Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Les souches bactériennes d’Agrobacterium, agent du crown-gall, issues de tumeurs de rosacées fruitières et du rosier ont été isolées, en comparaison avec des milieux spécifiques des biovars 1 et 2 classiques et du milieu Malonate/Glutamate additionné de téllurite. Les résultats obtenus s’avèrent intéressants pour ces milieux. Mieux encore, la préparation du MG+tellurite est plus facile et les colonies d’Agrobacterium sont reconnaissables à leurs caractères morphologiques de couleur noir. Il permet aussi l’isolement des Agrobacterium des deux biovars. L’identification biochimique des Agrobacterium nécessite habituellement plusieurs tests. Le présent travail vise à simplifier le nombre des tests sans modifier la nomenclature de cet agent bactérien. Il a été réalisé dans le cadre du projet INCO-CG financé par l’union Européenne. Ce travail a été conduit sur une collection de 305 souches d’Agrobacterium isolées de différentes rosacées fruitières et rosier au Maroc en utilisant 3 tests (au lieu de 10) à savoir l’ Uréase et aesculine, pour identifier les Agrobacterium, et le 3-Cétolactose pour distinguer les biovars 1 et 2. Les résultats confirment ceux de Mougel et al. (17) et Nesme (18) du Laboratoire d’écologie microbienne de l’Université Claude Bernard de Lyon.

2001
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 103 , p. 83-90

L’élevage de Aphis gossypii Glov. sur cotonnier à différentes températures a montré que celle-ci ont une grande influence sur le développement, la fécondité et la longévité de ce ravageur. Entre 10 et 30?C la vitesse de développement est inversement proportionnelle à l’augmentation de la température. Le seuil thermique de développement calculé de A.gossypii est voisin de 3?C. Dans l’intervalle des températures testées, la fécondité moyenne totale est plus élevée entre 15 et 26?C qu’aux températures supérieures. Dans les conditions du Tadla, A. gossypii présente plus de 15 générations. Certains points relatifs à la dynamique des populations de ce ravageur ont été expliqués.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 106 , p. 75-84

Trente et une souches d’Agrobacterium sp., dont 13 du biovar 1 et 22 du biovar 2, ont été testées in vitro pour leur sensibilité à la bacteriocine produite par la souche non pathogène du biovar 2, l’Agrobacterium radiobacter var. radiobacter, souche 84 de Kerr: Le test de sensibilité est réalisé à 3 températures: 20?C, 26?C et 30?C, et 3 temps: 24 heures, 48 heures et 72 heures d’incubation de la souche K84. Les souches du biovar 1 (90 pour cent) se sont montrées plus sensibles que celles du biovar 2 (45 pour cent) à la K84. Le plus grand nombre de souches sensibles est obtenu à 26?C après 48 heures ou 72 heures d’incubation de la souches 84 de Kerr. Les conclusions sur 24 heures ne sont pas fiables. Le résultat est très important à prendre en considération pour décider de la lutte biologique en plein champ.

2001
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 103 , p. 91-101

Le secteur des agrumes constitue une composante de l’économie mondiale la plus importante tant en valeur qu’en volume. Il occupe la première place des productions fruitières à raison de tonnes. Ces dernières années et suite à la libéralisation des échanges commerciaux, la qualité des fruits frais de table des agrumes est devenue la principale préoccupation des agrumiculteurs en raison qu’elle représente le facteur déterminant de la valeur commerciale de la production au niveau des marchés d’exportations. Par conséquent, ces dispositions peuvent perturber la commercialisation des agrumes et en particulier le groupe des petits fruits. La qualité des fruits est définie par de nombreux critères qui diffèrent d’un pays à un autre. Parmi les différentes méthodes d’amélioration génétique des agrumes, la création des variétés triploïdes (2n=3x=27) représente une voie extrêmement prometteuse. En effet, les variétés triploides sont, en général, stériles, elles présentent une plus grande vigueur et une taille de fruit supérieure aux variétés diploides. Plusieurs voies exploratoires sont développées actuellement à l’échelle mondiale pour obtenir des hybrides triploides :- des croisements entre des variétés tétraploides et diploïdes, - la culture in vitro des tissus d’albumen triploides, -la fusion de protoplastes entre cellules haploides et diploides et - la sélection des triploides dans les descendances de croisements entre parents diploides par production de 2n gamètes. C’est cette dernière voie que L’Institut National de la Recherche Agronomique (Programme agrumes El Menzeh ) a appliqué pour la première fois pour la création de nouvelles variétés triploides de mandariniers aspermes et ce depuis l’année 1996. En effet, 70 hybrides triploides (identifiés par cytométrie en flux au CIRAD FLHOR France) ont été obtenus par des croisements entre parents diploïdes (mandariniers et clémentinier). Ces triploïdes sont en cours d’évaluation pour d’autres caractères qualitatifs et quantitatifs que nous proposons d’exploiter dans le cadre de ce projet.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 106 , p. 85-96

L’identification de l’Agrobacterium peut se faire soit par les méthodes classiques à savoir les caractères biochimiques, sérologiques et le test du pouvoir pathogène sur plantes indicatrices. L’utilisation de la chromatographie en phase gazeuse est une méthode récente qui date des années 1990. Elle a été utilisée au Maroc pour la caractérisation des Agrobacterium isolés à partir des sols, tumeurs et plantes de pépinières sans symptômes. Une collection a donc été réalisée en utilisant des milieux spécifiques englobant 35 souches de la collection du laboratoire de phytobactériologie, 7 souches de référence isolées d’Allemagne, France et Grèce, 19 souches récentes isolées de tumeurs de pommier et pêcher, et 23 souches isolées de plants de pépinières sans symptômes à partir du pommier, pêcher, prunier, abricotier, amandier et rosier, et à partir des sols d’amandier et abricotier. Le chromatographe, acquis dans le cadre de la GTZ, est programmé et étalonné pour identifier les Agrobacterium suivant des profils étalons du biovar 1, 2 et 3. La méthode permet d’identifier 82 échantillons à la fois en une nuit. Elle a permis d’identifier les Agrobacterium de collection de référence et ceux isolés à partir des plants sans symptômes. C’est une technique fiable et répétitive. Cependant, elle ne permet pas de distinguer les Agrobacterium pathogènes de ceux non pathogènes. Le passage par les inoculations de plantes indicatrices est obligatoire. Cette technique est très valable dans un programme d’amélioration variétale pour le dépistage des Agrobacterium. D’autres techniques d’accompagnement tel que le dépistage par les techniques de biologie moléculaire à savoir l’identification des pTi des Agrobacterium pourrait être complémentaire. Ce travail retrace l’itinéraire technique et la méthodologie à suivre pour l’identification des Agrobacterium.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 101 , p. 67-89

La non maitrise technique de la gestion des irrigations de la pomme de terre représente l’un des facteurs limitant pour sa productivité dans le Souss-Massa. Le pilotage des irrigations est basé au niveau des exploitations sur des méthodes traditionnelles telles que le tour d’eau et l’aspect de la plante, qui ne répondent pas aux besoins réels de la plante. Les objectifs de cette étude sont: 1) l’étude de l’effet de ô deux méthodes de pilotage des irrigations (BAC A et le lysimétre) sur le rendement de la pomme de terre. 2) la détermination des doses d’irrigation adéquates pour la pomme de terre dans le Massa. Le pilotage des irrigations quotidiennes de la pomme de terre (Solanum tuberosum) par la cuve lysimétrique adaptée et par le Bacô A ôa donné des rendements élevés (45t et 43t/ha) et des tubercules de bonne qualité. Les quantités d’eau apportées par le Bac avec les coefficients culturaux pris comme référence correspondent à 80 pour cent de celles fournies par le lysimétre. Le pilotage par le Bac nécessite un réajustement du coefficient culturel (Kc) au stade 53 correspondant au grossissement des tubercules. La production de la pomme de terre de bonne qualité, sur le sol sableux de Massa, sous goutte à goutte, nécessite des régimes d’irrigation équivalents à 80 pour cent et 100 pour cent de l’évapotranspiration maximale (ETM ). ME SOLANUM TUBEROSUM; IRRIGATION; METHODE D’IRRIGATION; IYSIMETRE; MAROC

2001
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 104 , p. 23-31

L’objectif principal de cette étude est la contribution à l’adoption des techniques de lutte dirigée en matière de protection contre les principaux ravageurs en verger d’agrumes. Pour cela, nous avons réalisé une étude comparative entre deux manières de gérer le verger d’agrumes contre les déprédateurs : tout d’abord, d’une manière classique basée sur des calendriers préétablis de traitements chimiques, et parallèlement de façon raisonnée, en nous basant sur la biologie et sur le suivi de la dynamique des populations des ravageurs et de leurs ennemis naturels. Cette deuxième méthode préconise, l’observation régulière du verger, l’utilisation du piégeage, l’adoption des seuils d’intervention et une application raisonnée de pesticides appropriés. Les résultats obtenus ont montré que la lutte dirigée est une étape fondamentale et incontournable à toute adoption ultérieure de la lutte intégrée. En effet, cette méthode a permis de réaliser des réductions substantielles aussi bien en matière de traitements (nombre et quantité de bouillie pulvérisée) qu’en matière de dépenses phytosanitaires, sans oublier les conséquences positives sur la faune auxiliaire et sur l’agro-système d’une manière générale. Ainsi, seuls 10 traitements (dont 3 seulement sont généralisés) ont été suffisants pour maŒtriser les ravageurs tout au long de la campagne agricole, contre 18 pour la parcelle témoin (dont 15 généralisés) ; ce qui a engendré une réduction de plus de 72 pour cent en produits chimiques et 62,5 pour cent des dépenses phytosanitaires, sans affecter ni la qualité ni la quantité des fruits produits.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 107 , p. 11-28

Ce travail de synthèse a permis de recenser 25 essais de désherbage de l’orge non irriguée réalisés au Maroc entre 1975 et 2000 : 19 essais dans la province de Settat, 5 dans la province d’El Kelaa des Sraghna et un essai dans la province de Safi. Les objectifs de tous ces essais étaient d’évaluer les herbicides pour leur sélectivité à l’égard de l’orge et pour leur efficacité sur les adventices dicotylédones. Les pertes de rendement grain dues aux adventices ont varié entre 0 et 70 pour cent. Les gains de rendement grain dus au désherbage chimique ont dépassé 100 pour cent dans trois essais. Dans 76 pour cent des essais, les gains en rendement grain ont dépassé 100 kg/ha. Ces niveaux de gains permettent de couvrir les frais d’un traitement herbicide antidicotylédones. La formation des agriculteurs dans les domaines du choix des herbicides et de leur application correcte permettra de généraliser le désherbage chimique de l’orge au Maroc. Même si le désherbage chimique n’augmente pas le rendement, il améliore la qualité du produit récolté.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 101 , p. 91-100

A fin de connaŒtre l’importance de la gommose à Phytophthora des agrumes, des prospections ont été effectuées dans trois régions agrumicoles : Gharb, Berkane et Tadla. Les résultats obtenus montrent que cette maladie pose toujours un problème au niveau des vergers. En effet, l’incidence de la maladie au niveau de la région de Tadla varie de 3 à 22 pour cent avec une moyenne de 9 pour cent. L’incidence moyenne au niveau des vergers prospectés dans la région de Berkane est de 13 pour cent variant de 4 à 23 pour cent. Dans la région du Gharb, la maladie est plus importante. L’incidence varie de 3 à 28 pour cent avec une moyenne de 18 pour cent. Des attaques sur les porte-greffes existent dans les trois régions. Par ailleurs, la densité d’inoculum de Phytophthora spp. au niveau des sols des vergers prospectés dans les trois régions est élevée et varie de 11 propagules par gramme de sol sec à 72 au niveau de la région de Berkane, de 12 à 68 propagules par grammes de sol sec dans la région de Tadla et de 13 à 89 propagules par gramme de sol sec dans la région du Gharb.

2001
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2001), no 104 , p. 39-48

Des prospections floristiques ont été réalisées dans 25 champs de petit pois non irrigué dans la province de Settat entre 1993-94 et 1995-96. L’étude a révélé la présence de 167 espèces adventices. Le nombre de dicotylédones a été 145 espèces (soit 87 pour cent de l’effectif total). Le nombre d’annuelles a été 140 espèces (soit 84 pour cent). Trois groupes d’adventices ont été identifiées: les orobanches, les dicotylédones non parasites, et les monocotylédones. L’orobanche chevelue (Orobanche crenata) a été rencontrée dans 68 pour cent des champs prospectés. En se basant sur le recouvrement et la fréquence de chaque espèce, les trois dicotylédones annuelles les plus importantes ont été le coquelicot (Papaver rhoeas), le chrysanthème el couronnes (Chrysanthemum coronarium) et la vaccaire d’Espagne (Vaccaria hispanica). Les deux dicotylédones vivaces les plus importantes ont été la silène enflée (Silene vulgaris) et le liseron fausse-guimauve (Convolvulus althaeoides). Les deux poaceae annuelles les plus importantes ont été la scléropoa raide (Desmazeria rigida) et l’ivraie raide (Lolium rigidum). La Poaceae vivace la plus importante a été le chiendent pied-de-poule (Cynodon dactylon). Toute stratégie de désherbage du petit pois non irrigué dans la province de Settat doit tenir compte essentiellement de a) l’orobanche chevelue, b) des dicotylédones annuelles non parasites telles que le coquelicot, le chrysanthème el couronnes et la vaccaire d’Espagne, c) des Poaceae annuelles telles que la scléropoa raide et l’ivraie raide, et d) des vivaces comme le chiendent pied-de-poule, le liseron fausse-guimauve et la silène enflée.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 107 , p. 29-37

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER