Vous êtes ici

Distinction des blés durs algériens (Triticum durum Desf. ) par l’utilisation de la méthode de la distance de Mahalanobis

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
Référence: 
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 103 , p. 31-38
Auteurs: 
Dekhili, M. (Institut de Biologie, Laboratoire de Génétique et Statistique, Université Ferhat Abbes de Sétif, 19000, (Algérie)) Aggoun, A. (Institut de Biologie, Laboratoire de Génétique et Statistique, Université Ferhat Abbes de Sétif, 19000, (Algérie))
Année: 
2001
Résumé: 

La distance généralisée de Mahalanobis D2 est utilisée comme critère de distinction entre cinq populations de blé dur décrites par quatre variables quantitatives. L’expérimentation a été menée sur deux années (1993-94 et 1994-95) dans l’exploitation agricole Dehal Nouari située au nord de Sétif (Algérie). Les résultats (de cette analyse) indiquent que parmi les quatre variables étudiées, la longueur du grain et de l’épi constituent les variables les plus importantes ou les plus discriminantes. Les populations Oued-Zenati 368 et Bidi 17, constituent le seul couple non distinct ou similaire. Cette ressemblance s’explique davantage par leur généalogie commune. Les autres populations sont, au contraire, distinctes l’une de l’autre.

Texte intégral: 
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER