Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

La mandarine commune n’est connue que du bassin mediterraneen ou elle est la variete commerciale de mandarine la plus cultivee dans tous les pays sans exception. Elle est apparue en culture entre 1810 et 1820 et a servi a m.Tenore pour la description de citrus deliciosa, mais qui doit ceder la priorite a c.Reticulata blanco. On lui connait une trentaine de synonymes, dont ô willow leaf ô dans les pays de langue anglaise. D’un parfum incomparable, sa culture est toutefois en regression, la presence de nombreux pepins ayant la defaveur des consommateurs. La mandarine commune est excessivement sensible a la xyloporose et presente de tres nombreux cas de psorose 9 (psorose ecailleuse et psorose alveolaire). Son comportement envers la gommose a phytophthora semble bon. Une description etendue de l’arbre, de la feuille, de la fleur et du fruit est donnee; les caracteristiques principales de cette variete sont: la forme etroitement lanceolee de la feuille, son odeur tres specifique lorsqu’on la froisse, le nombre reduit d’etamines, le tres fort degre de polyembryonie des pepins, la couleur vert pistache des cotyledons.

1962
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1962), no 5 , p. 29-51

L’auteur expose les resultats de l’experimentation effectuee au maroc jusqu’en 1955, cette experimentation fut mise en place a rabat, et consistait principalement en des essais de dates et densites de semis: la densite retenue fut de 20cm entre les lignes et 5cm entre les plants, tandis que les semis de la premiere decade du mois d’avril donnent les meilleurs resultats au point de vue du rendement. A partir de 1955, l’experimentation est faite dans le tadla. Dans les essais varietaux, c’est leôtealô ou ôderoua rougeô qui donne les meilleurs resultats. Aucune conclusion exploitable n’a pu encore etre degagee des essais de fumure minerale realises tant par la methode classique que par la methode des variantes systematiques. Les conclusions tirees des resultats des essais d’irrigations permettent de preconiser, pour le tadla, une dose d’eau d’environ 7000m3/ha repartie de la facon suivante: irrigations tous les 15 jours en mai et juin, puis tous les 10 jours en juillet, aout et septembre, soit environ, selon la pluviometrie de printemps, 10 a 12 irrigations de 650m3/ha. En ce qui concerne les epoques de semis, ce sont les semis effectues de la fin mars a la mi-avril (15 avril au plus tard) qui donnent les meilleurs rendement en fibres. L’auteur termine son expose en donnant un apercu des methodes employees en grande culture sur le domaine de la deroua.

1962
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1962), no 5 , p. 67-97

Le tabac doit etre protege des la germination des graines contre les organismes parasitaires et les affections non parasitaires. L’auteur differencie les maladies des semis sur couche et celles du plein champ. Il decrit successivement les maladies causees par des champignons, bacteries ou virus, les maladies de carence ainsi que celles occasionnees par des causes diverses. Il examine plus particulierement le mildiou, dont l’argent causal est un peronospora typique: peronospora tabacina adam. L’auteur retrace l’historique de la propagation du parasite a travers l’europe et l’afrique du nord, et donne ensuite sa description, son cycle evolutif et les methodes de lutte sur semis et au champ. Il termine son expose en citant les varietes resistantes et les plantes hotes hebergeant le parasite.

1962
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1962), no 5 , p. 139-152

L’auteur signale une nouvelle acariose des agrumes au maroc, causee par hemitarsonemus latus banks (acarina, tarsonemidae). L’espece est tres repandue dans les regions tropicales du monde entier. Son importance economique a fortement augmente a la suite des applications de traitements chimiques par utilisation de certains produits organiques de synthese. Au maroc, les pullulations de cet acarien restent limitees, pour le moment, a la zone atlantique littorale. Les degats sur feuiles et sur fruits sont decrits en detail. Une description sommaire des differents stades de l’acarien permet l’identification de l’espece. Une interpretation du curieux comportement des males termine cette coute.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 6 , p. 17-29

La variete d’orange salustiana est la plus recente obtention du bassin mediterranien; elle provient, par mutation, de l’orange commun d’espagne. Elle est multipliee dans ce pays depuis 1950, ainsi qu’en afrique du nord. C’est une orange a chair non sanguine, pratiquement sans pepin, tres riche en jus, a haute productivite. Son interet majeur reside dans son extreme precocite qui permet de la cueillir avant les varietes navel. Les caracteristiques de l’arbre, sa vegetation, son feuillage, sa florison sont assez semblables a celle des autres varietes ddu meme groupe, telle cadenera. L’auteur donne une description des caracteres pomologiques du fruit. La partie technologique comporte des analyses d’orange salustiana en provenance d’algerie et du maroc. L’etude au maroc de la variation des caracteres chimiques au cours de la maturation permet d’etablir, outre la reelle precocite de cette variete, sa faible acidite a maturite et son retard au developpement de la coloration de l’ecorce. Une etude comparative avec le processus de maturation des oranges washington navel et cadenera demontre une nette precocite de la variete salustiana par rapport a cadenera mais un peu de difference avec washington navel.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 6 , p. 73-93

L’auteur a etudie, par les methodes chimiques, les teneurs en uranium et la repartition de cet element dans les phosphates naturels de khouribga. Ces analyses ont ete effectuees sur des echantillons de phosphate preleves dans diverses couches, selon une verticale traversant le gisement. On a pu ainsi remarquer que les teneurs en uranium varient independamment de l’age de la couche, bien que la plus ancienne soit aussi la plus riche. Les eaux de ruissellement, quant a elles, ont peu d’influence sur la teneur en uranium des phosphates soumis a leur action. Celle-ci reste pratiquement identique a celle des phosphates de meme origine qui en ont ete preserves. L’orsqu’on transforme le phosphate en superphosphate, on constate que l’uranium et les oligo-elements du produit brut se retrouvent presque integralement dans le superphosphate; par contre, le procede de fabrication du phosphate bicalcique elimine environ 50 d’uranium et 80 de chrome. Un dosage, effectue parallelement dans tous les echantillons, montre qu’il n’existe pas de raports ponderaux entre l’uranium et les autres elements principaux ou oligo-elements du phosphate. Enfin, dans l’ensemble, les resultats des dosages chimiques de l’uranium presentent, comparativement, de fortes differences avec ceux obtenus par des mesures de radio-activite effectuees sur le terrain.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 6 , p. 101-116

L'auteur montre que l'effet des engrais sur les rendements des cultures depend de la fertilite naturelle des sols. Il existe une relation mathematique, traduite par une fonction de regression, entre le niveau de fertilite du sol et l'accroissement eventuel des rendements consecutif a l'apport des engrais. Au dela d'une certaine valeur-limite de la fertilite naturelle leur effet devient depressif. Le degre de fertilite naturelle des sols etant connu, l'etude de l'equation de regression permet de prevoir les modalites d'effet des engrais, d'estimer les rendements probables des parcelles traitees et de fixer les conditions economiques de leur utilisation pour chaque niveau de fertilite. La technique d'experimentation doit etre modifiee, en utilisant l'heterogeneite des sols comme facteur de base.

1961
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1961), no 1 , p. 11-43

Cacoecia pronubana huebner est un lepidoptere tortricide tres repandu dans tout le bassin de la mediterranee et en europe. Au maroc, son aire de diffusion couvre, en l’etat actuel de nos connaissances, la partie nord-occidentale du pays. C’est une espece tres polyphage, dont les attaques sur agrumes sont devenues assez sensibles dans la region du gharb a partir de 1953. Elle occasionne des degats parfois considerables qui se resument par une reduction de la recolte et une deterioration de l’aspect des fruits; ceci se traduit par des ecarts dans les stations d’emballage, ecarts qui ne peuvent etre exportes et sont vendus a un prix tres bas.

1962
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1962), no 3 , p. 79-86

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER