas fiables. Le résultat est très important à prendre en considération pour décider de la lutte biologique en plein champ.

2001
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 103 , p. 91-101

L’élevage de Aphis gossypii Glov. sur cotonnier à différentes températures a montré que celle-ci ont une grande influence sur le développement, la fécondité et la longévité de ce ravageur. Entre 10 et 30?C la vitesse de développement est inversement proportionnelle à l’augmentation de la température. Le seuil thermique de développement calculé de A.gossypii est voisin de 3?C. Dans l’intervalle des températures testées, la fécondité moyenne totale est plus élevée entre 15 et 26?C qu’aux températures supérieures. Dans les conditions du Tadla, A. gossypii présente plus de 15 générations. Certains points relatifs à la dynamique des populations de ce ravageur ont été expliqués.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 106 , p. 75-84

L’aptitude de certains Trichoderma sp. à inhiber in vitro la croissance mycélienne de Pyricularia oryzae a été examinée à 4 températures (15 ?C, 23 ?C, 28 ?C et 32 ?C) et à 4 pH (4,5 ; 6 ; 6,9 et 8). Les pH 4,5 et 6 et la température 28 ?C sont les valeurs optimales auxquelles les antagonistes étudiés sont les plus efficaces.

1997
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1997), no 96 , p. 19-24

La rareté de l’eau est la principale contrainte affectant la production de blé dur en zones semi-arides marocaines. La sélection de génotypes, basée sur les traits physiologiques de tolérance à la sécheresse, reste parmi les moyens les plus efficaces de lutte contre le stress abiotique. L’objectif fixé à cette recherche était d’évaluer des critères physiologiques impliqués dans la tolérance à la sécheresse chez trois variétés de blé dur (Triticum durum Desf.) : Karim, Marzak et Oum Rabia. L’expérimentation s’est déroulée au champ (Domaine expérimental de Sidi El Aydi, Settat) et sous serre (Centre Aridoculture, Settat) en 1990-91 et 1991-92. Au champ, les niveaux de stress hydrique ont été imposés à l’aide du système d’irrigation à gradient (Line source sprinkler system). Les dispositifs expérimentaux adoptés sous serre étaient en bloc aléatoire complet (1990-91) et en split-plot (1991-92). Les études conduites ont fait ressortir des différences entre variétés en terme de transpiration foliaire, résistance stomatique et température du couvert végétal. Marzak et Oum Rabia se sont caractérisées par une diminution de la sensibilité stomatique. En revanche, Karim a connu sous stress hydrique une forte chute de sa transpiration résultant d’une forte sensibilité stomatique. Ceci a induit une augmentation de la température des feuilles et du couvert végétal. La variété Karim paraŒt être plus sensible à la sécheresse que Marzak et Oum Rabia. Elle serait recommandée pour les zones favorables alors que Marzak et Oum Rabia auraient une plus large adaptation.

1999
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1997), no 98 , p. 83-98

En analysant les donnees climatiques de zagora et marrakech pour la periode (1979-1988), nous avons tente d’elucider le phenomene du manque de la maturation des dattes dans la palmeraie de marrakech. Le calcul de la somme des temperatures de fructification du palmier dattier (coefficient thermique) nous a permis de confirmer que seuls les cultivars tres precoces peuvent murir leurs dattes a marrakech.

1993
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1993), no 82 , p. 137-149

La casside de la betterave a sucre presente un cycle monovoltin dans la region du gharb. La levee de diapause se fait dans les conditions naturelles de cette region a partir du mois de decembre. Dans les conditions controlees, la levee de cette diapause necessite un passage au froid (+5? c) durant une periode minimale d’un mois. Des sejours prolonges a de hautes temperatures (+35? c) ou a des temperatures basses (+5? c) induisent une seconde diapause chez c. Vittata.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 117-127

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER