Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 2 dans tb_megamenu_insert_tb_item() (ligne 343 dans /home/inra/sites/all/modules/tb_megamenu/tb_megamenu.functions.inc).
  • Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Chrysomphalus dictyospermi, espece nuisible aux agrumes au maroc, a ete etudiee comparativement dans deux regions: le gharb et marrakech, en prevision de l’utilisation pratique eventuelle de deux parasites aphelinides ectophages importes: aphytis lingnanensis et a. Melinus. Actuellement, dans le gharb, l’espece locale. Chrysomphali offre peu d’interet, ses populations varient fortement en cours de saison. Dans la region de marrakech, une autre espece locale habrolepis fanari, encyrtide endophage, bien que plus importante numeriquement qu’a. Chrysomphali n’a qu’un interet tres limite, son action pratique se trouvant contrecarree en fin d’annee par la multiplication du parasite secondaire marietta habrolepidis, present chaque annee dans les populations de pou rouge, concuremment avec un autre, azotus chrysomphali.

1967
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1967), no 24 , p. 95-111

De la qualite du travail de la pepiniere depend la reussite economique du verger d’agrumes. Les methodes de travail et les mesures de protection adoptees en californie, du traitement des semences jusqu’a la preparation des jeunes arbres pour l’expedition, sont decrites a titre d’information pour les pepinieristes marocains.

1967
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1967), no 25 , p. 45-51

L’influence de luzerne sur l’assimilation du phosphore par les clementiniers a pu etre mise en evidence en comparant les taux de phosphore dans les clementiniers plantes en presence de luzerne et dans ceux qui etaient plantes sur sol sarcle. De plus, l’experience a ete realisee sur trois types de sols differents: sable, dess, tirs. Pour augmenter le phenomene etudie, on a applique dans la moitie des cas du super phosphate et, pour confirmer les observations, on a applique du phosphore radioactif dans la partie du sol reservee a la plante de couverture. On a pu ainsi conclure que la luzerne augmente l’assimilabilite du phosphore par les clementiniers, mais qu’il faut maintenir dans le sol une teneur suffisante en phosphore.

1968
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1968), no 27 , p. 51-63

Au cours d’une prospection des plantations d’agrumes d’iran, un certain nombre d’especes et de varietes ont ete recueillies: les fruits en ont ete etudies et ont fourni des graines qui ont permis de les multiplier au maroc pour etude. Les especes et varietes recueillies et brievement decrites sont: les mandarines, bigarades, oranges, pamplemousses, limettes, limes-mandarines, limes vraies, citrons et les cedrats.

1965
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1965), no 15 , p. 91-109

L’auteur passe en revue les modalites d’echantillonnage des feuilles d’agrumes en vue de l’analyse foliaire, et montre l’avantage de la methode preconisee par chapman. Il donne ensuite les resultats des analyses foliaires obtenus au maroc. Ces resultats mettent en evidence un exces de calcium dans les feuilles par rapport, d’une part aux autres elements; cet exces serait du, d’une part aux sols calcaires, d’autres part a l’eau d’irrigation qui apporte une quantite importante de cet element. Le role du calcium dans l’absorption et l’assimilation des autres elements est egalement etudie. Enfin l’auteur recommande l’emploi des engrais acidifiants pour les vergers marocains en vue d’ameliorer le ph alcalin.

1965
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1965), no 16 , p. 123-147

Cinq types d’oranges shamouti sont etudies, quatre d’entre eux ayant ete cultives au meme endroit, dans des conditions identiques de pollinisation croisee libre. L’orange shamouti moghrabi est une variete tres distincte du fait de son manque presque total d’acidite: elle se rattache au groupe des oranges douceatres. Les oranges shamouti iaffaoui et shamouti beladi du liban ont des nombres moyens de pepins par fruit significativement differents, ce qui corrobore l’opinion habituellement soutenue dans ce pays selon laquelle il s’agit de deux varietes distinctes. La forme de ces pepins est differente entre les deux varietes. Les oranges se rencontrant sous le nom de jaffa au maroc et au portugal sont differentes entre elles: l’orange jaffa du maroc est tres nettement asperme et presente des pepins voisins de ceux de l’orange shamouti beladi du liban, tandis que l’orange jaffa du portugal est plus frequemment spermee et a des pepins ressemblant a ceux de l’oragne shamouti iaffaoui. Quelques caracteristiques chimiques de quatre de ces varietes sont donnees.

1965
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1965), no 17 , p. 1-10

L’apparition dans le gharb de aonidiella aurantii et sa rapide extension, entre 1942 et 1945, representaient un danger reel pour l’ensemble de l’agrumiculture marocaine. Des 1949, vu la violance des attaques, on commenca a effectuer des essais de traitements a base d’esters phosphoriques pulverises. Mais cette methodes s’etant revelee tres vite inefficace, on opta plutot pour la fumigation et des lors on entreprit l’etude de tous les travaux deja publies (voglum, bellio, petters, etc.) Pour essayer d’etablir une formule simplifiee de la fumigation, de definir le dosage d’une table de fumigation et de rechercher une methode de comparaison des tables.

1966
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1966), no 19 , p. 69-138

L'auteur fait l'historique de la diffusion et de la connaissance de la maladie de la tristeza. Dans le Bassin méditerranéen, seul pour le moment, le cas de I'Espagne est préoccupant. Au Maroc, 8 plants d'agrumes introduits de l'étranger depuis 13 à 16 ans se sont révélés être porteurs du virus de la tristeza, faute d'insecte vecteur efficace la maladie ne semble pas avoir été diffusée. L'auteur énumère les dispositions à prendre pour se prémunir de nouvelles introductions et pour éventuellement faire face à la maladie.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 53-77

Le « mal secco » est une trachéomycose des agrumes spécifique du Bassin méditerranéen, où elle progresse lentement d'est en ouest ; elle affecte également le littoral géorgien de la mer Noire. Après sa découverte en Algérie et en Tunisie, seuls I' Espagne, le Portugal et le Maroc paraissent actuellement indemnes de cette maladie. Ses symptômes ne sont pas absolument spécifiques et consistent notamment dans le dessèchement des feuilles des jeunes rameaux, suivi ou non de chute. Ce dessèchement gagne les branches et le tronc, avec une vitesse et selon une importance dépendant de nombreux facteurs : emplacement du point d'infection, souche du champignon, nature de I' hôte, etc. Le «mal secco » est provoqué par Deuterophoma tracheiphila PETRI et détruit rapidement toutes les espèces de citrus si celles-ci sont infectées par le pied, mais se développe plus ou moins lentement si la contamination se produit sur des parties aériennes de I'arbre : dans ces conditions, I'oranger (Citrus sinensis OSB.), le mandarinier (C. reticulata BLANCO) sont tolérants, le cédratier (C. medica L.), le citronnier en général (C. Iimon BURMANN) et la lime vraie (c. aurantifolia Sw.) très sensibles. En tant que porte-greffe, le Poncirus trifoliata et le bigaradier (C. aurantium L.) sont sensibles, la limette de Palestine et le Rough lemon le sont davantage. on connaît des porte-greffe, comme Citrus volkameriana PASQUALE, et la mandarine Cléopâtre, très tolérants à la maladie, ainsi que quelques variétés de citrons (Santa Teresa, clone de Femminello en Sicile ; Lamas en Turquie). L'infection a lieu en automne, hiver et printemps, principalement en janvier. Le développement du mycélium et la production de pycnides ont leur optimum entré 12 et 20°C environ. Au-dessus de 30°C, la progression du champignon s'arrête. Le champignon produit diverses toxines et une de ses lignées induit dans les vaisseaux du bois une coloration habituellement jaune orangé à rouge, parfois noirâtre ; cette coloration peut être développée artificiellement et servir au diagnostic précoce de l'affection. Les probabilités de contamination sont d'autant plus faibles que I'arbre est en meilleur état végétatif : aussi toute cause d'affaiblissement (froid, vent, grêle, forçage, dommages aux racines) prédispose à la contamination, bien que n'étant pas indispensable. Les moyens préventifs de lutte consistent dans I' utilisation de porte-greffe et de greffons de variétés tolérantes et dans le report à l'été des façons culturales (labours profonds, apports d'engrais) qui, effectuées en hiver, sont une importante cause d'infection. Les moyens curatifs ne sont tous que des palliatifs : ils vont de I' arrachage des arbres à la simple amputation des parties se desséchant et de celles situées immédiatement au-dessus ; I' incinération des écorces couvertes de pycnides, des rameaux et feuilles tombées, ainsi que des pulvérisations de bouillie bordelaise ou d'autres fongicides sur la partie aérienne et le sol sont également conseillées. Toutes les parties de l'arbre, y compris les racines, doivent être maintenues dans le meilleur état possible.

1963
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1963), no 9 , p. 89-125

L'auteur fait le point des connaissances actuellement acquises au sujet de troubles des citrus appelés suivant les auteurs "xyloporose", "cachexie" ou "fovea". De nombreuses expériences tendent à démontrer que ces affections sont causées par le même virus. Les différences dans le degré d'expression des symptômes de cette maladie ne sont que le résultat de différences dans la réaction variétale. Des cas de "xyloporose-cachexie" ont été observés en 1959 sur mandarinier Commun et limette de Palestine utilisée comme porte-grefte de I'orange Shamouti ; depuis, une enquête a permis de constater que le Clémentinier est également très sensible à cette affection et que les arbres malades ne sont pas rares. Il est recommandé d'apporter le plus grand soin dans le choix des pieds-mères destinés à la fourniture des greffons.

1964
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (1964), no 10 , p. 33-53

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER