Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Le « mal secco » est une trachéomycose des agrumes spécifique du Bassin méditerranéen, où elle progresse lentement d'est en ouest ; elle affecte également le littoral géorgien de la mer Noire. Après sa découverte en Algérie et en Tunisie, seuls I' Espagne, le Portugal et le Maroc paraissent actuellement indemnes de cette maladie. Ses symptômes ne sont pas absolument spécifiques et consistent notamment dans le dessèchement des feuilles des jeunes rameaux, suivi ou non de chute. Ce dessèchement gagne les branches et le tronc, avec une vitesse et selon une importance dépendant de nombreux facteurs : emplacement du point d'infection, souche du champignon, nature de I' hôte, etc. Le «mal secco » est provoqué par Deuterophoma tracheiphila PETRI et détruit rapidement toutes les espèces de citrus si celles-ci sont infectées par le pied, mais se développe plus ou moins lentement si la contamination se produit sur des parties aériennes de I'arbre : dans ces conditions, I'oranger (Citrus sinensis OSB.), le mandarinier (C. reticulata BLANCO) sont tolérants, le cédratier (C. medica L.), le citronnier en général (C. Iimon BURMANN) et la lime vraie (c. aurantifolia Sw.) très sensibles. En tant que porte-greffe, le Poncirus trifoliata et le bigaradier (C. aurantium L.) sont sensibles, la limette de Palestine et le Rough lemon le sont davantage. on connaît des porte-greffe, comme Citrus volkameriana PASQUALE, et la mandarine Cléopâtre, très tolérants à la maladie, ainsi que quelques variétés de citrons (Santa Teresa, clone de Femminello en Sicile ; Lamas en Turquie). L'infection a lieu en automne, hiver et printemps, principalement en janvier. Le développement du mycélium et la production de pycnides ont leur optimum entré 12 et 20°C environ. Au-dessus de 30°C, la progression du champignon s'arrête. Le champignon produit diverses toxines et une de ses lignées induit dans les vaisseaux du bois une coloration habituellement jaune orangé à rouge, parfois noirâtre ; cette coloration peut être développée artificiellement et servir au diagnostic précoce de l'affection. Les probabilités de contamination sont d'autant plus faibles que I'arbre est en meilleur état végétatif : aussi toute cause d'affaiblissement (froid, vent, grêle, forçage, dommages aux racines) prédispose à la contamination, bien que n'étant pas indispensable. Les moyens préventifs de lutte consistent dans I' utilisation de porte-greffe et de greffons de variétés tolérantes et dans le report à l'été des façons culturales (labours profonds, apports d'engrais) qui, effectuées en hiver, sont une importante cause d'infection. Les moyens curatifs ne sont tous que des palliatifs : ils vont de I' arrachage des arbres à la simple amputation des parties se desséchant et de celles situées immédiatement au-dessus ; I' incinération des écorces couvertes de pycnides, des rameaux et feuilles tombées, ainsi que des pulvérisations de bouillie bordelaise ou d'autres fongicides sur la partie aérienne et le sol sont également conseillées. Toutes les parties de l'arbre, y compris les racines, doivent être maintenues dans le meilleur état possible.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 89-125

Après avoir relaté les circonstances de I'apparition de Sclerotium roltfsii (SACC.) CURZI,cause de la pourriture des betteraves dans diverses régions du Maroc, I'auteur décrit les symptômes de la maladie et essaye de dégager les conditions écologiques de développement du champignon en vue de mettre sur pied une méthode de lutte. S'il semble que dans les zones irrigables, la lutte chimique à base de pentachloronitrobenzol puisse être considérée, I'existence d'une mesure de lutte efficace reste problématique dans les zones non irriguées.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 127-133

Après une revue des différentes méthodes proposées, I'auteur étudie la possibilité de déterminer la quantité de jus d'orange dans une boisson douce au moyen de I'indice formol. La mesure de I'indice formol est soumise à une étude critique. La concentration en formol influe fortement sur la valeur de l'indice trouvé d'où la nécessité de la normalisation de cette mesure. L'indice formol du jus d'orange contenu dans les boissons douces est en moyenne très inférieur à I'indice formol du jus pur. L'auteur explique en partie cette anomalie. Il propose de réglementer la dilution des concentrés de jus d'orange utilisés dans I'industrie des sodas.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 135-145

Sur un exemple de fabrication industrielle I'auteur entreprend une brève étude en vue de normaliser la composition chimique de I'eau de fleurs d'oranger. Il cite les causes principales de modification de la qualité loyale et marchande du produit et précise son point de vue pour la réglementation des fraudes.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 147-153

L'auteur présente une notice explicative des principaux sols étudiés dans la plaine du Tadla (formation alluviale Quaternaire). La prospection de détail ayant été réalisée au l/50000e, la carte au 1/500 000e de l'étude, a pour but de donner une répartition schématique des sols rencontrés et leur étendue. Ceux-ci se groupent principalement dans 5 classes, à savoir : I. Sols minéraux bruts : lithosols et régosols. II. Sols peu évolués: d'érosion régosolique et d'apports alluviaux et colluviaux. III. Sols calcomagnésimorphes : rendziniformes et bruns calcaires. IV. Vertisols : tirs et sols tirsifiés. V. Sols isohumiques subtropicaux : sols châtains et bruns. Un des principaux inconvénients pour I'irrigation de la plaine est la salure de bon nombre de ces sols. L'auteur termine par une liste récapitulative des possibilités culturales où il tient compte de ce danger de salinité.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 155-190

L'auteur rend compte des travaux de sélection effectués sur les variétés Pima 67, Ashmouni, Karnak K 55 et Giza 7 ainsi que sur les descendances des hybrides intervariétaux du groupe barbadense obtenus à la Station cotonnière du Tadla. Il résume les résultats des essais de variétés mis en place au cours de la campagne 1961, dans les différentes régions cotonnières du Maroc. Au point de vue agronomique, l'auteur mentionne également les résultats des essais de dates de semis, de densités de semis, de fumures et d'assolements.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 1-23

L'auteur poursuit ses investigations sur les principaux ennemis du cotonnier et plus spécialement sur Earias, Platyedra, Heliothis et Bactériose. Il évalue, par sondages systématiques, réalisés tout au long de la campagne cotonnière 1961, I'importance des populations et l'évolution propre de chaque espèce au cours de la saison. L'étude de cette évolution porte sur les populations différentes hébergées par les deux espèces Gossypium barbadense et Gossypium hirsutum. Il rend compte d'autre part des résultats de I'expérimentation des divers produits insecticides et fongicides, des divers modes de traitement et de la première application d'une méthode destinée à mettre en évidence les résistances variétales.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 23-33

L'auteur rapporte qu'il existe actuellement au Maroc 19 variétés de Napier grass qui sont encore en essais comparatifs et en observation. Parmi ces variétés, 6 seraient à éliminer, les 13 autres seront encore étudiées pendant un certain temps. Les caractères les plus importants du point de vue de I' utilisation sont énumérés et en fonction de ces caractères on peut considérer 7 variétés comme étant excellentes. Parmi celles-ci les variétés F et R sont réservées presque exclusivement pour servir à I' ensilage, la variété E au pacage, les autres conviennent à toutes les utilisations.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 35-51

L'auteur fait l'historique de la diffusion et de la connaissance de la maladie de la tristeza. Dans le Bassin méditerranéen, seul pour le moment, le cas de I'Espagne est préoccupant. Au Maroc, 8 plants d'agrumes introduits de l'étranger depuis 13 à 16 ans se sont révélés être porteurs du virus de la tristeza, faute d'insecte vecteur efficace la maladie ne semble pas avoir été diffusée. L'auteur énumère les dispositions à prendre pour se prémunir de nouvelles introductions et pour éventuellement faire face à la maladie.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 53-77

L'auteur rapporte la présence en Tunisie, dans la région de Menzel Bou Zelfa de pourridié, Clitocybe tabescens (SCOP. ex FRIES) BRES. attaquant un nombre plus ou moins grand d'arbres dans les plantations d'orangers Maltaise sanguine greffés sur bigaradier. Il donne les principales caractéristiques extérieures de ce champignon, dont I'origine semble être la présence d'individus vivants ou de parties mortes de tamaris (Tamarix sp.). Le peu d'étendue des dégâts n'a pas encore permis d'essayer une méthode de lutte ; des mesures sont toutefois conseillées pour empêcher I' extension de la maladie, dont il est rappelé les ressemblances avec le pourridié à armillaire, Armillariella mellea (QUEI. ET ex VAHL) KARSTEN.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 79-87
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER