Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 1 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Le souchet à tubercule (Cyperus rotundus L.) est une adventice vivace difficile à combattre. L'efficacité des herbicides systémiques est tributaire de la connaissance de la période de restitution des réserves glucidiques chez l'adventice. Les teneurs en hydrates de carbone non structuraux (TNC) des tubercules el des rhizomes du C. rotundus issu d'un verger d'agrumes (zone ensoleillée = interlignes et zone ombragée = sous frondaison) et d'un vignoble ont été déterminées mensuellement pendant une année et en fonction de sa phénologie. Les pourcentages de TNC/g de matières sèches obtenues au niveau des tubercules (67,4 - 26,0%) sont beaucoup plus élevées que celles obtenues au niveau des rhizomes (11,9 - 2,1%). Les courbes de l'évolution des TNC des tubercules suivent en général l'allure en « V » avec des cycles d'hydrates de carbone qui différent selon la méthode d'échantillonnage et le biotope. Pour le prélèvement par unité de surface, le niveau maximal de reconstitution des TNC est atteint en juin dans les biotopes agrumes zone ensoleillée et vignoble, et en juillet pour le biotope agrumes zone ombragée. Alors, que pour le prélèvement par plante, le flux maximal des réserves glucidiques vers les tubercules est atteint en juin lors de la floraison. Les implications de ces résultats pour la mise en œuvre d'une stratégie de lutte contre cette adventice sont discutées.

2007
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2007), no 121-122 , p. 35-50

Cet article met en évidence les efforts du surpâturage sur les réserves en carbohydrates des plantes, le changement de la composition botanique, la réduction de la production des parcours et la diminution de la productivité des animaux. L’absence de couvert végétal altère l’environnement par l’augmentation de la température du sol, la réduction de l’infiltration de l’eau et l’accélération de l’érosion. Pour pallier à ces efforts négatifs, le parcours doit être exploité rationnellement. Les pastoralistes sont appelés à déterminer pour chaque plante ou communauté de plantes la période de repos pour que les réserves en hydrates de carbones soient reconstituées. Une politique d’encouragement des éleveurs doit être mise en place pour que ceux-ci participent à la conservation des ressources naturelles des terrains de parcours.

1993
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 79 , p. 179-186
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER