Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Ce travail vise à quantifier et à qualifier la croissance et le développement sous serre de cyperus rotundus L. qui est une mauvaise herbe de la plaine irriguée de Triffa (Maroc oriental). L’ensemble des résultats est résumé comme suit: La croissance souterraine est beaucoup plus importante que la croissance aérienne. Après analyse du LWR (Leaf Weight Ratio), TWR (Tuber Weight Ratio) et RRhWR (Root and Rhizome Weight Ratio), il s’est avéré que l’adventice tend au début de son cycle vital à former son système racinaire et son appareil aérien avec un début d’initiation de la tubérisation. Par la suite, la plante a plutôt tendance à favoriser la tubérisation, pour stocker le surplus des hydrates de carbone synthétisé au niveau du feuillage. L’analyse du RGR (Relative Growth Rate), a montré que le maximum de gain journalier de matière sèche est obtenu durant le premier mois après la plantation des tubercules avec 0,12 g/jour.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 112 , p. 57-73

Les relations entre la durée de la phase végétative et celle du remplissage du grain, le rendement et ses composantes ont été étudiées chez 23 génotypes de blé dur semés à trois dates au niveau de la Station Experimentale Agricole de Setif (Algérie). Les résultats indiquent que la durée de la phase végétative est négativement corrélée au rendement, au nombre d’épis/m2, au poids du grain et à la durée de la phase de remplissage du grain. L’analyse des relations directes et indirectes (Path coefficient analysis) révéle que la durée de la phase végétative a un effet direct et négatif sur la durée de la phase de remplissage du grain. Les effets directs de la durée de la phase de remplissage du grain sont positifs sur le nombre de grains/épi et le poids du grain. Ces effets diminuent d’intensité à mesure que le semis est tardif. Le nombre d’épis a des effets directs et négatifs sur le nombre de grains/épi et sur le poids du grain. Le nombre d’épis, le nombre de grains/épi et le poids du grain ont des effets directs et positifs sur le rendement. Sur la base de ces résultats, la sélection pour une durée optimale de la phase végétative pour améliorer le rendement semble un objectif intéressant pour la région des hauts plateaux, pour peu que la précocité n’aboutit à un accroissement de la sensibilité vis à vis des gels tardifs du printemps.

1995
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1995), no 89 , p. 25-38

Une expérimentation a été conduite durant les campagnes 1990/91 et 1991/92 en vue d’étudier les effets du stress hydrique et du niveau de fertilisation azotée sur la capacité d’absorption de l’azote, sur l’utilisation de l’eau et sur le rendement du blé. L’absence d’irrigation durant les phases: épiaison - avant la formation des grains et pendant la maturation a significativement affecté la teneur moyenne en protéines des grains ainsi que la quantité totale en protéines des grains. Les résultats ont aussi montré l’existence de différences significatives entre les différents niveaux d’azote, puisque la production totale en grains, la teneur en protéines, des grains et la capacité d’utilisation de l’eau ont augmenté avec le niveau de fertilisation azoté, de 0 à 140 kh/ha. La capacité d’absorption de l’azote a diminué avec l’augmentation du niveau de fertilisation azotée. Ces résultats montrent que le problème de la chute de rendement du blé, de la quantité de protéines et de la capacité d’utilisation de l’eau peuvent être maŒtrisées par l’utilisation de doses optimales d’azote (100 et 140 kh/ha), et par l’apport d’irrigation d’appoint durant les phases épiaison - avant la formation des grains, lors de la formation des grains, après la formation des grains et pendant la maturation.

1995
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1995), no 89 , p. 49-75

Etude comparative de deux varietes d’olivier (dahbia et picholine marocaine). L’objectif vise est d’identifier la nouvelle variete dahbia en la comparant a la picholine marocaine. Les resultats obtenus montrent une difference assez importante au point de vue morphologie entre les deux varietes, une concordance moyenne entre leur epoque de floraison et une amelioration de la fructification de la picholine marocaine par le pollen de dahbia. Ceci permet de considerer que cette derniere est une variete pollinisatrice de la picholine marocaine.

1990
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1991), no 73 , p. 64-85

Presentation des resultats des essais de traitement au dnoc pour etudier son effet sur la precocite du debourrement et de la floraison des arbres femelles du pistacia.

1990
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1990), no 69 , p. 24-31

Apercu sur la culture de l'amamdier au maroc, ses caracteristiques et ses varietes selon les regions ou elle est cultivee.

1990
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1990), no 69 , p. 74-83

L'intensite de la croissance vegetative de la picholine marocaine, depend de facon antagoniste de celle de la floraison. Une correlation significative a ete demontre entre la longueur des entre-noeuds du rameau d'un an et la pousse vegetative engendree d'une part et le taux de fructification d'autre part.

1990
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1990), no 70 , p. 61-73

La presente etude a ete realise durant la campagne agricole 1970-71 a la station experimentalee de tassaout sur les cultures de ble tendre, feve, betterave, mais-grains, mais-fourrage et coton. Les proprietes physiques du sol de la station ne favorisent pas une penetration en profondeur des racines des cultures etudiees; c’est pour cela qu’elles depassent rarement 40 cm. Ainsi 90 de la masse racinaire se trouve concentree dans la couche 0-20 cm, laissant les couches inferieures mal exploitees. Des observations concernant certaines proprietes physiques du sol, telles que texture, structure, densite, porosite, vitesse d’infiltration et capacite de retention au champ, ont ete effectuees en vue de determiner les doses d’irrigation a apporter aux plantes durant leurs differents stades vegetatifs. Ces doses ont ete calculees a trois niveaux de la capacite au champ et a 70 d’efficacite du systeme d’irrigation.

1979
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1978), no 55 , p. 105-124

Des recoltes successives faites sur les varietes cp 44-101 et nco 310 pendant plusieurs annees dans la vallee du loukkos pres de larache ont donne les indications suivantes: avec des recoltes printanieres, un degre de maturite acceptable pour une canne vierge est obtenu a l’age de 13 mois environ. Si la periode de vegetation se prolonge au-dela de 13 mois, les rendements en cannes et en sucre augmentent jusqu’en hiver. Dans ce cas, la qualite de la cp 44-101 reste bonne en ete, mais celle de la nco 310 risque d’etre moins bonne si les irrigations ne sont pas suspendues pour forcer la maturation. Avec la recolte de la canne de repousse a intrvalle de 12 mois, les plus hauts rendements et la meilleure qualite sont obtenus au printemps (mars a juin). En ete, la qualite de la variete cp 44-101 est moins bonne, celle de la nco 310 mauvaise. Par contre, en octobre, une canne de 12 mois peut avoir de nouveau une qualite permettant le traitement en usine; mais les teneurs en sucre reducteurs sont encore elevees. A partir de decembre, la qualite est bonne, meme s’il a fait humide en automne. La productivite des repousses baisse plus fortement dans le cas de recoltes en ete, automne et hiver que dans celui de recoltes au printemps. D’apres les resultats obtenus avec des recoltes a intervalles de 18 mois, on peut obtenir une canne de bonne qualite pendant toute l’annee, pourvu que la duree de vegetation soit assez longue. Apres 18 mois en automne (apres 2 etes et un hiver), les rendements sont plus eleves qu’au printemps (apres un ete et deux hivers).

1973
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1973), no 46 , p. 59-85

L’etude a montre que les concentrations en zinc et en cuivre ont tendance a diminuer, alors que celles en magnesium et en bore ont tendance a augmenter avec l’age. A l’apparition de nouvelles pousses ou fleurs les oligo-elements baissent dans les feuilles. La pulverisation foliaire d’un oligo-element, dans de bonnes conditions, fait monter le niveau de ce meme element. Les feuilles jeunes assimilent mieux les oligo-elements.

1974
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1974), no 51 , p. 31-53
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER