Vous ĂŞtes ici

Etude de la microflore de la rhizosphere de la pomme de terre plantee dans differents substrats

Message d'erreur

Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
RĂ©fĂ©rence: 
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1993), no 80 , p. 135-159
Auteurs: 
Achbani, E.H. (INRA, B.P. S14 Meknes (Maroc)) Jouan, B. (INRA, Rennes (France)) Lenormand, M. (ENSA, Rennes (France))
AnnĂ©e: 
1993
RĂ©sumĂ©: 

L’étude de la rhizosphère de la pomme de terre est abordée dans des substrats provenant des deux stations professionelles qui, en france, produisent les semences de base de pomme de terre (fsb de hanvec et fnpppt de beaurains) et les deux mélanges utilisés par la station de pathologie végétale- le rheu. Les populations bactériennes et fongiques ont été analysées de façon quantitative (dénombrement) et qualitative (identification taxonomique). Dans l’ensemble des substrats, le spectre bactérien est plus fortement stimulé par l’effet rhizosphérique, notamment au niveau d’un mélange de la station de pathologie végétale et des substrats de la fnpppt. Le taux de colonisation des bactéries peut atteindre 10 (10) cfu/g de racines. Une exception pourrait être faite au niveau d’un substrat de la fsb o— le taux de colonisation des champignons est de 1,5 fois plus grand que celui des bactéries. En dehors de cette exception, l’effet exercé par les racines sur les champignons est beaucoup moins spectaculaire que celui manifesté par les bactéries. La population fongique est représentée essentiellement par les penicillium spp., les Trichoderma spp. et les Trichotecium spp. Les penicillium spp. semblent les plus stimulé dans les rhizophère de la pomme de terre. La population bactérienne est représentée par les groupes de bacillus spp. notamment B. mycoïdes, enterocacter cloacae et agglomerans puis enfin les pseudomonas spp. dont le groupe des Pseudomonas fluorescents. Les pseudomonas fluorescents sont vraissemblablement les microorganismes est les plus stimulés dans la rhizosphère. Leur densité peut atteindre 2,2 10(6) cfu/g de racines. Ils sont classés au sein des espèces marginalis (espèce pectinolytique), putida et fluorescens qui constitue le taxon principal.

Texte intĂ©gral: 
RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER