Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Des traitements herbicides ont été réalisés dans le périmètre du Tadla en vue de contrôler les adventices graminées et dicotylédones dans 20 champs de blé tendre irrigué appartenant aux agriculteurs en 1995-96 et 1996-97. Fénoxaprop-p-éthyle à la dose de 55 g/ha, appliqué entre stade tallage et montaison du blé a donné des efficacités entre 90 et 100 pour cent sur l’avoine stérile (Avena sterilis L.). L’efficacité de l’imazaméthabenz à la dose de 400 g/ha a varié entre 0 et 100 pour cent. Clodinafop propargyle à la dose de 60 g/ha, Diclofop méthyle à la dose de 900 g/ha ou tralkoxydime à 250 g/ha ont donné des efficacités entre 76 et 100 pour cent sur l’avoine stérile et entre 71 et 100 pour cent sur l’ivraie raide (Lolium rigidum Gaudin).Clodinafop propargyle à la dose de 60 g/ha a été plus efficace sur les alpistes (Phalaris brachystachys Link et P. minor Retz) que diclofop méthyle à 900 g/ha ou tralkoxydime à 250 g/ha. Contre les adventices dicotylédones, des efficacités entre 50 et 96 pour cent ont été obtenues après application de tribénuron méthyle à la dose de 9,375 g/ha ou triasulfuron + terbutryne à la dose de 10 + 150 g/ha ou 2,4-D + MCPA à la dose de 330 + 341 g/ha. Malgré l’application correcte des herbicides ou des mélanges d’herbicides, un bon contrôle de l’ensemble de la végétation adventice du blé n’a pas été toujours possible dans les 20 sites. L’arrachage manuel des adventices incontrôlés ou partiellement contrôlés par les traitements herbicides a été nécessaire pour avoir des champs propres avant la récolte.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 11-25

Outre les traitements chimiques contre les agents pathogènes et l’utilisation de variétés résistantes, qui constituent les deux pratiques les plus utilisées pour contrarier les maladies, mais qui présentent des effets induits connus, il y a lieu de considérer les voies de lutte biologique qui s’intéressent au contrôle des interactions entre les agents pathogènes et les facteurs biotiques et abiotiques de la rhizosphère. Cette synthèse bibliographique concerne l’étude des relations qui s’établissent entre les antagonistes de la rhizosphère et les agents pathogènes via six différents modèles bactériens qui sont les genres Pseudomonas, Baci11us, Agrobacterium, Enterobacter, Erwinia, Clavibacter et Corynebacterium. La nature de ces relations s’apparente surtout à la compétition nutritive observée entre autres avec les Fusarium spp., l’antibiose exercée au niveau de plusieurs couples hôte-pathogène et l’induction de la résistance systémique rencontrée par exemple dans le cas des fusarioses du concombre et du radis.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 27-46

L’élargissement de la gamme de porte-greffes et variétés est une des priorités du secteur agrumicole en vue de surmonter certains problèmes entravant le développement de ce secteur, entre autres la tolérance à la salinité, au calcaire et aux maladies parasitaires. L’intégration des biotechnologies dans le programme de sélection des agrumes est une alternative très prometteuse pour relever ces défis. Divers travaux sont menés sur l’application des techniques de culture in vitro, entre autres pour l’obtention de varriants somaclonaux; et le développement d’un milieu de culture approprié une étape principale dans le processus de régénération de plants. Aussi, le présent travail a pour objectif la sélection d’un milieu de culture et de la concentration d’auxine propices à l’induction et au développement des cals de deux porte-greffes d’agrumes. Trois milieux MS (Murashige et Skoog), 1/2MS (macro de MS dilués de moitié) et MST (vitamines substituées par celles de MT), additionnés de 0.2 ou 0.4 mg/l de 2,4-D ont été testés et deux porte-greffes ont été utilisés. L’induction de cals de Poncirus trifoliata et de Citrus aurantium a significativement été améliorée en présence de 0,4 mg/l dans le milieu MST de 2,4-D (95 pour cent) comparativement à 0.2 mg/l. Après 12 semaines de subcultures, les caractères quantitatifs et qualitatifs mesurés (hauteur, surface, poids frais et poids sec) ont révélé la supériorité du milieu MST, comparativement à MS et 1/2MS, pour la prolifération des cals, sans différence significative entre les deux porte-greffes testés. En conclusion, le milieu MST additionné de 0.4 mg/l de 2,4-D peut être retenu pour l’induction et le développement des cals des deux porte-greffes Poncirus trifoliata et Citrus aurantium. Aussi, la surface des cals, méthode non destructive, peut convenablement être utilisée pour estimer les poids frais et sec du fait de la présence d’une très bonne corrélation entre ces paramètres.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 47-55

Au Maroc, le blé dur (Triticum turgidum cv, durum Desf) est principalement cultivé sous le régime pluvial. Pour augmenter et stabiliser les rendements de cette culture, il est nécessaire de développer des variétés résistantes à la sécheresse de fin de cycle. Les objectifs de cette étude sont donc l’évaluation de la variation génotypique du blé dur pour les paramètres de croissance des grains (durée et taux de remplissage) et pour le nombre de grains afin d’identifier des parents pouvant être utilisés dans l’amélioration du blé dur. Pour atteindre ces objectifs, quatorze génotypes de blé dur; anciens et nouveaux, ont été testés au domaine expérimental de Merchouch (Maroc) en semis précoce (5-15 Novembre) et tardif (5-1 5 Décembre). Les essais ont été conduits en 1997/98, 1998/99, 1999/2000 et 2000/2001. Les paramètres mesurés sont le rendement grains, le nombre de grains par m2 et par épi, le poids du grain et la durée de remplissage du grain. Le taux de remplissage d’un grain et celui des grains par m2 ont été calculés. Les résultats obtenus montrent que le rendement grains était positivement corrélé aux nombres de grains par m2 et par épi et au taux de remplissage des grains par m2. Une variation génotypique a été démontrée pour les paramètres de croissance des grains. II a été également démontré que le poids du grain est plus corrélé au taux de croissance d’un grain qu’à la durée de remplissage du grain. Néanmoins, une certaine compensation entre le taux de remplissage d’un grain et le nombre de grains a été notée. Certaines variétés, telles que Ourgh et Sarif, avaient des taux de remplissage des grains et des nombres de grains par m2 et par épi élevés. Cependant, les anciens génotypes, comme Oued Zenati, ont tendance à avoir des taux de remplissage de grains moyens mais des nombres de grains faibles. Dans cet article, les caractéristiques des autres cultivars sont également décrites. De cette étude, nous suggérons que certains génotypes, comme Ourgh et Sarif, ayant des taux de remplissage des grains élevés et des cultivars comme Amjad, Jawhar et Sebou ayant des nombres de grains élevés et moyens soient testés comme parents potentiels dans des programmes d’amélioration génétique pour améliorer le taux de remplissage du grain et le rendement grain du blé dur sous les conditions de l’agriculture pluviale au Maroc.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 57-72

Les principales conclusions sur les croisements impliquant les races ovines Timahdite et D’man, réalisés à la station expérimentale El Koudia de l’Institut National de la Recherche Agronomique entre 1992 et 1998, sont présentés dans cet article. Il s’agit particulièrement des résultats des performances et de productivité enregistrés dans les croisements de comparaison des trois races (Ile de France, Lacaune et Mérinos Précoce) et des schémas de production d’agneaux (élevage en race pure, croisement industriel et croisement à double étage). Les résultats d’estimation des paramètres génétiques (différences entre race, hétérosis, héritabilité, corrélation génétique) sont aussi présentés.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 73-84

Pour assister la sélection des variétés de blé dur pour leurs qualités technologiques, une collection de 1580 génotypes sélectionnés à l’ICARDA, a été testée par l’utilisation d’amorces spécifiques aux gliadines type 45 et type 42 et aux glutenines de faible poids moléculaire (LMW) type 2 et type 1. Les résultats obtenus ont montré que 85 el 89,9 pour cent des génotypes analysés, possèdent les gliadines de type 45 et les glutenines LMW de type 2, qui sont associées à une bonne qualité technologique ; 10 à 8,7 pour cent possèdent les gliadines de types 42 et les glutenines LMW de type 1, qui sont associées à une mauvaise qualité technologique : respectivement 2,4 à 2 pour cent sont des hétérozygotes. L’analyse d’une population de lignées sours F6 Jenah Khatifa/Chaml de blé dur a montré que 47,82 pour cent de lignées ont les glutenines LMW de type 2, le même pourcentage avec les glutenines LMW de type 1 et 4,34 pour cent sont hétérozygotes,

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 108 , p. 85-98
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER