Vous êtes ici

Message d'erreur

Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

L'étude de la dégradation des ressources agro-pastorales a été basée sur les techniques de la télédétection spatiale el l'analyse des données climatiques de la Commune Rurale de Mestigmer. C'est une comparaison de quatre indices de végétation normalisé (NDVI) dérivés des images satellites Landsat de 1976, 1988, 1999,2000 et 2004 afin d'étudier la dégradation des ressources agro-pastorale. Une série de données climatiques sur une période de 36 ans (1967- 2004) a été analysée dans le but de caractériser le climat de la zone et discriminer sa part dans cette dégradation. La caractérisation climatique montre une tendance vers la diminution de la pluviométrie annuelle. Les résultats des NDVI révèlent une dégradation avancée. De même la part du climat dans cette dégradation est estimée à une perte de 58 mm.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 3-18

La rouille brune peut √™tre √† l'origine de pertes de rendement importantes, difficiles √† appr√©cier. Les traitements des c√©r√©ales en v√©g√©tation avec les fongicides sont assez efficaces. La principale technique de lutte est l'utilisation de vari√©t√©s r√©sistantes, qui constitue une composante essentielle pour la majorit√© des programmes de s√©lection et un moyen de contr√īle efficace √† consid√©ra/ion aussi bien √©cologique qu'√©conomique. Cependant, la pression de s√©lection exerc√©e par les vari√©t√©s √† r√©sistance monog√©nique favorise le d√©veloppement de nouveaux biotypes capables de contourner ces r√©sistances, ce qui n√©cessite la recherche continue et rapide de nouvelles sources de r√©sistance. Cette recherche a √©t√© largement facilit√©e par l'av√®nement des techniques de marquage mol√©culaire durant ces derni√®res ann√©es. Actuellement, il est possible de d√©velopper une approche mol√©culaire par le biais de l'utilisation de marqueurs mol√©culaires dont les marqueurs ISSR (inter simple sequence repeat), afin de s√©lectionner des g√©notypes plus r√©sistants √† la rouille brune du bl√©. C'est pour cet objectif que nous nous sommes int√©ress√©s dans cet article √† leur application sur la r√©sistance du bl√© tendre vis √† vis de la rouille brune des feuilles. Ainsi, nous avons test√© 6 amorces contenant un motif dinucl√©otidique (AG) sur des vari√©t√©s de bl√© tendre (T. aestivum) r√©sistantes et autres sensibles √† la rouille brune, et aussi une technique codominante la RFLP. Cette application nous a permis d'identifier le marqueur ISSR F2-900 li√© au g√®ne Lr 35 de r√©sistance √† la rouille brune.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 19-32

La d√©foliation simple et conjugu√©e des trois feuilles sup√©rieures F 1, F2 et F3 de la vari√©t√© d'orge "Arig8", durant cinq stades de croissance et lors de trois ann√©es d'exp√©rimentation sous serre, avait pour but d'estimer leurs contributions au rendement parall√®lement √† la comparaison de l'effet de leurs d√©foliations avec l'effet des inoculations successives par Pyrenophora teres, l'agent causal de la rayure r√©ticul√©e de l'orge. L'effet de la d√©foliation de ces feuilles a vari√© d'une ann√©e √† l'autre ainsi qu'entre les talles de la m√™me plante. Les pertes en rendement grain dues √† la d√©foliation encaiss√©es par la totalit√© des talles, incluant les talles secondaires et les brins-ma√ģtres, ont √©t√© sup√©rieures aux pertes des brins-ma√ģtres. Le rendement des talles secondaires a une grande d√©pendance de chacune de ces trois feuilles sup√©rieures au moment o√Ļ l'importance de la feuille sup√©rieure des brins- ma√ģtres a √©t√© presque similaire √† celle de la troisi√®me feuille des autres talles. La contribution de la derni√®re feuille durant le cycle de croissance au poids total des grains a √©t√© de 39% et de 24% au poids de mille grains. La contribution conjugu√©e des feuilles F1 F2, F1 F3 et F2F3 peut √™tre attribu√©e √† F1 vu leurs taux de contribution similaires sachant que les contributions de F2 et de F3 n'ont pas √©t√© significatives. L'effet de la d√©foliation des trois surfaces foliaires saines, durant le cycle, s'est r√©v√©l√© significativement inf√©rieur √† l'effet de la rayure r√©ticul√©e sur le rendement grain total mais pas sur la biomasse. Seulement le traitement F1F2F3 a induit une r√©duction significativement inf√©rieure √† l'effet de la maladie sur le tallage. De plus, la maladie prolonge significativement le cycle de croissance plus que les diff√©rents traitements de d√©foliation. La contribution des feuilles conjugu√©es F1F2F3 a atteint 57% en poids total des grains, 30% en poids de mille grains et 18% en nombre de grains/√©pi. Tandis que la d√©foliation conjugu√©e de F1F2F3 a r√©duit toutes les composantes de rendement, celle des autres feuilles a √©t√© fluctuante d'une ann√©e √† l'autre. En tout cas, toute surface foliaire perdue a entra√ģn√© une √©longation du cycle de croissance. Notre √©tude a mis en √©vidence que la maladie de la rayure r√©ticul√©e r√©duit la performance des trois surfaces foliaires sup√©rieures de 47 %.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 33-58

Le d√©veloppement de la culture des figues passe par la s√©lection de vari√©t√©s performantes et adapt√©es aux conditions climatiques locales. L'√©valuation de vari√©t√©s locales et introduites constitue une voie pour identifier des g√©notypes productifs ayant des caract√®res pomologiques int√©ressants. La caract√©risation morphologique et pomologique de 42 vari√©t√©s de figuier Ficus Carica L. en collection au Domaine INRA √† A√Įn Taoujdate a √©t√© effectu√©e en se basant sur seize caract√®res de nature quantitative et qualitative. Les r√©sultats obtenus ont montr√© que les vari√©t√©s ont √©t√© caract√©ris√©es par des ports et des volumes de frondaison vari√©s. Les caract√®res pomologiques ont pr√©sent√© une grande diversit√© et une variabilit√© ph√©notypique importante est ressortie au niveau de l'aspect g√©n√©ral du fruit, de son calibre et de son √©poque de maturit√©. Cette derni√®re est concentr√©e au mois de juin pour les figues fleurs dont le calibre a vari√©, selon les g√©notypes de 30 g (M'hadaq et Mendar) √† 97g (Embar Lakhal). Les couleurs dominantes de l'√©piderme sont le vert et le violet alors que la chair est √† dominance ambre. Chez les figues d'automne, la p√©riode de maturit√© s'est √©tal√©e du mois de juillet au mois de septembre. Les fruits ont √©t√© de forme sph√©rique √† turbiniforme avec un poids moyen qui a vari√© entre 18 et 60 g. Leurs cavit√©s ont pr√©sent√© des ostioles √† ouverture importante sans corr√©lation avec le calibre. Les vari√©t√©s int√©ressantes sur le plan pomologique pour la production de figues d'automnes ou de figues fleurs sont propos√©es.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 59-74

Une souche de levure (1113-5) isol√©e lors d'une √©tude ant√©rieure et ayant un haut pouvoir antifongique contre les deux principaux pathog√®nes responsables des maladies post-r√©colte des pommes au Maroc; Penicillium expansum et Botrytis cinerea, a √©t√© utilis√©e dans cette √©lude. L'objectif de ce travail est d'√©valuer et d'optimiser les potentialit√©s de la production en masse de cette souche en fermenteur de laboratoire. L'effet des conditions de stockage sur la stabilit√© de la biomasse s√©ch√©e par la technique du lit fluidis√© et le maintien du pouvoir inhibiteur contre P. expansum √† l'√©chelle pilote ont √©t√© √©galement √©valu√©s. Une production importante en biomasse de la levure (107 g l-1 en poids sec) a √©t√© obtenue par fermentation discontinue aliment√©e (i.e., fed-batch) par une solution de glucose. La biomasse produite a √©t√© s√©ch√©e en lit fluidis√© et a gard√© une viabilit√© optimale de 60%. Ce travail a montr√© aussi que la levure s√©ch√©e a maintenu son activit√© antifongique apr√®s 7 mois de stockage √† 4 ¬įC. Le plus fort pouvoir antagoniste contre P. expansum a √©t√© obtenu en appliquant la levure √† une concentration de 1.10 CFU m l-1 sur les pommes bless√©es.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 75-89

Le carbofuran (2,3-dihydro-2,2-dimethyl-7-benzof-ranyl methylcarbamate), appartenant √† la famille des N-m√©thylcarbamates, est un insecticide/n√©maticide utilis√© en traitement de sol dans l'agriculture marocaine sp√©cialement sur les cultures mara√ģch√®res et industrielles (betterave √† sucre, canne √† sucre, tomate. pomme de terre, ...). L'√©tude des r√©sidus li√©s des pesticides est d'un grand int√©r√™t dans l'√©valuation des risques de leur mobilisation et donc le risque de contamination de l' environnement, notamment les eaux souterraines en raison de la possibilit√© de leur re-lib√©ration. Ce travail a pour but d'√©tudier par la technique de traceur radioactif 14C d'une part, la localisation et la distribution des r√©sidus li√©s du carbofuran dans le sol et d'autre part, la possibilit√© de lib√©ration de ces r√©sidus dans le temps. Concernant la distribution et la localisation des r√©sidus li√©s. nous avons utilis√© la m√©thode de fractionnement chimique visant √† s√©parer la mati√®re organique du sol en fractions principales; l'acide fulvique (AF), l'acide humique (AH) et l'humine (H). Les r√©sultats ont montr√© qu'environ 66% des r√©sidus li√©s sont associ√©s √† la fraction organique soluble (AF + AH) alors que la fraction de l'humine contient 34 %. D'autre part, la possibilit√© de la lib√©ration des r√©sidus li√©s a √©t√© √©tudi√©e par addition, au sol √©tudi√©, du sol frais du m√™me type et incubation pendant 90 jours. Les r√©sultats ont montr√© la re-extractibilit√© de 8 √† 15% et la min√©ralisation de 1 √† 4% des r√©sidus li√©s en fonction du temps d'incubation. L'incorporation des r√©sidus li√©s dans la fraction de l'Humine peut-√™tre consid√©r√©e comme un processus contribuant √† r√©duire les risques de pollution en raison de l'insolubilit√© de cette fraction dans l'eau. Mais leur stabilisation √† long terme, peut constituer une menace pour l'environnement. De plus, il y a une nette pr√©dominance de la quantit√© des r√©sidus contenue dans la fraction organique soluble (AF et AH). Ceci peut avoir un rapport important avec leur biodisponibilit√© et leur migration dans le sol, du moment que l'AF est la fraction de la mati√®re organique la plus soluble dans l'eau. De plus, les quantit√©s de r√©sidus re-lib√©r√©s, peuvent √™tre consid√©r√©es comme une indication des quantit√©s de r√©sidus li√©s qui conservent un risque environnemental potentiel.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 91-105

Le but de ce travail est d'√©tudier l'effet d'une restriction alimentaire suivie d'une r√©alimentation et la possibilit√© d'une croissance compensatoire, sur la pubert√© et sur les √©v√©nements endocrines apparent√©s chez la femelle Sardi. Trente agnelles Sardi √Ęg√©es de 205 jours et ayant un poids de 22¬Īl,2 kg ont √©t√© divis√©es en 3 groupes : HH nourri avec un r√©gime haut (500 g de paille et du concentr√© industriel ad libitum), LL avec un r√©gime bas (500 g de paille et 200 g de concentr√© industriel) et LH avec le r√©gime bas pendant 2 mois suivi d'un r√©gime de niveau sup√©rieur pendant 4 mois. L'essai a commenc√© le premier juillet et s'est arr√™t√© au 30 d√©cembre. Les √©chantillons de sang ont √©t√© pr√©lev√©s trois fois par semaine pour les dosages de la progest√©rone, FSH, GH et leptine. Une diff√©rence significative du taux de croissance entre les deux groupes (haut et bas) a √©t√© observ√©e. Toutefois, le gain quotidien moyen est rest√© au dessous de 100 g/d. Apr√®s la p√©riode de restriction, l'apport illimit√© de concentr√©s (groupe LH) assure une croissance soutenue des agnelles mais seulement l√©g√®rement sup√©rieure en moyenne √† celle des agnelles du groupe HH (89 g/animal/jour de GMQ contre 84). Ces r√©sultats ne permettent qu'une croissance compensatrice partielle et variable. Dans le groupe HH, l'entr√©e en activit√© sexuelle est tr√®s compacte. Les premiers cycles normaux se manifestent en moyenne 9 jours seulement apr√®s le premier cycle ovarien et les premi√®res chaleurs sont d√©j√† pr√©sentes en moyenne 7 jours apr√®s les premi√®res activit√©s ovariennes. Ces intervalles tr√®s courts s'expliquent par le fait que pour 8 des 10 agnelles, la premi√®re activit√© cyclique est directement accompagn√©e des premi√®res chaleurs. La restriction alimentaire (groupe LL) qui freine la croissance des agnelles a pour effet d'emp√™cher leur entr√©e en activit√© cyclique ovarienne et comportementale. Par contre, dans le groupe LH, l'apparition des premiers cycles et des chaleurs chez toutes les agnelles est fortement retard√©e (plus de 50 jours) par rapport au groupe HH alors qu'aucune diff√©rence significative, en ce qui concerne le poids vif au moment du d√©marrage de l'activit√© reproductrice, n'est observ√©e entre ces deux groupes. Avant la premi√®re ovulation, une augmentation dans le niveau de FSH est observ√©e pendant que le niveau de GH diminue avec une corr√©lation n√©gative significative entre ces hormones. Aucune relation significative n'a √©t√© trouv√©e entre l'entr√©e en activit√© ovarienne et le niveau de Leptine. De la m√™me mani√®re, il n'y avait pas de corr√©lation entre le niveau de leptine et le poids ou le gain moyen quotidien. Une corr√©lation positive entre la concentration de GH et le gain moyen quotidien a √©t√© not√©e dans les diff√©rents groupes (P 0,05) tandis qu'aucune relation n'a √©t√© d√©tect√©e entre les concentrations de FSH et le gain moyen quotidien. Nos r√©sultats d√©montrent une fois encore l'importance du d√©veloppement corporel des agnelles pour l'√Ęge de la pubert√©. Une r√©alimentation ad libitum suite √† une p√©riode de forte restriction permet une reprise effective de la croissance ainsi que l'initiation de l'activit√© reproductrice d√®s la premi√®re ann√©e chez toutes les agnelles. Par ailleurs, nos analyses indiquent que les concentrations plasmatiques de la FSH ne sont pas affect√©es par la restriction alimentaire. Les profils de la leptine laissent penser √† la pr√©sence d'autres m√©tabolites, plus importants que la variation de la Leptine, pour informer l'axe hypothalamo-reproducteur de l'√©tat nutritionnel de l'agnelle.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 117 , p. 107-124
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER