Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 1 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

La date de réalisation des stades critiques du développement d’une culture ainsi que ses réponses aux conditions de l’environnement sont des informations utiles pour la prise de décisions concernant le management et aussi les modèles de production de cette culture. Cette étude concerne des variétés de blé dur (Triticum durum Desf.), de blé tendre (Triticum aestivum L.), d’orge (Hordum vulgare L.), et de triticale (X-triticosécale). Les données proviennent des essais conduits au champ sur cinq ans sous deux situations hydriques contrastées et des simulations par le modèle Simtag. La caractérisation phénologique a été effectuée sur la base du nombre de jours, et du cumul des températures (degrés x jours). La caractérisation phénologique a montré que l’irrigation a permis un allongement du cycle de développement de l’ensemble des espèces céréalières étudiées, particulièrement pour la phase reproductive. Des différences entre espèces et aussi entre variétés d’une même espèce ont été notées. Les phases semis-levée et montaison-épiaison connaissent les plus fortes fluctuations interannuelles. Cependant, les fluctuations interannuelles de la durée de la phase végétative et de la durée totale du cycle de développement sont faibles. La confrontation des valeurs observées aux valeurs simulées par Simtag a montré que l’irrigation tend à réduire l’écart entre les deux types de valeurs. D’autre part, la prédiction par le modèle est meilleure pour les stades épiaison, floraison et maturité physiologique. Le taux de production de matière sèche entre la levée et la floraison a été nettement supérieur pour le triticale comparé à celui des autres espèces ; ainsi que pour les nouvelles variétés que les anciennes. Le taux de remplissage du grain est plus élevé sous régime ôsecô qu’en régime ôirriguéô. Les nouvelles variétés présentent des taux plus élevés par comparaison aux anciennes. L’efficience de la conversion de la matière sèche en nombre de grains remplis a été améliorée par l’irrigation ; et une variabilité génétique importante existe. L’indice de la surface foliaire (capacité de la source) a été élevé pour les nouvelles variétés et a été nettement amélioré par l’irrigation. La recherche d’un équilibre dans la production de la matière sèche entre les deux périodes, pré et post-anthèse, est une voie importante pour l’amélioration de la production céréalière dans ces régions.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 93 , p. 7-25

La comparaison de deux techniques de production de plantes haploïdes, l’androgenèse in vitro et le croisement intergénérique avec le maïs, a été conduite sur le triticale hexaploïde. Les résultats ont montré qu’en dépit du taux d’albinisme élevé, l’androgenèse in vitro est plus performante comme méthode de production d’haploïdes, avec une moyenne de 3.5 plantes haploïdes par épi mis en culture. La production de plantes haploïdes par croisement avec le maïs reste inférieure à celle par culture d’anthère, bien que la totalité des plantes régénérées soient chlorophyllienne. Le faible taux de fécondation dû probablement à des mécanismes d’incompatibilité fait que le nombre d’embryons sauvés et par conséquent celui de plantes haploïdes ne dépasse pas 0.38 plantes par épis castré. Dans un programme d’amélioration génétique du triticale utilisant l’haplodiloïdisation comme méthode de création variétale, le nombre de plantes haploïdes produites est très important car la quantité de semences F1 est faible et coûteuse. Il est donc recommandé en cas d’application de l’haplométhode d’utiliser la culture d’anthère avec toutefois le transfert rapide des embryons sur des milieux de régénération améliorés.

2005
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2005), no 115 , p. 17-29

Des relevés floristiques ont été réalisés dans 26 champs de blé tendre, 22 champs d’orge et 19 champs de blé dur situés dans les communes rurales de Beni Oukil, Beni Chegdal et Dar Ould Zidouh au nord du périmètre irrigué du Tadla entre 1995-96 et 1997?98. Cette étude a permis d’identifier 135, 136 et 113 espèces adventices respectivement dans le blé tendre, l’orge et le blé dur. Le coquelicot (Papaver rhoeas L.), le chrysanthème à couronnes (Chrysanthemum coronarium L.) et la vesce de Bengale (Vicia benghalensis L.) ont été parmi les adventices dicotylédones annuelles les plus importantes dans chacune des céréales. Le jujubier des lotophages (Ziziphus lotus (L.) Lam.) a été parmi les espèces vivaces les plus importantes. Dans 6 essais de conduite des céréales chez les agriculteurs (trois essais de blé tendre, un essai de blé dur, un essai d’orge et un essai de triticale), l’application de triasulfuron + terbutryne (15 + 150 g/ha) ou tribénuron méthyle (9,375 glha) au stade début tallage des cultures a réduit le poids sec des adventices dicotylédones de 91 à 100 pour cent . Ces traitements ont augmenté les rendements grain du blé tendre de 600 à 2841 kg/ha et les rendements paille de 1100 à 2040 kg/ha par rapport au désherbage au stade montaison avec 2,-D + MCPA (330 + 341 g/ha). Triasulfuron + terbutryne (15 + 150 g/ha) a augmenté les rendements grain du blé dur, de l’orge et du triticale respectivement de 1886, 1564 et 594 kg/ha et les rendements paille de 5493, 6117 et 829 kg/ha par rapport au désherbage au stade montaison avec 2,-D + MCPA (330 + 341 g/ha). Le désherbage chimique précoce des céréales non irriguées en milieu aride et semi-aride est nécessaire pour augmenter les rendements grain et paille.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 109-110 , p. 93-108

La salinité constitue un obstacle majeur à la croissance des végétaux. La culture des céréales se trouve confrontée à ce problème en Syrie. L’utilisation de lignes résistantes à la salinité est devenue impérative. Dans cet objectif, une étude du bilan hydrique, de l’exclusion foliaire de Na+ et de la sélectivité K +/Na+ au stade début montaison (82 de Jonard) chez cinq lignes de triticale avec quatre concentrations de sel (témoin, 7, 14, 21 mm hos/cm) a été réalisée pour comprendre les mécanismes sous-jacents en vue de mettre au point des critères d’amélioration de la résistance à la salinité.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 112 , p. 96-108

Afin de mettre au point des marqueurs biochimiques et moléculaires de grand apport dans l’amélioration des céréales, la variabilité génétique montrée par 7, 12, 1 et 4 variétés de blé tendre, blé dur, triticale et orge, respectivement, est évaluée par analyse électrophorétique du polymorphisme de 6 systèmes enzymatiques correspondant aux peroxydases (POX), estérases (EST), glutamate oxaloacétate transaminase (GOT), leucine aminopeptidase (LAP), phosphatases acides (ACP) et endopeptidase (ENP). Les enzymes sont extraites, dans la plupart des cas, à partir des feuilles, dans le tampon TAMET (pH 7.0) dilué au 1/2. Les zymogrammes obtenus après révélation sur gel de polyacrylamide sont plus ou moins polymorphes (2 à 8 phénotypes électrophorétiques). Aucune variation intravariétale n’a été détectée. Une clé d’identification, basée sur les différents phénotypes d’isoenzymes révélées, a été établie. Elle permet de distinguer 50 des variétés étudiées en utilisant comme matériel végétal de jeunes plants de différentes céréales. A l’exception de ® Karim ¯ variété tunisienne de blé dur, tous les cultivars de la même espèce mais d’origine étrangère sont complètement identifiés; alors que les variétés marocaines tendent à former des groupes. Les orges n’ont en commun avec les autres céréales qu’un seul phénotype (A) de LAP, existant aussi chez le blé dur et le triticale. Les affinités d’association entre différentes variétés sont discutées dans ce travail.

1996
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1996), no 95 , p. 9-19
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER