Vous ĂŞtes ici

Message d'erreur

Notice : Undefined index: localized_options dans menu_navigation_links() (ligne 1872 dans /home/inra/includes/menu.inc).

Le carbofuran est utilisé au Maroc principalement contre les nématodes des racines associées sur la culture de la betterave à sucre. Une étude a été conduite pour examiner la distribution, la dissipation et la lixiviation du carbofuran-14C en utilisant les colonnes de sol sur une période de 168 jours. Le résultat montre un mouvement descendant faible du carbofuran; la plupart de la radioactivité (plus de 82 pour cent) est limitée à la couche 10 cm de la colonne dont la majorité est sous forme de résidus lies. A la fin de l’expérience, seulement 8.5 pour cent de la dose appliquée était sous forme extractiblem alors que la plupart de la radioactivité (38.8 pour cent de la dose initiale) était sous forme liée avec 24.94 pour cent de la dose initiale concentrée dans la couche 0-10 cm. La distribution finale après 168 jours était: 26.5 pour cent dans la zone 0-10 cm, 13.9 pour cent dans la couche 10-20 cm, et seulement 6.8 pour cent dans la couche 20-30 cm alors que seulement 3.9 pour cent a été lixiviée de la colonne. Le temps de disparition de 50 pour cent de radiocarbone a été estimé approximativement à 148 jours.

2004
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2004), no 111 , p. 69-85

La mycorhization de jeunes plantules de ligneux peut leur procurer un avantage lors de leur transplantation et pendant les premières années de croissance. Dans cette expérience en serre, nous avons étudié l’effet de l’inoculation par une souche de Glomus intraradices sur des plantules d’arganier appartenant à 6 clones différents et multipliées par bouturage. Pour chaque clone les plants sont séparés en 2 lots, l’un mycorhizé, l’autre non mycorhizé. Les plantes se sont développées en pot dans un substrat minéral saturé par une solution nutritive et ont été irriguées régulièrement par de l’eau déminéralisée. Quel que soit le clone, les résultats montrent que l’inoculation a un effet positif sur la croissance, mais l’intensité de la réponse est différente selon le clone. Elle se manifeste dès 4 semaines pour le clone 1.10, après 7 semaines pour les clones 1.1 et 3.3 et après 12 semaines pour les clones 3.4, 3.9 et 3.10. Outre l’effet sur la longueur totale des axes aériens, on a mis en évidence un effet sur la matière sèche formée. Calculé à partir des poids secs récoltés, l’indice de dépendance mycorhizienne relative (lDMR, qui exprime la dépendance d’une plante à la mycorhization), est le plus élevé pour le clone 1.1 avec 61 pour cent alors qu’il est de 51 pour cent pour le clone 1.10 et 30 pour cent en moyenne pour les autres clones. Ces différences semblent liées à une interaction entre la souche de champignon endomycorhizien utilisée et le clone d’arganier. Des travaux se poursuivent aussi bien sur la multiplication végétative que sur la recherche de souches efficaces et adaptées aux conditions pédoclimatiques du Sud-Ouest marocain.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 105 , p. 9-22

Un approfondissement de la caractérisation des principales variétés de dattes marocaines a été entrepris, en étudiant notamment de nouveaux critères de qualité comme le volume, la densité spécifique et la nature fibreuse de la partie de la pulpe entourant le noyau (ô ragô), et en réalisant une classification poussée selon les performances physiques et morphologiques des dattes. Les résultats ont montré une très forte hétérogénéité variétale, permettant de classifier les vingt variétés étudiées dans des groupes de performances différents. La variété Mejhoul s’est avérée la plus performante selon les critères pondéraux et de dimensions, suivie des variétés Boufeggous et Bourhare. Ces trois variétés produisent des fruits dont les dimensions, le poids et l’importance de la pulpe sont intéressants dans le contexte de l’industrie des dattes. La couleur qui domine chez les variétés est le marron. Cet important critère de qualité est valorisant pour la commercialisation des dattes. Il ressort également que 66,5 pour cent des variétés donnent des dattes avec un ôragô riche en fibres. Lorsque celles-ci sont en plus demi-sèches ou sèches, comme c’est le cas des variétés Bouskri, ]ihel et Bourhare, elles peuvent posséder la qualité technologique de la production de farine de dattes. Par contre, une faible teneur en fibres, liée généralement à une haute qualité commerciale (dattes fines), est rencontrée notamment chez les variétés Mejhoul et Boufeggous.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 107 , p. 59-76

Malgré l’extension de la micro-irrigation dans la région de Massa, la culture de la pomme de terre demeure conduite sous l’aspersion. Actuellement, les informations et les études de recherches sur sa conduite et sa rentabilité économique sous goutte à goutte, sont rares ou inexistantes. Les objectifs de cette étude sont: la comparaison de l’effet des systèmes d’irrigation goutte à goutte et aspersion sur le rendement et l’évaluation de l’efficience et de la rentabilité du goutte à goutte sur la pomme de terre. Les résultats obtenus montrent que sous une bonne gestion des irrigations de la pomme de terre, le goutte à goutte et l’aspersion réalisent de bons résultats téchnico-économiques (rendements élevés, tubercules de bonne qualité), relativement identiques, avec des régimes d’irrigation respectives de 90 pour cent ETM et 100 pour cent ETM. Ces systèmes induisent des marges bénéficiaires par hectare semblables, avec toutefois un léger avantage pour le goutte à goutte. De par ses avantages techniques, telle que la maŒtrise des irrigations et les mauvaises herbes, le goutte à goutte constitue un atout pour la production de la pomme de terre dans la région du Massa.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 102 , p. 37-47

Sur les sols sableux à taux d’infiltration rapides et à faibles capacités de rétention, l’optimisation du rendement de la pomme de terre nécessite des irrigations fréquentes relativement élevées et des doses de fertilisation azotée élevées, Cependant, dans cet environnement, les pertes potentielles de l’azote par lessivage sous forme de nitrates restent importantes, L’objectif principal de cette étude est de contribuer à l’évaluation de l’effet de l’interaction entre l’irrigation et le rythme d’apport d’azote sur le rendement et le lessivage des nitrates. Trois régimes d’irrigation et deux rythmes d’apport d’azote ont été utilisés, Les régimes d’irrigation équivalents à 80 pour cent et 100 pour cent de l’ETM ont induit à une amélioration du rendement et de la qualité des tubercules par rapport aux régimes à 60 pour cent et 140 pour cent de l’ETM. Les rendements moyens réalisés sont respectivement de 42,64 t et 42,27 t/ha pour 1998 et de 22,88 t et 26 t/ha pour 1999. La chute du rendement au niveau de 0,6 ETM est due, principalement, à l’augmentation du taux des calibres moyens (CM) au détriment des hors calibres (HC), Le rythme d’apport d’azote et son interaction avec l’irrigation n’ont pas eu d’effets significatifs sur le rendement et ses composantes, Le régime d’irrigation reste le facteur le plus déterminant pour les niveaux de production et la qualité des tubercules, Le régime 1.4 ETM a induit une réduction significative de la densité spécifique et de la matière sèche des tubercules et une diminution notable des taux des nitrates au niveau de la zone racinaire (60cm). Les irrigations équivalentes à 80 pour cent et 100 pour cent de ETM sont les plus efficaces pour la pomme de terre de primeur et de saison dans le Massa.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 105 , p. 23-32

L’orge occupe une place importante dans les systèmes de production en agriculture pluviale au Maroc. Néanmoins, les rendements de cette culture restent faibles à cause du manque de pluies et des sécheresses qui sont devenues plus fréquentes ces dernières décennies. En effet, les sécheresses de fin du cycle ont souvent un effet négatif sur le poids du grain qui est une des composantes les plus déterminantes du rendement grains. Les objectifs de cette étude sont donc l’évaluation de la variation génotypique des caractéristiques de la croissance du grain (durée et taux de remplissage des grains), l’investigation de la compensation entre le taux de remplissage et le nombre de grains et le choix des parents pouvant être utilisés dans les programmes d’amélioration des plantes pour augmenter le taux de remplissage du grain et le rendement grains. Pour atteindre ces objectifs, quatorze génotypes d’orge ont été exposés à sept différents environnements climatiques crées par des semis précoces et tardifs de ces cultivars pendant quatre années au domaine expérimental de Merchouch. Les résultats obtenus montrent une variation génotypique significative pour tous les paramètres mesurés sous la majorité des environnements. De même, il a été démontré que le rendement grains est plus corrélé au taux de remplissage des grains et au nombre de grains par épi et par m2 qu’au poids de 1000 grains. Quant au poids de 1000 grains, il est positivement lié au taux de remplissage de 1 grain. Des relations négatives ont été enregistrées entre le nombre des grains et le taux de remplissage du grain. En terme de rendement grains, la variété Aglou parait plus stable sous les différents environnements. Les anciens génotypes tendent à avoir les taux de remplissage du grain les plus élevés etdes nombres de grains faibles à moyens. Les variétés Annoceur et Amalou ont eu les taux les plus faibles et des nombres de grains relativement élevés. Quant à Azilal, elle a des taux et des nombres de grains élevés. Dans cette étude, nous avons démontré chez l’orge une variabilité génotypique significative pour les différents paramètres mesurés. En plus, dans le matériel génétique testé it existe des génotypes ayant des taux de remplissage du grain et des nombres de grains élevés qui peuvent être croisés pour créer des variétés adaptées aux conditions de l’agriculture pluviale marocaine.

2003
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2003), no 107 , p. 87-101

Dans les 119 relevés floristiques réalisés dans les champs de blé dur, blé tendre et orge dans le périmètre du Tadla durant les campagnes agricoles 1980-81,1981-82 et 1982-83, 269 espèces de mauvaises herbes ont été identifiées. Ces espèces appartiennent à 43 familles botaniques et dont 86 pour cent sont des dicotylédones. Les cinq Poaceae annuelles les plus importantes ont été Avena sterilis, Bromus rigidus, Lolium rigidum, Phalaris brachystachys et P. minor. Les dix mauvaises herbes vivaces les plus importantes ont été Arisarum vulgare, Convolvulus althaeoides; C. arvensis, Gladiolus italicus, Launaea nudicaulis, Muscari comosum, Ornithogalum narbonense, Silene vulgaris, Solanum elaeagnifolium et Ziziphus lotus. Les dix dicotylédones annuelles les plus importantes ont été Anagallis foemina, Calendula arvensis, Chrysanthemum coronarium, Diplotaxis assurgens, Medicago polymorpha, Melilotus sulcata, Papaver rhoeas, Sinapis arvensis, Vicia benghalensis et V, sativa. Toute stratégie de désherbage du blé et de l’orge dans le périmètre du Tadla doit prendre en considération la prédominance des mauvaises herbes graminées et dicotylédones.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 102 , p. 49-57

Cinquante-deux isolats de Phytophthora infestans (Mont.) de Bary ont été collectés à partir de parcelles cultivées de pomme de terre et de tomate, dans la région de Fès-Saïss (Maroc). Le pathogène a été isolé à partir d’organes infectés (feuilles, folioles, tiges et fruits) et incubé sur un milieu de culture non sélectif à base de petits pois. Des confrontations in vitro des différents isolats ont permis la formation d’oospores et le regroupement des isolats en deux lots sexuellement compatibles: l’un est formé de 4 isolats, l’autre de 48. En l’absence de souches de références, le type sexuel des isolats n’a pas pu être arrêté. Environ 22 pour cent des oospores produites sont capables de germer dans une infusion à base de fumier frais de mouton. Des confrontations révélées compatibles in-vitro ont été reconduites in-vivo sur des folioles de pomme de terre; elles ont permis la formation d’oospores.Le présent article confirme la présence dans les conditions du Maroc, de souches de P. infestans (Mont.) de Bary sexuellement compatibles. La reproduction sexuée dans la nature serait une menace pour nos cultures car: 1) elle peut entraŒner l’apparition de recombinants très virulents dont le contrôle serait de plus en plus difficile, 2) les oospores sont des formes de conservation du champignon dans le sol et à ce titre le sol deviendrait infectieux.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 102 , p. 59-72

Le présent travail s’inscrit dans un programme de sélection sanitaire des agrumes, mené par l’Institut National de la Recherche Agronomique (Maroc). Ses objectifs sont la conservation du germoplasme, le rajeunissement de la collection nationale d’agrumes et la production des plants d’agrumes sains et indemnes des maladies virales et bactériennes.53 variétés de mandarinier et de tangelo ont été assainies par le micro greffage d’apex combiné avec la thermothérapie et 34 variétés polyembryonées de mandarinier par la sélection nucellaire.Le taux de réussite de reprise de micro greffage a été de 46 pour cent à 100 pour cent respectivement en 1994 et 1997. Celui du deuxième greffage a atteint 66 pour cent en 1997. Les résultats de l’indexage biologique montrent que 43 pour cent des variétés de mandarinier et de tangelo se sont révélées indemnes de maladies. Les plantules nucellaires sont issues de semis de graines de 34 variétés de mandarinier polyembryonées et greffés sur le bigaradier. Avant leurs plantations, 340 plants nucellaires ont été indexés pour contrôler leurs états sanitaires vis à vis de la psorose. Ceux qui se sont révélés sains, ont fait l’objet d’une étude pomologique pour confirmer leurs authenticités variétales.

2002
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2002), no 105 , p. 33-40

La résistance de onze variétés du riz (Oryzae sativa L.) utilisées ou nouvellement sélectionnées au Maroc à la pyriculariose (Magnaporthe grisea) a été évaluée en utilisant une collection marocaine de onze isolats représentant les différentes lignées clonales détectées dans le pays. L’inoculation a été faite par pulvérisation foliaire d’une suspension de spores. Les résultats obtenus montrent que huit variétés sur les onze testées sont sensibles à toutes les souches utilisées. En outre, les variétés Thaibonnet, Dinar; INRAM6 sont pourvues d’au moins un gène de résistance spécifique vis à vis d’une partie des souches marocaines. La variété Farah s’est révélée résistante à toutes les souches marocaines et à dix isolats en provenance d’autres pays et connus pour leur spectre de virulence très large. Les variétés Elio, et Thaibonnet, malgré qu’elles soient sensibles à presque la totalité des souches marocaines ont un bon niveau de résistance partielle.

2000
AL AWAMIA (MA) ISSN: 0572-2721 , (2000), no 102 , p. 73-81

Pages

RESTEZ À JOUR AVEC NOTRE NEWSLETTER