Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

La présente étude est une synthèse des travaux de recherche effectués jusqu’à présent sur les parasites des légumineuses alimentaires au Maroc. Bien que les travaux de recherche soient peu nombreux et fragmentaires, des conclusions importantes peuvent être tirées; des dégâts importants dus à l’orobanche ont été signalés sur la fève, le petit-pois et la lentille. L’emploi judicieux du glyphosate, un herbicide total, permet un bon contrôle de ce parasite. La maladie des taches chocolat, l’anthracnose et la rouille sont d’autres maladies importantes de la fève. L’anthracnose constitue la contrainte majeure du pois-chiche. L’importance des dégâts des autres maladies varie en fonction des conditions climatiques dans différentes régions. La lentille et le petit-pois sont attaqués par plusieurs maladies qui restent peu étudiées. Les travaux de recherche futurs doivent être axés sur : la lutte intégrée contre l’orobanche de la fève, de la lentille et du petit pois, l’anthracnose et les maladies vasculaires du pois chiche et de la fève, la tache chocolat de la fève, l’oïdium et l’anthracnose du petit-pois, la rouille de la lentille et de la fève; des études biologiques et épidémiologiques des pathogènes responsables de ces maladies; enfin la recherche de sources de résistance à ces pathogènes. Mots-clés : maladies, parasites, légumineuses alimentaires, Maroc

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 92 , p. 55-67

Au Maroc, la lutte contre la teigne de l'olivier est basée sur les traitements insecticides conventionnels. L'objectif de ce travail est de trouver une alternative à cette méthode de lutte par l'essai de contrôle microbiologique. Nous avons utilisé le Fenthion 50%

2013
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 120 , p. 137-151

Au Maroc, la lutte contre la teigne de l'olivier est basée sur les traitements insecticides conventionnels. L'objectif de ce travail est de trouver une alternative à cette méthode de lutte par l'essai de contrôle microbiologique. Nous avons utilisé le Fenthion 50% (Lebaycid, dose: 150 cc/hl) comme produit de référence et la lutte microbiologique à base de Bacillus thuringiensis (Bactospeine PM) à la dose de 70 g/hl. Durant trois campagnes agricoles (1994-95, 1995-96, 1996-97), des essais de traitements comparatifs ont été conduits dans le Haouz à Aït Ourir et à Tamellalet à l'aide du fenthion et de B. thuringiensis. Les taux d'infestation par les larves de la teigne ont été notés avant et après les traitements. Les résultats montrent que B. thuringiensis permet de réduire les taux d'infestation jusqu'à 70% à 80% par rapport au témoin, alors que le Fenthion entraine une réduction plus significative de l'infestation pouvant atteindre une moyenne de 96%.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 120 , p. 137-151

Le psylle de l'olivier, Euphyllura olivina, est un insecte qui provoque des dégâts importants sur les jeunes pousses et les organes florifères de ['olivier, il affecte ainsi la production. Après avoir estimé les taux d'infestation de l'olivier par le psylle dans une station oléicole au Haouz et, dans la perspective de rechercher des biocides compatibles avec une production biologique, des composés phénoliques extraits de l'olivier ont été testés sur les adul1es du psylle. L'infestation des rameaux florifères par ['insecte a été estimée depuis le gonflement des boutons jusqu'au début de la floraison de l'olivier. Les composés phénoliques ont été extraits à partir des jeunes feuilles de l'olivier et pulvérisés sur des rameaux infestés par des couples du psylle. Deux variétés ont fait l'objet de l'étude, l'Arbéquine et la Ménara. L'infestation par les adultes est variable d'un rameau à l'autre, généralement, elle est en moyenne de 12 adultes par mètre linéaire de rameau. L'occurrence des larves est relevée sur 15-22% des rameaux observés. Le traitement des rameaux infestés par le psylle provoque une mortalité moyenne de 63,5% et de 71,7% des populations testées respectivement sur Menara et sur Arbéquine,. ses mortalités dépassent celles relevées dans les lots témoins: 53,7% sur Ménara et 46,2% sur Arbéquine. Les résultats obtenus sont discutés et des tests sur les autres stades du psylle sont envisagés.

2006
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2006), no 118-119 , p. 3-19

Des prélèvements de graines de Vicia faba L. à partir de 152 champs répartis dans 29 régions du Maroc ont permis d’élucider la nuisibilité de Bruchus rufimanus Boh. Les taux d’infestation varient de 4 à 62 suivant les régions et les champs échantillonnés. Le taux moyen à l’échelle du pays avoisine 33 . Dans environ 49 des champs étudiés, l’intensité de l’infestation est évaluée à 3 adultes par graine. On peut trouver jusqu’à 5 adultes par graine. Mais 60 des graines examinées n’ont permis le développement que d’un seul adulte. Les pertes pondérales réelles varient selon les régions, leur moyenne avoisine 5 du poids sec de la graine infestée. Elles sont positivement corrélées à l’intensité de l’infestation. La perte moyenne par larve est estimée à 46,91 ? 8,15mg ; les frass produits sont estimés à 31,17 ? 5,5mg. B. rufimanus affecte aussi la germination des graines de V. faba. Le pourcentage moyen des graines germées est fonction de l’intensité de l’infestation. De 90,5 pour les graines avec un seul adulte, il passe à 55 pour les graines aux dépens desquelles se sont développées 5 adultes.

1997
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1997), no 97 , p. 27-39

Dans cette étude, 165 échantillons de blé dur, blé tendre et orge ont été collectés en 1995 du souk Tlet de Ben Guerir et de la halle aux grains à Casablanca. L’objectif de cette enquête est d’évaluer la quantité et la qualité des impuretés présentes dans les céréales commercialisées. Les impuretés trouvées ont été divisées en quatre groupes : semences d’adventices, semences d’autres cultures, débris de paille et débris de sol. En moyenne, entre 1,22 et 2,66 kg d’impuretés ont été trouvés dans chaque quintal de céréale commercialisée. Tous les échantillons ont été infestés par les semences d’adventices. En moyenne, entre 78 400 et 123 400 semences d’adventices ont été trouvées par quintal de blé ou d’orge. Soixante neuf (69) espèces d’adventices ont été identifiées, dont 55 sont des dicotylédones. Les semences de Lolium rigidum Gaud. et de Melilotus sulcatus Desf. ont été les plus fréquentes et les plus abondantes. Chaque quintal de céréale a contenu 0,250 à 2 kg de semences d’autres céréales. Pour chaque culture, le poids de la paille a été presque similaire à celui des semences d’adventices. Entre 0,227 et 1,161 kg de sol ont été trouvés par quintal de céréale. La sensibilisation des agriculteurs à désherber et épurer les champs des céréales est nécessaire pour avoir une récolte propre et acceptable pour la commercialisation, le stockage, la consommation humaine et animale et le semis.

1997
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1997), no 98 , p. 9-21

Pour le blé tendre ainsi que le blé dur pris séparément, l’inoculation des semences avec Tilletia foetida ou Tilletia caries provenant du blé tendre ou du blé dur entraŒne des taux d’infection identiques ou très proches. Les grains cariés ne contiennent pas seulement l’espèce fongique inoculée aux semences.

1995
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1995), no 89 , p. 39-47

Les especes de pucerons les plus frequentes sur ble sont rhopalosiphum padi, schizaphis graminum et sitobon avenae qui se developpent de facon anholocyclique. L'infestation du ble par les pucerons ailes se produit au cours de la deuxieme semaine de fevrier. Les populations aphidiennes augmentent progressivement pour disparaitre completement vers la mi - mai. Les echantillonnages realises chaque annee depuis 1979 dans une vingtaine de parcelles ont constamment revele des taux moyens d'infestation faibles. Ceci est du en partie a l'activite des entomophages et notamment des aphidiides (aphidius ervi, a. matricariae, A. rhopalosiphi et Praon volucre) et coccinella septempunctata. Les traitements aphicides sont inutiles.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 11-23

La tuberculose de l’olivier est largement repandue partout ou on cultive l’olivier. L’etude de la reaction naturelle a la maladie de quatre differentes varietes d’olivier, agees de 35 ans, a montre que la picholine marocaine est tolerante a la maladie tandis que la meslala est une variete tres sensible et la picholine du languedoc sensible. La variete gordale est immune et ne montre pas de symptomes alors que la maladie s’est manifestee dans cette parcelle de 4 varietes des 1960. L’intensite de la maladie a ete evaluee en utilisant 6 unites structurales (us) par arbre, sur 10 arbres par variete. L’intensite de la maladie a un impacte sur la croissance vegetative des rameaux d’olivier et reduit le nombre de fruit par unite structurale. Il a ete estime que 50 de perte au champ en olive est causee par un nombre de 55 tumeurs a tuberculose par unite structurale. Quand ce nombre excede 600 tumeurs par arbre, le desechement des rameaux est observe tel que c’est le cas chez la variete meslala.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 41-52

Un total de 916 champs de ble tendre, de ble dur et d’orge ont ete echantillonnes durant cinq annees de surveillance de la cecidomyie, mayetiola spp. dans les regions semis-arides du Centre-ouest du Maroc. En moyenne 88, 85 et 80 pourcent des champs des cereales ont ete infestes et 64,55 et 55 pourcent de ces champs ont eu des infestations economiques (20 pourcent de talles infestees ). Les analyses statistiques ont indique que les infestations (pourcent de talles infestees ) les plus elevees ont ete observees dans les provinces côtieres de Settat, El Jadida et Safi et les niveaux d’infestations les plus bas ont ete enregistres dans les provinces d’El Kelâa Srarhna, Beni Mellal et Khouribga. Chez l’orge les infections par mayetiola spp. ont ete identiques à celles des bles tendre dans les provinces de Settat, El Jadida, Safi et Khouribga, mais plus faibles dans les provinces de Marrakech, El Kelâa Srarhna et Beni Mellal. En 1990, la surveillance dans les provinces bour favorable du nord ont indique que les infestations de mayetiola spp. à Khemisset, Meknes, Sidi Kacem et Kenitra n’ont pas ete significativement plus faibles (p0.05 ) que celles des provinces côtieres de Settat, El Jadida et Safi, o— les populations elevees ont ete observees.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 77 , p. 21-54

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER