Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Les milieux de culture d'anthères 190-2 solide et semi liquide ont été comparés du point de vue induction des embryons et régénération de plantules androgéniques en utilisant 7 génotypes de blé tendre. L'induction des embryons androgéniques et la régénération de plantules chlorophylliennes obtenues sur le milieu semi liquide ont été meilleures que celles obtenues sur le milieu solide pour tous les génotypes. Le nombre d'embryons formés pour 100 anthères mises en culture a varié entre 33,5 et 122,9 pour le milieu semi liquide et entre 4,3 et 13,0 pour le milieu solide. Les embryons ont été transférés sur le milieu de régénération 190-2. Le nombre de plantules chlorophylliennes pour 100 anthères mises en culture a varié entre 1,1 et 12,3 pour le milieu semi liquide et entre 0,1 et 0,3 pour le milieu solide.

2012
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2012), no 125-126 , p. 81-95

La comparaison de deux techniques de production de plantes haploïdes, l’androgenèse in vitro et le croisement intergénérique avec le maïs, a été conduite sur le triticale hexaploïde. Les résultats ont montré qu’en dépit du taux d’albinisme élevé, l’androgenèse in vitro est plus performante comme méthode de production d’haploïdes, avec une moyenne de 3.5 plantes haploïdes par épi mis en culture. La production de plantes haploïdes par croisement avec le maïs reste inférieure à celle par culture d’anthère, bien que la totalité des plantes régénérées soient chlorophyllienne. Le faible taux de fécondation dû probablement à des mécanismes d’incompatibilité fait que le nombre d’embryons sauvés et par conséquent celui de plantes haploïdes ne dépasse pas 0.38 plantes par épis castré. Dans un programme d’amélioration génétique du triticale utilisant l’haplodiloïdisation comme méthode de création variétale, le nombre de plantes haploïdes produites est très important car la quantité de semences F1 est faible et coûteuse. Il est donc recommandé en cas d’application de l’haplométhode d’utiliser la culture d’anthère avec toutefois le transfert rapide des embryons sur des milieux de régénération améliorés.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 115 , p. 17-29

Dans le cadre de la production de plantes haploides doublées du blé dur (Triticum turgidum ssp. durum) par culture in vitro d’ovaires non fécondés, nous avons étudié pour neuf génotypes l’effet de deux milieux de culture, MS et CI 7. Aussi a-t-on analysé, pour ces deux milieux, l’action de trois concentrations de 2,4-D (acide 2,4 dichlorophénoxyacétique) : 2, 3.5 et 5 mg.L-1, en combinaison avec quatre concentrations en saccharose: 45, 60, 90 et 120 g.L-1. Parmi les différents facteurs étudiés, l’effet du génotype est très déterminant, cependant divers autres facteurs (la nature du milieu de base, les quantités de saccharose et du 2,4-D) agissent en interaction avec le génotype sur la capacité gynogénétique. A partir des neufs génotypes étudiés, 67 plantes toutes chlorophylliennes sont régénérées et seul le cultivar ’Acsad’ s’est avéré récalcitrant.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 113 , p. 15-27
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER