Vous ĂŞtes ici

COMPARISON BETWEEN TWO METHODS OF HAPLOID PRODUCTION IN HEXAPLOID TRITICALE (X. Triticosecale Wittmack)

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
RĂ©fĂ©rence: 
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 115 , p. 17-29
Auteurs: 
El Haddoury, J. (INRA, BP 589 Settat, (Maroc)) Mouatassim, B. (INRA, BP 589 Settat, (Maroc)) Mergoum, M. (NDSU Crop and Weed Science, ND, 55108 ND (USA));Nsarellah, N. (INRA, BP 589 Settat, (Maroc))
AnnĂ©e: 
2005
RĂ©sumĂ©: 

La comparaison de deux techniques de production de plantes haploïdes, l’androgenèse in vitro et le croisement intergénérique avec le maïs, a été conduite sur le triticale hexaploïde. Les résultats ont montré qu’en dépit du taux d’albinisme élevé, l’androgenèse in vitro est plus performante comme méthode de production d’haploïdes, avec une moyenne de 3.5 plantes haploïdes par épi mis en culture. La production de plantes haploïdes par croisement avec le maïs reste inférieure à celle par culture d’anthère, bien que la totalité des plantes régénérées soient chlorophyllienne. Le faible taux de fécondation dû probablement à des mécanismes d’incompatibilité fait que le nombre d’embryons sauvés et par conséquent celui de plantes haploïdes ne dépasse pas 0.38 plantes par épis castré. Dans un programme d’amélioration génétique du triticale utilisant l’haplodiloïdisation comme méthode de création variétale, le nombre de plantes haploïdes produites est très important car la quantité de semences F1 est faible et coûteuse. Il est donc recommandé en cas d’application de l’haplométhode d’utiliser la culture d’anthère avec toutefois le transfert rapide des embryons sur des milieux de régénération améliorés.

Texte intĂ©gral: 
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER