Vous ĂȘtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

L‘utilisation de la rĂ©sistance variĂ©tale contre l‘anthracnose (Ascochyta rabiei) du pois chiche reste le moyen de lutte le plus pratique pour rĂ©duire l’effet nĂ©faste de cette maladie. Onze gĂ©notypes de pois chiche ont Ă©tĂ© Ă©valuĂ©s sous serre au stade plantule pour leur rĂ©sistance partielle Ă  sept isolats d’A. rabiei. Quatre composantes de la rĂ©sistance partielle: la pĂ©riode d’incubation, le nombre et la taille de lĂ©sions et le potentiel de sporulation (nombre de spores produit par gramme de tissu sen infectĂ©), ont Ă©tĂ© prises en considĂ©ration lors de cette Ă©tude. Des effets significatifs gĂ©notype-isolat et leur interaction sur les quatre paramĂštres ont Ă©tĂ© observĂ©s. Cette Ă©tude a permis, dans un premier temps, de classer les gĂ©notypes de pois chiche testĂ©s en trois groupes de rĂ©sistance. Le premier (PCH46, ILC72, IL C482, ICC5127 et ILC5342) a montrĂ© une sensibilitĂ© Ă©levĂ©e; avec de courtes pĂ©riodes d’incubation, un nombre important de lĂ©sions de tailles plus grandes et une sporulation importante ; le second possĂšde une rĂ©sistance intermĂ©diaire, constituĂ©e par les gĂ©notypes Rizki, Douyet et ILC195. Le dernier groupe rĂ©sistant (Zahor, IL C5 928 et ICC3996), n’a prĂ©sentĂ© qu’un nombre rĂ©duit de petites lĂ©sions avec une sporulation faible. Dans un deuxiĂšme temps, ce travail a permis aussi, de partager les isolats traitĂ©s en trois groupes de virulence: virulent (Mar3, Doyl et Mek6), intermĂ©diaire (Syri7 et Dar2) et moins virulent (sid4 et Tazak). L‘interaction entre les isolats d’A. rabiei et les gĂ©notypes de pois chiche dans cette Ă©tude est considĂ©rĂ©e comme l’indice d’une spĂ©cialisation dans la pathogĂ©nie d’A. rabiei et la rĂ©sistance du pois chiche. La corrĂ©lation significative qui existe entre la pĂ©riode d’incubation et les autres variables indique que la pĂ©riode d’incubation conditionne aussi bien le dĂ©veloppement des nĂ©croses que celui des pycnides. Le dĂ©veloppement des nĂ©croses s‘accompagne de formation des pycnides.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 114 , p. 21-42

La pĂ©riode d’incubation (PI), la pĂ©riode de latence (PL), la surface foliaire nĂ©crosĂ©e (SFN) et le recouvrement pycnidial (RP) ont Ă©tĂ© Ă©valuĂ©s chez seize gĂ©notypes de blĂ© tendre inoculĂ©s avec vingt sept isolats de Septoria tritici. Des effets gĂ©notype, isolat et interaction gĂ©notype x isolat ont Ă©tĂ© observĂ©s pour les quatre paramĂštres, indiquant une interaction diffĂ©rentielle dans le pathosystĂšme Triticum aestivum-Septoria tritici. Les gĂ©notypes rĂ©sistants (Nasma*2/14-2, Vee’s’/Snb’s’, Saada et Tegyey) ont eu de longue PI et PL, et des SFN et RP rĂ©duits. Le gĂ©notype le plus sensible, Nasma, est caractĂ©risĂ© par de courtes PI et PL, des taches nĂ©crotiques larges, coalescentes, et complĂštement recouvertes de pycnides. Un isolat obtenu Ă  partir d’un blĂ© dur s’est rĂ©vĂ©lĂ© avirulent sur les 16 gĂ©notypes de blĂ© tendre.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 95 , p. 29-38

Presentation de la pourriture blanche (sclerotina sclerotiorum) rencontree sur le tournesol au maroc notamment le cycle biologique, relation hote-parasite, moyens de lutte, la selection pour la resistance ainsi que l’exploitation de la resistance d’helianthus resinsus.

1992
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1992), no 75 , p. 129-154

Cette etude, consacree a la mise au point d’une methode de lutte biologique contre les pyrales de la datte comporte deux parties: - sur le terrain: le but du travail residait dans l’introduction et l’acclimatation d’un hymenoptere, braconidae (p. Flavitestacea) afin de controler la population d’un lepidoptere, pyralidae (e. Ceratonaie) causant des degats sur caroubes. - Au laboratoire: il s’agit de determiner la longevite et la fecondite des femelles de p. Flavitestacea dans des conditions determinees, par rapport a un hote de laboratoire: la teigne de la farine (a. Kuhniella). Ces observations renseignent, egalement, sur le comportement de ce parasite vis-a-vis des oeufs des pyrales. Ces essais revelent que le parasite (p. Flavitestacea) presente une longevite non negligeable et un potentiel reproducteur important. Les conditions (temperature et hygrometrie) dans lesquelles, ces essais ont ete conduits plaident en faveur d’une utilisation possible de cet entomophage comme moyen d’intervention biologique contre les pyrales du palmier dattier et des agrumes.

1979
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1978), no 56 , p. 37-69

L’etude des relations hote-parasite a ete abordee dans le cas du parasite oophage ooencyrtus ferr. & Voeg. (Hym. Encytidae) et de ces hotes pentatomidae et scutelleridae; il s’avere que des femelles issues d’oeufs de solenostethium f. (Het.Pentatomidae) presentent, par rapport a celles issues d’oeufs d’aeliacognata fieb (het. Pentatomidae) ou d’a. Germari kust, une taille plus grande, une fecondite plus elevee et un developpement preimaginal plus lent. La nature de l’hote parasite influe egalement sur le potentiel reproducteur du parasite, les femelles d’o. Fecundus deposant davantage d’oeufs sur des pontes d’ognita que sur celles de graphotoma semipunctata fabr. (Het. Scutelleridae) ou d’eurydema ornatum l. (Pentatomidae). En plus d’une action de spoliation, le parasite determine un noircissement du vitellus de l’hote sous l’effet de ses piqures nutricielles.

1980
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1979), no 57 , p. 169-178
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER