Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 1 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Une technique simple, sensible et fiable pour la détection, dès l’introduction, des explants de palmier dattier contaminés par les bactéries a été développée. Dans cette méthode, nommée ô détection précoce ô, les parties basales et/ou terminales sont prélevées au niveau de chaque explant et agitées séparément dans des tubes à essai contenant un milieu bactériologique stérile pendant 3 à 10 jours à la température ambiante. Ce milieu de culture (MNBY) qui est une modification du milieu NBY, contient par litre 2g de K2HPO4 ; 0,5g de KH2P04 ; 0,25g de MgSO4 , 7H2O ; 2,5g d’extrait de levure; 5g de Bactopeptone et 2,5 de Glucose.L’application de cette technique sur 116 explants stérilisés et avant leur transfert sur le milieu d’initiation, a révélé que 42,6 pour cent, 58,3 pour cent et 92.1 pour cent des explants appartenant respectivement aux cultivars Boufegous, .Mejhoul et Bouzekri sont contaminés. Le suivi des explants, durant les phases d’initiation et de multiplication, a démontré l’efficacité de cette technique. Plus de 959k des cultures issues des explants révélés contaminés par la détection précoce, ont été aussi trouvés contaminés lors des phases d’initiation e: de multiplication. En plus, le suivi des explants. sélectionnés non contaminés par la détection précoce, en culture in vitro sur une période d’environ 20 mois, a démontré que plus de 99 pour cent des cultures issues de ces explants n’ont pas montré de contamination, Une caractérisation primaire de 123 souches bactériennes obtenues à partir des explants contaminés a révélé que 94,3 pour cent de ces souches sont classées dans deux grands groupes. Les bâtonnets Gram positif avec une fréquence d’isolement de 54,5 pour cent et les bâtonnets Gram négatif avec 39,8 pour cent. Les bactéries du premier groupe possèdent les caractéristiques du genre Bacillus. Par contre les bactéries du second groupe appartiennent à la famille des Enterobacteriaceae.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 116, p. 36-49

Les auteurs ont etudie l’application des techniques de fumigation a la desinfection des locaux et des fruits contre les moisissures. Pour la desinfection des locaux, les bombes fumigenes a base d’orthophenylphenate de sodium presentent une reelle efficacite. Dans une station d’emballage, ce traitement pourrait etre utilise conjointement au badigeonnage des murs au moyen d’une peinture a base d’albotene. Pour la desinfection des fruits, de bons resultats ont ete obtenus avec une dose de 4 g/m3, pouvant eventuellement etre reduite a 3 g/m3, afin de ne pas passer la concentration de residu toleree sur les fruits.

1965
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1965), no 15 , p. 23-35

Plusieurs essais ont ete realises dans le but de connaitre les conditions optimales d’emploi du 2-aminobutane, dans la lutte contre les moisissures des agrumes, au cours du conditionnement et du transport. Divers autres produits, y compris des additifs, ont egalement ete mis en competition, afin d’evaluer leur efficacite et leur utilite. Les meilleurs resultats ont ete obtenus par l’orthophenylphenol et le 2-aminobutane. L’utilite du rincage apres le traitement a ete demontree une fois de plus. On envisage donc l’utilsation d’une formulation de chlorure ou de sulfate de 2-aminobutane, a ph = 8, sans mouillant, et contenant 1 ou 2 de matiere active.

1966
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1966), no 18 , p. 1-30

Après avoir relaté les circonstances de I'apparition de Sclerotium roltfsii (SACC.) CURZI,cause de la pourriture des betteraves dans diverses régions du Maroc, I'auteur décrit les symptômes de la maladie et essaye de dégager les conditions écologiques de développement du champignon en vue de mettre sur pied une méthode de lutte. S'il semble que dans les zones irrigables, la lutte chimique à base de pentachloronitrobenzol puisse être considérée, I'existence d'une mesure de lutte efficace reste problématique dans les zones non irriguées.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 127-133
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER