Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

L’etude essaye de comparer la distribution de la maladie de l’oeil de paon, due a cycloconium oleaginum cast., sur les deux faces nord et sud de la frondaison de quelques oliviers situes dans deux regions oleicoles du Maroc.

1990
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1990), no 70 , p. 33-37

Apres avoir rappele quelques notions de base sur la biologie du champignon cycloconium oleaginum et sur les symptomes de la maladie qu’il declenche sur l’olivier, l’auteur decrit les differents aspects que cette derniere presente au maroc: installation et evolution d’un foyer, resistancenarietale et incidences sur la vegetation de l’arbre et sa production. Par suite de la position geographique du maroc, de sa topographie, de la generalisation a tous les vergers d’une seule variete (la picholine marocaine) qui est par ailleurs tres sensibke a ce parasite, l’auteur distingue 5 zones d’agressivite de la maladie. Il donne pour chacune d’elles les facteurs qui sont javorables ou non au cycloconium oleaginum. Puis il indique les aspects agronomiques que presente cette maladie dans les differents modes d’oleiculture: oleiculture de cueillette, oleiculture extensive, oleiculture intensive sans ou avec irrigation. En conclusion, il mentionne qu’on ne saurait au maroc etablir un calendrier de lutte valable pour toutes les regions oleicoles et pense qu’il serait bon de surgreffer tout au moins en culture intensive irriguee, la picholine marocaine en picholine du languedoc, ôcultivarô aussi utile mais plus resistant a ce parasite.

1968
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1968), no 26 , p. 55-74

Apres quelques remarques sur la biologie de cycloconium oleaginum, l’auteur rapporte les resultats de deux essais de traitements chimiques contre cette maladie. Le premier essai visait a determiner la date et la frequence optimales des traitements. Les meilleurs resultats ont ete obtenus avec 3 traitements par an (deux au printemps et un en automne) mais, si on tient compte des contraintes economiques, deux traitements par an (un au printemps, un en automne) sont suffisants. Le deuxieme essai a montre que la taille permet d’accroitre l’efficacite des traitements. En annee peu favorable a la maladie, un seul traitement associe a une taille devrait donc suffire.

1968
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1968), no 27 , p. 41-50
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER